Lun 9 Nov - 11:53
Une vie dans l'obscurité
Identité
▬ Prénom : Rizka
▬ Nom : Aldeishan
▬ Surnom : La maudite
▬ Race : Humain
▬ Origine : Hengfors
▬ Faction : Le Royaume du Kovir
▬ Âge :35 ans - Née en 1475
▬ Occupation : Magicienne - Artiste itinérante
▬ Tolérance : Empathie envers les non-humains, voir plus globalement les "parias" de la société, qu'ils soient maudits ou simplement brimés pour leur différence. / Fort intérêt pour les sorceleurs. / Méfiante envers les autres humains peut importe leur faction. / Mépris de certaines croyances, notamment envers La Flamme Eternelle. / Méfiance envers les autres mages, dont elle accorde difficilement la confiance. Ses sentiments sont toutefois ambigüs car elle éprouve autant de rancœur que d'admiration pour certains... Voir du respect. Ils sont semblables après tout.
▬ Croyance : En elle-même uniquement, pourtant nombreux sont ceux qui ont tenté de lui ouvrir l'esprit à leur culte.
Objectifs
▬ A long terme: Protéger les opprimés quoi qu'il lui en coûte mais également devenir suffisamment puissante et admirable pour qu'on cesse pour de bon de la traiter comme un monstre.
▬ A court terme : Retrouver son amour perdu.
Physique
"Quelle est donc que cette petite créature infrangible ? Elle ne mesure pas plus d’un mètre cinquante-six et doit peser dans les quarante-huit kilos à peine mais elle tient debout, toute droite, le visage relevé fièrement alors qu’elle transperce de son regard voilé l’imprudent venu l’importuner. Elle ne le voit pas mais pourtant elle ne le quitte pas des yeux comme si elle pouvait prévoir ses mouvements, à moins qu’elle ne ressente son aura ? C’est une magicienne, sans aucun doute, elle l’a dans le sang, il suffit d’y être attentif."

Tout dans l'attitude de Rizka démontre son assurance et surtout son indépendance. Jamais elle ne vous montrera sa faiblesse aussi évidente que ce soi. Sa démarche est lente mais sûre, et je crois bien qu'elle serait capable de viser en pleine tête l'imbécile qui oserait la mettre au défi, même à l'autre bout d'une salle. Et cela lui procurerait une satisfaction qu'elle ne parviendrait pas à dissimuler car même si elle reste une femme au combien mystérieuse, ses mimiques faciales sont difficiles à ne pas manquer. Rizka est expressive, ce qui, d'ailleurs, l'agace au plus au point. Pourtant, c'est ce qui la rend moins antipathique qu'elle ne souhaiterait le montrer.

Hormis son air buté, la jeune femme semble bien éduquée. Toujours vêtue d'habits impeccables, sophistiqués mais pourtant pas tape-à-l'œil. Ceux-ci sont d'ailleurs toujours bien ajustés, vous ne verrez pas l'ombre d'un bouton défait sur ses chemisiers d'une blancheur éclatante. Difficile à dire si ses tenues aux allures élégantes et soulignant ses atouts sont le fruit d'un besoin de bien paraître, d'une maniaquerie impulsive ou bien le simple besoin de ne pas attirer la pitié sur elle.

Toujours parée de quelques bijoux également mis à l'honneur sur ses tenues, tels qu'une broche héritée de son père ou le diamant décorant la dague qu'elle porte à la ceinture. Elle porte constamment un talisman bien qu’elle s'amuse à lui changer régulièrement d’apparence, tantôt diadème ou collier. Chaque détail est léger mais toujours bien coordonné à ses vêtements dans le but de lui donner une allure suffisamment distinguée pour souligner sa beauté naturelle. Sa longue chevelure blonde aux reflets ambrés est souvent laissée libre, encadrant son visage doux et ingénu. Si elle reste sobre sur le maquillage en règle général elle n’hésite pourtant pas à mettre en valeur ses yeux d’un gris voilé envoutant.

Ne vous en déplaise, Rizka est de loin une femme possédant un charme indéniable. Son aisance à se mouvoir est quasi féline. D’une grande souplesse, que ce soit dans ses spectacles ou dans sa démarche naturelle, elle semble avoir pleinement conscience de son pouvoir sur les hommes. Elle sait en jouer, c’est certain, mais toujours à son avantage. Savant mélange d’assurance et de fragilité, Rizka ne laisse pas indifférent. Sa voix frêle mais mélodieuse, son parfum aux senteurs fruités acidulé de bergamote et framboise, sans aucun doute l’un ou l’autre ou peut-être les deux à la fois resteront gravés dans vos mémoires.

Caractère
Rizka n'est en soi pas une mauvaise personne même si elle n'apprécie pas grand monde, il faut le dire. Depuis l'enfance elle n'a connu que réprimandes et mésestime, chose qui ne s'est pas améliorée lorsqu'elle a intégré une école de magie. La jeune femme est extrêmement renfermée cependant cela ne veut pas dire qu'elle se déprécie. Au contraire, Rizka est persuadée d'avoir un potentiel qui échappe aux regards des autres et elle tient fermement à le prouver au monde entier. Elle connaît la valeur de ses prédictions, la puissance de sa magie et elle compte bien exploiter chaque parcelle de son être dans le but d’être admirée ou du moins respectée comme égale.

S'il faut bien mettre un mot sur le qualificatif qui force le respect chez elle ce serait l'acharnement. La jeune femme possède une force de caractère hors du commun. C'est grâce à son obstination et sa persévérance qu'elle parvient à se dépasser constamment et lorsque l'on navigue dans un milieu aussi exigent et sans pitié que celui de la magie il faut déployer beaucoup d'efforts. Particulièrement lorsque l'on est dépossédé d'un sens. Rizka l'a très vite compris et ce qui en faisait une enfant brave s'est vite mué en femme littéralement opiniâtre. Ses avis, ses choix, ses projets, rien ne pourrait l'en détourner ou ne serait-ce que l'en faire douter.

Pourtant, la jeune femme est terriblement meurtrie. Ce qu'elle affiche comme une carapace inviolable n'est qu'une manière maladroite de se protéger des autres. Difficile de faire confiance à qui que ce soit lorsque l'on est dénigré depuis toujours par sa famille, moquée et manipulée, voire crainte et détestée par ceux qu'elle aurait pu considérer comme ses proches. Riska n'en a tiré qu'une rancœur dévorante et un esprit vengeur. Une noirceur dans son âme que seul un homme a pu apaiser.

La jeune mage est une personne entière de caractère. Si elle s’amuse à égarer les voyageurs par ses multiples charmes et illusions, ses actes et paroles sont toujours pleinement réfléchis. C’est une femme d’honneur qui respecte ses engagements. De nature solitaire, la jeune femme peut toutefois faire route accompagnée de bonne grâce lorsqu’il s’agit d’agir avec bienveillance. Aider les démunis, les parias, les maudits, les discriminés… Voilà tant d’opportunités auxquelles Rizka se jettera à corps perdu autant de fois que nécessaire et tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Si pour cela elle devait provoquer la colère des puissants ou mettre fin à la vie de ceux qu’elle estime indignes, elle le ferait sans hésiter. Sa bonté d’âme étant aussi grande que son besoin refoulé de se venger du propre mal qu’on lui a infligé.
Histoire
L’histoire de la jeune Rizka débuta bien avant sa naissance. Il était question de pouvoir, de désir insatiable et d’amour déraisonné. La magie à toujours un prix, c’est un avertissement qu’une simple tisserande n’avait pas voulu tenir compte lorsqu’elle fit appel à des forces qui la dépassaient. Segi était une fille de rien, envieuse de ce monde d’apparat et d’abondance. Elle s'est battue pour grimper dans l'échelle sociale dans l'espoir futile d'un jour attirer l'attention d'un jeune bourgeois nommé Geelack dont elle était tombée éperdument amoureuse.

Malheureusement, il était promis à une autre. Folle de jalousie, elle céda ce qu’elle avait de plus précieux pour s’offrir les services d’une enchanteresse. Celle-ci lui remit une fiole contenant un poison mortel... Rongée par l'envie, l'ancienne tisserande n'hésita pas une seconde à s'en servir contre celle qui possédait la vie dont elle avait toujours rêvé mais avant que sa rivale ne perde la vie, elle souffla tout bas :

"Ton bonheur ne sera qu'éphémère car ton cœur pourris ne pourra donner naissance qu'à une enfant maudite qui causera ta perte."

Les mots pénétrèrent l'âme de Segi un long moment mais elle finit par s'en défaire lorsque finalement l'attention de son bien-aimé finit par se tourner vers elle. Tous ses efforts avaient enfin payé, toutes ces années à tenter de se hisser à son niveau, à élever sa culture et se faire une place parmi les bourgeois insouciants de Hengfors. Tant et si bien qu'elle finisse par obtenir exactement tout ce qu'elle avait toujours désiré. Une vie de faste, un mariage heureux et un beau jour elle tomba enceinte.

C'était contre toute attente une grossesse difficile. Les derniers mois, Segi tomba grandement malade et il fallut faire appel à un guérisseur. La future mère s'affaiblissait et cela risquait de mettre en péril la vie de son futur enfant. Sous constante surveillance et dans l'obligation de rester alitée, Segi finit par retrouver des forces. Sans doute à temps car elle dût en user plus tôt que prévu. Le travail s'était déclenché avant qu'elle n'arrive à son terme et c'est à peine si le minuscule bébé qui en sortit poussa son premier cri.

"Qu'est-ce qui ne va pas ? Qu'est-ce qu'il a mon bébé ?"

Avait gémi Ségi. Mais la sage-femme resta silencieuse, se contentant d'envelopper rapidement le poupon avant de sortir précipitamment de la pièce avec l'enfant en ignorant les hurlements d'angoisse de la jeune mère. Elle revint pourtant de longues minutes plus tard mais dépourvut du bébé.

"Il... Il est...?"
"C'est une fille. Toutes mes félicitations."
"Une petite fille... Je... Je veux la voir ! Où est-elle ?!"
"Je... Je suis navrée madame. Elle est aux soins du guérisseur pour le moment. Elle est vraiment frêle. C'est une chance qu'elle soit encore en vie mais..."
"Q... Qu'est-ce qu'il y a ?"
"Mais elle va bien. Ne vous en faites pas."

Ce que la sage-femme n'osa annoncer allait pourtant finir par entacher l'amour que Segi portait alors pour son enfant miraculée. Sa cécité. Sa petite Rizka venait de débuter sa vie d'une manière bien inattendue. Minuscule, aveugle et déjà privée du contact rassurant de sa mère.

Cela ne fut pourtant que temporaire, après tout un nourrisson ne doit sa survie qu'à sa génitrice les premiers mois de sa vie. Malgré tout, aussi rassurante que soit la combativité de Rizka pour grandir et se renforcer, les premiers mois de son existence ne furent que bercés par les larmes intarissables de Segi. Rongée par le désarroi devant la condition de son bébé, la jeune mère se sentait responsable. On l'avait pourtant prévenue... On lui avait prédit un enfant maudit.

Les premières années de Rizka se révélèrent extrêmement pénibles. Le handicap de leur bambin rendait son évolution vers l'autonomie plus difficile mais ce fut surtout la détérioration de la relation entre Segi et Geelack qui perturba le plus la jeune enfant. Geelack surprotégeait Rizka tandis que Segi s'éloignait peu à peu, hantée par ses propres démons que lui rappelaient sans cesse les yeux vides de sa propre enfant. Et si l'éducation et l'attention donnée envers la petite différaient entre eux, le malheur du couple n'en était que plus entravé par les nombreuses fausses couches qui s'ensuivirent.

Segi devint de plus en plus sombre et maussade. À chaque échec elle rendait la malédiction responsable. Elle estimait que Rizka en était responsable. L'enfant était pourtant parfaitement adorable. Courageuse, intelligente, sensible, Rizka s'épanouissait d'année en année et faisait preuve d'une force résilience muée de ténacité pour tenter d'être une enfant comme les autres, normale. Mais le sort sembla réellement prendre forme lorsqu’un soir la jeune enfant, secouée par des sanglots affolés, fit une étrange requête à Segi :

"Il faut aider papa… Il va nous abandonner… Je ne veux pas..."

Sur l’instant, la mère crut à un cauchemar mais la réalité les rattrapa à peine une dizaine de jours plus tard. Geelack tomba malade. Une maladie immuable abimant ses poumons à petit feu. Bientôt, il fut dans l'incapacité de s'occuper de son enfant, de s'occuper de son commerce voire même de quitter son propre lit.

Privée de son ancre de bienveillance, la petite se retrouva seule avec sa mère, devenue si sombre et hostile. La petite Rizka ne comprenait pas ce qui l'entourait alors. Les murmures qui rependaient d'horribles rumeurs, les brimades de sa mère de plus en plus fréquentes et sévères à son égard et son monde qui s'écroulait autour d'elle, inexorablement à mesure que les revenus venaient à diminuer et des dettes venaient à s'accumuler.

Rizka ne voyait rien d'autre que des ombres mouvantes et le bruissement qu'elles provoquaient sur leur chemin. Peu à peu, ces êtres bruyants disparaissaient, leurs voix chantantes se muaient en sifflements dangereux. Elle ne voyait pas, ne comprenait pas, mais ressentait que quelque chose venait de changer. Le sombre souvenir des pleurs incessants de Segi ressurgit brusquement. Ce n'était, cette fois-ci, pas pour elle. Elle le savait, elle l’avait déjà prédit.

"C'est de ta faute ! C'est toi la responsable !" S'était-elle écriée lorsque l'enfant se rendit à son tour au chevet de son père. "J'aurais dû me débarrasser de toi... Je n'ai pas pu... Maudite enfant, nous n'avons plus rien à présent.  Qu'est-ce que je vais faire de toi maintenant, hein ?!"

Après les funérailles, Segi et Rizka quittèrent la ville pour retourner dans le pauvre village où la veuve avait grandi. Celle-ci reprit son ancien travail et Rizka fut mise à contribution elle aussi en aidant leurs voisins dans les champs. La jeune fille était volontaire et malgré sa peine immense, elle tâchait de faire de son mieux dans l'espoir de pouvoir apaiser les tourments de sa mère. Privée de cette vie à laquelle elle avait tant aspiré, Segi n'était plus que l'ombre d'elle-même, un spectre aigri plus capable que de témoigner de la méchanceté envers celle qui pourtant éprouvait toujours de l'amour et de la compassion.

Un jour, pourtant, un événement donna un nouveau tournant à la triste vie de Rizka. Alors âgée de neuf ans, la jeune fille usa pour la première fois de magie. Accusée à tort de voler les pommes dans le verger d'à côté, elle tenta de se défendre mais en vain. L'homme était persuadé qu'il ne pouvait s'agir que de ses nouvelles voisines, après tout, la réputation qu'elles trainaient toutes deux n'augurait jamais rien de bon. Afin de donner une bonne leçon à cette mauvaise fille il la saisit par les cheveux, bien déterminé à la trainer jusqu'à la porte de sa maison avant de proférer de sombres menaces à Segi. Mais il n'en eu pas le temps. La petite Rizka rugit et se débattit tant et si bien qu'il finit par la lâcher. Furieuse, la petite se saisit du panier, attrapant les pommes en vociférant :

"Vous êtes un menteur ! J'en mangerais jamais de vos pommes pourries !"

Accompagnant le geste à la parole, elle se mit à les lancer en direction du fermier mais au lieu de cogner l'homme et retomber au sol celles-ci éclata au contact du corps, laissant des trainées de fragrance pourrie. A vrai dire, Rizka ne s'en aperçut pas, elle se contenta de partir à toutes jambes. Mais ce qu'elle venait de faire allait avoir des répercussions bien plus importantes que tout ce qu'elle pourrait imaginer et bien plus angoissantes que les sanctions que lui infligea sa propre mère outragée par le comportement irrespectueux de sa, décidément, incapable de fille. Ce n'était pas non plus le fait d'avoir dû se mettre à genoux devant le paysan pour lui présenter ses excuses tandis qu'il la traitait de monstre et exhortait à sa mère de quitter le village. Ce n'était pas non plus le fait que les villageois les fuyaient et proféraient des menaces à leur encontre. Non, tout cela Rizka pouvait le supporter. Elle avait grandi ainsi, le fait de ne convenir à personne n'était chose étrange. Mais la femme qui vint frapper à leur porte une semaine suivant l'incident provoqua en Rizka des sentiments que jamais encore elle n'avait éprouvés. Glissée dans les jupons de sa mère, elle avait suivi l'échange avec le même désintérêt qu'à l'ordinaire. L'étrangère n'avait fait que pointer du doigt une réalité évidente : Segi était endeuillée, pauvre et malheureuse. Mais c'est alors que l'intruse formula une question étrange.

"Combien pour votre enfant ?"
"Pardon ?..."
"Allons, soyez honnête, vous rêvez de vous en soulager, pendant combien de temps encore pensez-vous pouvoir subvenir à vos besoins et les siens ? Je vous propose cinq marks."

Un long silence s'ensuivit. Même la petite Rizka se figea, interpellant sa mère avec inquiétude. Elle le sentait, elle ressentait cette tension dans les muscles de Segi et ressentait son pouls se faire plus appuyé. Elle ne voyait pas perler les larmes de honte de sa génitrice mais pourtant l'enfant sentait poindre en elle une angoisse terrible.

"Dix."
"Disons six."
"Huit marks."
"Sept. Je n'irai pas au-delà. C'est bien suffisant pour une vie paisible non ?"
"... Très bien. Sept."

Le bruit d'un sachet de piécettes plus tard et une main glacée et ferme vinrent saisir le poignet de la fillette. Celle-ci tenta de s'en extraire. Elle appela encore et encore. Criant, gémissant, sans cesse tournée vers Segi malgré la démarche puissante de celle qui l'emmenait de force.

"Maman ! Maman ne me laisse pas !"
"Va avec elle. C'est mieux pour toi."
"Qu'est-ce que j'ai faits ?! Je m'excuse ! Je m'excuse ! Je veux être avec toi !"
"Tu ne m'as attiré que malheur. Je ne veux plus de toi."

Les mots, tranchants, avaient eu raison de la volonté de Rizka. Après tout Segi l'avait-elle réellement portée dans son cœur un jour ? Ce n'était pourtant pas faute d'avoir tout essayé pour la contenter. Mais, pourtant, leurs chemins se séparèrent ici. Le destin de l'enfant l'attendait ailleurs : A Pont Vanis, dans la prestigieuse académie magique pour filles. Si on lui avait dit un jour qu'elle était spéciale, jamais elle n'y aurait cru. Malchanceuse, maudite, malformée, incompétente étaient plus justifiés pour l'ensemble des adultes qu'elle avait côtoyé jusqu'ici. Mais pour cette étrangère venue jusqu'à sa triste maisonnée Rizka était une enfant "à potentiel". Terme étrange mais toutefois largement plus valorisant.

Ce potentiel, Rizka était déterminée à en faire quelque chose. Perdue dans ce nouvel univers vaste mais toujours aussi obscur, la jeune fille devait redoubler d'efforts pour se montrer à la hauteur. Fort heureusement, la jeune sorcière était d'une nature facile à vivre. Elle ne rechignait pas devant les devoirs qu'il lui étaient imposés et savait se montrer attentive et à l'écoute des autres. Attentive en classe et intéressée par tous les domaines, son amour-propre se mit à grandir à mesure que son travail acharné s’en voyait récompensé. Elle se fit même quelques amies dont Séléna avec qui elle était voisine de chambrée. Celles-ci se retrouvaient régulièrement le soir pour réviser ensemble. Souvent Selena commençait par faire la lecture d’ouvrages à voix haute puis c’était à Rizka de l’aider à son tour en la questionnant sur qu’elle avait retenu, car bien qu’elle soit dépourvue de vision la jeune fille avait une très bonne mémoire.

Au fil de ses trois premières années d’études la jeune fille trouva un fort intérêt pour les arts, l’histoire et les langues mais en revanche la géographie lui posa problème car il lui était difficile d’en avoir des notions autrement qu’abstraites, les domaines des sciences tels que les mathématiques et l’alchimie se révélaient, elles moins attractives pour elle. Cela étant, cela ne posera aucun problème pour l’obtention du Brevet d’Aptitude Magique. La jeune fille était studieuse et obéissante ce qui n’était malheureusement pas le cas de certaines de ses camarades. Cela allait en partie créer une fissure entre elle et les autres élèves.

Bien loin des futiles amusements de ses camarades et de l’audace de certaines à braver les interdits, Rizka ne possédait qu’un cercle restreint de réelles amies. Et, lorsque Selena voulu se joindre aux entrainements de pratique magique, normalement encore interdits, Rizka eut un horrible pressentiment. Elle tenta de les avertir de renoncer mais elles se contentèrent de la traiter de rabat-joie, même alors qu’elle leur prédit que l’une d’elles en subirait les conséquences.

Les hurlements qui retentirent réussir sans mal à réveiller leur instructrice. Rizka ne sut pas exactement ce qui s’ensuivit mais au lendemain la première leçon ne fut autre qu’une remontrance moralisatrice mettant en exergue les conséquences de leurs actes. L’une des jeunes filles, Paty, avait perdu l’usage de son avant-bras, consumé par une magie non maitrisée qui avait directement puisé en elle. Mais, le plus absurde, c’est que ce fut Rizka qu’on blâma. Selena s'insurgea mais les autres n'en démordaient pas. C'était facile... La tenace réputation d’enfant maudit qui provoquait le malheur autour d’elle l’avait suivie. Et c’était enracinée, même ici. Seulement… Cette fois on s’en servait comme bouclier. Un mensonge éhonté que Rizka ne saurait tolérer. La jeune fille rentra dans une colère noire, la magie se mêlant à ses vives émotions. Une onde émana de son corps, soufflant les bonimenteuses comme des fétus de paille avant de lui provoquer un évanouissement.

Lorsque la jeune fille s'éveilla, elle se trouvait dans une salle dont elle n'avait aucun repère. Il s'agissait tout bonnement d'un isoloir. Elle avait été placée là afin de méditer sur son comportement. Une salle isolée de tout, sans le moindre confort, pendant un temps qui parut durer une éternité... À terme, Rizka n'eut d'autres choix que d'admettre des torts qu'elle n'avait pourtant jamais commis. Lorsqu'elle put rejoindre ses camarades celles-ci firent mine d'éprouver des remords mais le mal était fait. Rizka venait de perdre foi. Combien de fois encore devrait-elle se faire accuser à tort ? Être abandonnée ? Jugée ? Puisque même ses congénères lui tournaient le dos, Rizka décida d’en faire de même. Elle ne viendrait plus à leur aide, ne leur donnerait plus le moindre conseil et encore moins ne lèverait le moindre petit doigt s’il venait à risquer de leur arriver malheur. Mieux que ça, elle rirait de leur souffrance. À toutes, hormis Selena, la seule à s’être rangée de son côté.

Les deux années qui s’ensuivirent furent enrichissantes d’une façon bien plus profonde puisqu’il était désormais question d’acquérir les sorts fondamentaux. Comme pour la théorie, la pratique des domaines scientifiques et alchimiques se révéla bien trop complexe pour Rizka. En revanche, elle se révéla être une mage douée et tout ce qui attrayait au domaine sensitif et artistique coulait décidément dans les veines de la préadolescente. Manipulation mentale et lien psychiques, onirisme et arts divinatoires étant ses plus grands points forts, sans surprise.

La jeune femme se révéla être l’une des élèves au potentiel le plus grand, sa capacité à littéralement entrer en phase en prenant appuie sur ses sens était, d’une certaine manière, une aide pour la pratique magique. Rizka ne se contentait pas de se fier à sa vision comme les autres mais à la totalité de ce qui l’entourait. Cela n’avait pourtant rien d’aisé mais Rizka avait développé un obsessionnel besoin de réussite. Elle voulait montrer qu’elle valait bien mieux que toutes les autres, il fallait qu’elle se démarque, qu’elle leur prouve qu’elles avaient eu tort de la traiter aussi injustement. Alors pour cela elle travaillait sans relâche jusqu’à atteindre un niveau des plus prometteurs.

Cela fonctionnait. Ses anciennes amies qui lui avaient tourné le dos tentèrent de retrouver son affection, d’autres la détestèrent et certaines la jalousèrent au point qu’une rivalité malsaine se développa entre Rizka et sa proche amie Selena. Au fil du temps les deux adolescentes passèrent dans un entre-deux d’amour et de haine réciproque. Difficile de dire si c’était en raison du changement lent mais ancré du caractère de la pourtant originairement douce Rizka ou bien était-ce Selena qui n’était plus que faux-semblants et vices ? Quoi que ce soit il n’en resta de cette amitié, à terme, plus qu’une relation pervertie de toxicité.

Les deux adolescentes validèrent leur Certificat Réglementaire d’Aptitudes et de Connaissances mais leurs chemins se séparèrent ici. Selena choisit de poursuivre ses classes à l’académie tandis que Rizka préféra quitter Pont Vanis aux côtés d’une magicienne plus expérimentée. Explorer le monde aux côtés d’une mage experte était bien plus en adéquation avec les volontés de la jeune fille. Elle désirait quitter ce cocon toxique plus que tout. Ce ne fut pas un mauvais choix d’ailleurs car pour une fois Rizka put connaître une certaine liberté. La mage était d’une bonté admirable. Humble, celle-ci usait de ses pouvoirs pour faire le bien autour d’elle. Soigner les faibles, aider les démunis. Rizka espérait pouvoir lui ressembler.

Rizka resta aux côtés de la mage durant cinq ans, années qui lui furent d’un enrichissement certain. Elle apprit de cette mage certains savoirs en herboristerie, surtout dans leur usage médicinal. Rizka approfondit également ses propres spécialisations. Elle apprit notamment à gagner en confiance et perdre doucement sa crainte à l’égard de ses dons divinatoires. Outre le fait d’avoir perfectionné ses capacités magiques, Rizka fit de nombreuses rencontres, toutes races et professions confondues, et réalisa que bon nombre d’êtres subissaient également les affres de la discrimination, souvent sans qu’on l’on y puisse grand-chose, ce qui développa en elle une forte empathie envers les peuples opprimés. Mais aussi un désir ancré de se battre contre les injustices.

De retour à l’académie, la jeune femme du haut des dix-neuf ans à peine, passa l’ultime examen de Maîtrise Institutionnelle d’Aptitude Magique. Désormais, elle ferait ses débuts dans le monde en tant que magicienne. Cependant, bien loin de vouloir briller dans les hautes sphères de la société, Rizka préféra suivre le chemin de sa tutrice en voyageant à travers le monde. C’est en tant qu’artiste que la jeune femme subviendra alors à ses besoins tout en traversant le continent. Ses spectacles de danses envoutantes ne laissèrent d’ailleurs pas indifférents nombres de ses spectateurs car son agilité mêlée d’illusions laissa bien souvent une sensation d'irréelle beauté, d’autant plus lorsque ses chorégraphies se mêlèrent aux histoires chantantes d’une barde avec qui elle traversa bon nombre de contrés.

C’est également ainsi qu’elle fit la connaissance d’un homme qui deviendrait spécial à ses yeux. Tout parti d’un rien. Quelques mots échangés et des avances rejetées. Un contact suffit pourtant pour que Rizka face demi-tour et ne glisse à son oreille l’une de ses prophéties :

"Refusez le verre qui va vous être offert."

Pour la première fois, son avertissement fut entendu. Curieux, et également intéressé par la damoiselle, celui-ci obtempéra quand une boisson lui fut remise. Son compagnon de tablée, en revanche, n’hésita pas à s’en emparer, bien heureux de profiter d’un breuvage si généreusement offert. Le poison qui y avait été sournoisement placé fit alors son effet. La magicienne entendit de grands fracas puis le départ de l’inconnu et de son groupe.

Le lendemain l’homme revint sur place. Il se présenta à nouveau à la magicienne, insistant avec une ténacité similaire à la jeune femme de lui payer son repas en guise de remerciement. Rizka finit par plier, et sans qu’elle ne s’en aperçoive elle se retrouva la soirée entière en compagnie de l’homme à qui elle avait sauvé la vie. Celui-ci trouva son don fabuleux et lui réussi même à convaincre la jeune femme à faire route avec lui. C’est ainsi que Rizka connut sa première grande aventure. La mage, la barde et l’aventurier, le temps d’une chasse. Celle-ci dura plusieurs jours, et à la clé un trésor digne d’intérêt.

Leurs chemins se séparèrent à la suite mais pourtant ils se retrouvèrent à de nombreuses reprises, de village en village, de rencontres en aventures… Petit à petit ils se rapprochèrent si bien qu’un amour sincère naquit entre eux. Rizka se sentait bien à ses côtés, oubliant ses tourments jusqu'à même se sentir normale. Contrairement aux mages avec qui elle avait grandit il ne considérait pas sa cécité comme une faiblesse ou une tare, estimant qu'au contraire la jeune femme n'en était que plus admirable. Il s'étonnait et s'émerveillait de constater à quel point la jeune femme pouvait avoir une telle aisance malgré ce handicap. Un jour, elle le mit au défi de garder les yeux bandés et lui confia une quête : Trouver une étole de soie et la lui rapporter.

"Je suis éreinté." S'était-il plains, à bout de souffle. "J'ai tourné en rond pendant des heures ne serait-ce que pour trouver le marché. Je me suis cogné tant de fois sur le chemin et j'ai bien dû tâter au moins une cinquantaine de tissus avant d'en trouver un aussi doux que de la soie. En plus de ça, je suis certain que ce marchand m'a extorqué, ou alors quelqu'un m'a volé... Et je ne parle même pas du chemin du retour. Ta vie est un enfer Rizka. Comment fais-tu pour ne pas te perdre dans ce néant chaotique ?"
"Tu n'es pas attentif, voilà tout." S'en était amusée. "La vue ne fait pas tout. Il faut faire confiance à tes sens. Entendre les sons infimes du bruissement d'un vêtement, ressentir l'onde d'un mouvement, différencier les nuances d'un parfum..."
"Et quel est le mien ?"
""Bois d'ambre et lavande. Je pourrais le reconnaitre entre mille."

Oui. Elle pourrait. Malheureusement, il en fut autrement. Après quatre années à se retrouver puis se séparer pour se retrouver à nouveau, Rizka finit par attendre seule à leur point de rendez-vous. Il s'était envolé, aussi aisément qu'il était entré dans sa vie, et sans qu'elle n'ait pu le prévoir. Ironie bien amère. Pourtant, Rizka ne perdit pas espoir pour autant et si, finalement, elle put se résoudre à quitter à son tour leur lieu de prédilection, la jeune femme se mit à laisser des morceaux d'écorce d'ambre mêlés de lavande partout où elle s'arrête dans l'espoir qu'il puisse, lui, la retrouver où qu'elle soit.

Durant les dix années suivantes Rizka se fit doucement mais surement une certaine réputation. Solitaire et mystérieuse, la mage voyageait bien souvent seule mais elle était surtout connue pour aider les plus démunis. Quand il s'agissait de disparitions étranges auxquelles les puissants se moquaient bien ou de malédictions étranges la magicienne répondait toujours présente. Il lui arrivait parfois de se retrouver aux prises d'histoires de querelles insolubles ou de déchéances injustifiées et lorsqu'elle parvenait à rétablir la vérité c'est avec une certaine satisfaction qu'elle trainait publiquement dans la boue les coupables.

Certains diront que Rizka gâchait sans conteste son potentiel et qu'il était inconcevable qu'une mage refuse obstinément de se mettre au service des puissants pour ne mener à la place qu'une vie d'errance mais la jeune femme tenait à sa liberté. Plutôt agir avec bienveillance mais en vain envers les opprimés plutôt que de favoriser les bienheureux dans une cage dorée. Quoi qu'il en soit, c'est la vie que la jeune mage avait décidé de mener.

Commentaire
▬ Crédit : Après moulte réflexion (et parce que je déteste avoir des sources inctrouvables) je me suis tournée vers l'artiste Cris Ortega
▬ Commentaires :J'espère bien m'en sortir pour cette première fiche  Very Happy  
▬ Désirez-vous un parrain ? Euh, non merci ♥
▬ Comment avez-vous connu le forum ? Un ami m'en a parlé. Je ne pouvais PAS passer à côté ♥
Généré avec le formulaire

Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Lun 9 Nov - 12:59
Bienvenu à toi, Ô minuscule magicienne ! Une bien jolie frimousse et un objectif à court terme des plus romantique !

Courage à toi et hâte de d'en découvrir davantage !
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Lun 9 Nov - 13:54
Welcome a toi o/ Maudite ? Voilà un point commun ! Bon courage pour cette fiche !
Revenir en hautAller en bas
Hedwige Sambukid
Hedwige Sambukid
Hedwige Sambukid
Érudit
Hedwige Sambukid
Lun 9 Nov - 14:12
Oh une consoeur ! <3

Bienvenue !
Revenir en hautAller en bas
Aliénor du Braa
Aliénor du Braa
Aliénor du Braa
Intriguant
Aliénor du Braa
Lun 9 Nov - 15:12
Ooooh merci de l'accueuil ^-^ !!
Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Lun 9 Nov - 15:38
Avec un caractère un brin vengeur. Ca pourrait faire trembler les possibles prétendants à cet amour perdu !
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Lun 9 Nov - 20:45
Rizka n'a pas l'air comme ça mais c'est une sacrée teigne effectivement, que les possibles prétendantes tremblent de terreur, elle sera sans pitié o/ (Cela dit en passant je pense rester vague dans l'évocation dudit amoureux comme ça je pourrais le laisser en lien possible avec un vrai joueur ^-^)

Bon aller sur ceux, je vais essayer d'approfondir un peu la présentation ! J'ai hâte de la finir déjà, j'ai checké un peu vos fiches ils ont l'air passionnants vos persos, ça me hype de pouvoir vous rejoindre dans le rp Very Happy
Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Lun 9 Nov - 21:30
Côme observe les différents personnages masculins du forum. Une sueur froide tombe le long de son visage buriné tandis qu'il prend discrètement, au son des cliquetis de son armure, la direction de la sortie
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Lun 9 Nov - 22:17
Ahah, ouaaais enfin pas forcément dans l'immédiat, le fofo est tout bébé encore de ce que j'ai cru voir mais je laisse l'idée dans un coin pour plus tard =)
Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Mar 10 Nov - 18:51
Oh, quelle belle surprise ! Une nouvelle petite magicienne qui s'amuser avec nous ? Avec moi ?
Bienvenue, oui ! Bienvenue !
Very Happy
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 20 Nov - 19:27
Petit message pour vous dire que je n'oublie pas ma présentation, loin de là (Elle est même en train de faire doucement trois kilomètres...) J'avance doucement mais très surement souriant

Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Ven 20 Nov - 20:52
Tu peux voguer à ton rythme, ma chère, et prendre tout le temps qu'il te faudra. Garde simplement à l'esprit que, tôt ou tard, je viendrai à toi pour dévorer tes écrits aussi sûrement que je me délecterai du désespoir des hommes quand viendra l'heure promise par la Prophétie.

Bien sûr, si tu as besoin d'aide ou de conseils, n'hésite surtout pas. Je serai là pour te répondre. clin d'oeil
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Sam 21 Nov - 16:40
Merci beaucoup ♥

Je pense avoir terminé, j'espère que ma plume saura vous contenter =)
Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Sam 21 Nov - 20:04
Ta plume est excellente, Rizka. Elle fait honneur à notre travail. J'ai lu ta fiche et elle me plaît beaucoup : l'on voit que tu t'es inspirée de nos textes et cela me fait d'autant plus plaisir de te voir y donner du corps. Ton personnage est interessant, et je serai prêt à le valider si je n'avais deux petits détails à souligner. Trois fois rien, ne t'inquiète pas. Mais le diable est dans les détails, comme on dit (et je sais de quoi je parle, hé hé hé).

Le premier point relève d'une petite incohérence. Lorsque tu évoques l'histoire de ta mère, tu dis que celle-ci a épousé un noble. Or, plus bas, lorsque celui-ci tombe malade, tu dis que le paternel n'est plus apte à travailler dans sa boutique. Je pense donc que tu voulais parler d'un bourgeois. Il est vrai qu'en Kovir, il peut exister des princes marchands typiques de l'Italie moderne, mais la noblesse y est majoritairement aristocratique et se rapporte à des terres ou à des titres. La puissance des bourgeois, elle, ne relève que de leur fortune. Si le père de Rizka était bel et bien noble, alors même dans la misère, sa veuve conserverait des privilèges nobiliers. Mais je m'égare... (pour l'aspect conte de fées, tu peux insister sur le fait que c'était un très riche bourgeois) Smile

Le deuxième point est bien plus négligeable encore. Il est simplement question des nombreuses et pardonnables coquilles qui parsèment ton texte. Un texte qui gagnerait en perfection après une petite relecture de ta part où tu repéreras par toi même quelques fautes de frappes et autres oublis. A ce propos, il y a une faute que je retrouve trèèèèès souvent, dans beaucoup de textes, et même en dehors de la sphère de forum, c'est la confusion entre le tort qu'on éprouve et tord, le participe passé du verbe tordre. Mais là, qu'on se le dise, je fais vraiment mon pinailleur. Tu ne m'y reprendras plus après cette réflexion, je te laisserai me dire quand ça te semblera OK après ta propre relecture.  confident

Encore une fois, merci pour ton travail. J'ai pris un grand plaisir à te lire et j'ai hâte de voir jusqu'où ira la petite Rizka. I love you
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Sam 21 Nov - 21:21
Olala que de compliments, merci beaucoup ♥ Oui, j'avoue avoir longuement parcouru les textes (et j'aime déjà tellement l'univers de The witcher, ça m'aide, aussi...Apaisé)

Pour le noble devenu bourgeois... Effectivement c'était une erreur ! J'ai changé de cap en cours d'écriture mais je ne l'ai pas vu en me relisant, je voulais que de soit un riche bourgeois. L'erreur est réparée o/

Pour les fautes, je croiiiis avoir tout corrigé, j'en fais beaucoup car je me relis toujours "vite fait" Apaisé
Revenir en hautAller en bas
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Rizka Aldeishan
Érudit
Rizka Aldeishan
Sam 21 Nov - 23:02
Parfait. Je n'ai rien à ajouter, alors. souriant

Tu es validé(e) !
 
   De la part de tout le staff, je te souhaite la bienvenue, toutes mes félicitations !
Te voici donc, Erudite nordienne, prêt à parcourir les terres de La Prophétie d'Ithlinne.
Dans un premier temps, je te conseille d'aller recenser ton avatar dans le bottin des avatars
Cela fait, tu pourras compléter ton profil et te créer ton Carnet de bord (si tu as des questions à ce sujet, n'hésite pas à nous contacter).
Une fois toutes ces formalités en règle, il ne te restera plus qu'à poster une Recherche d'aventure ou de répondre à l'une de celles déjà préexistantes afin de commencer ton aventure roleplay !
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouvrir/Fermer la ChatBox