All hail the king Erzsebelt II

 :: Registres royaux :: Recensement :: Fiches validées
Sam 24 Oct - 19:54
Kneel before me !
Identité

▬ Prénom : Erzsebelt
▬ Nom : Vidukast
▬ Surnom : Le Bien-aimé
▬ Race : Humain
▬ Origine : Ard Carraigh, Kaedwen
▬ Faction : Royaumes du Nord
▬ Âge : 33 ans
▬ Occupation : Roi !
▬ Tolérance : Haine de l'Aedirn, des Nilfgardiens, des non humains et des opposants
▬ Croyance : Culte de Kreve
Objectifs
▬ A long terme: Faire du Kaedwen la première puissance du nord. Par la politique ou la guerre !
▬ A court terme : Ecraser l'Aedirn, une bonne fois pour toute et voir le Roitelet s'agenouiller et demander grâce !
Physique

Ce roi, mais quel roi, est un roi dont le corps est taillé dans le granit ! Erzsebelt II est un homme à la stature herculéenne ! Un mastodonte dont la taille défit les cieux et dépasse des rangs d’au moins deux têtes. S’il n’était pas une tête couronné tout le monde s’empresserait de dire que cet homme est laideron. En effet, Erzsebelt ne brille pas de sa beauté. Son visage est bouffi, et mal proportionné au vu de sa corpulence. Des petits yeux noirs caché par des sourcils si épais et broussailleux qu’on peut avoir l’impression qu’ils se réunissent lorsqu’ils se froncent. Un nez énorme et épaté comme une pomme de terre. Sans parlé de l’hideux grain de beauté sur sa joue ou quelques poils épais poussent à leur sommet. Sa bouche n’est qu’une gueule immense et vulgaire d’où ne sortent que des torrents d’injures et des rots lors de repas copieux et arrosés.

Son corps, si épais, tant par la bonne chair que l’entrainement martial, fait peur à observer. Ses ennemis tremblent devant une telle montagne et les femmes tombent en pamoison avant de se raviser en voyant son ignoble trogne. L’hiver, lorsque la neige tombe et que les fourrures protègent du froid mordant, ce bon roi pourrait être pris pour un ours s’il advenait à se promener en forêt.

Pour corriger sa laideur, et montrer qu’il en impose autant par son corps que son prestige, le roi s’affuble des derniers modes vestimentaires. Les meilleurs et les plus audacieux tailleurs des royaumes du Nord sont conviés pour le vêtir dignement. Son physique, hors norme, demande des soins qui le sont tout autant afin de ne pas paraître ridicule dans des accoutrements qui iraient à d’autres mais pas à lui. En dehors des apparats et de la cours, le Roi aime se vêtir comme tout le monde. Portant une jaque brocardée, de chausses colorées. Vêtements qu’il agrémente d’une cuirasse si épaisse et si voyante sur le champ de bataille. Le monde fuit devant sa fureur et la vindicte de son marteau à deux mains qu’il a baptisé Alkonost, dont l’acier ouvragé de l’arme représente une femme magnifique à corps d’oiseau.

Caractère
Un mastodonte de ce genre-là ne s’accompagne pas d’un caractère tendre et efféminé ! Non ! Erzsebelt est un homme, un vrai ! Tempétueux et braillard, paillard invétéré ! Un tempérament de feu dont la voix de stentor roule et résonne dans les salles et coursives de son château avec la même fureur que la foudre. Il est à l’image de ce que tout étranger se fait du Kaedwen. Il est un homme rude et rustre que les cours d’autres nations, qui se considèrent comme éclairées, pourrait traiter de sauvage.

Le trône lui appartient, à lui et à personne d’autre. Nul n’oserait se mettre en travers de sa route de crainte de subir son courroux. Tous tremblent devant ses accès de fureur et ses caprices expansionnistes. Le Roi veut offrir à son peuple sa place à la table des puissants et il va leur obtenir !

Nul intrigue de cour ne l’amuse tant il est prompt à porter l’armure. Ses vassaux ont tôt fait de le reconnaître comme souverain tant ceux qui ont osé faire sécession regrettent désormais amèrement leurs perfidie. Erzsebelt est un va-t’en guerre invétéré adoré de son peuple dont il se fait devoir d’être proche. Loin des cadres pompeux, dorés et sociaux, imposés par le triumvirat du noble, clerc, paysan, ce roi ci brise les codes en bain de foule, en discours fait à hauteur d’homme, en participant et en organisant de grandes fêtes populaires partout où il met les pieds. Générant ainsi la gêne de nobles plus pompeux et adeptes des cultures extérieures mais aussi et surtout en devenant le cauchemar des bourgmestres et des guets qui peinent à maintenir l’ordre lorsqu’il est présent dans une ville.

Histoire
L’histoire narrée ici n’est pas celle d’un prince vertueux ni d’un roi bon et clément. Mais bien celle d’une bête fait homme. Erzebelt était un enfant née hideux, coiffé du placenta de sa mère, malingre et maladif. Nombreux étaient les physiciens, médecins, magiciens, de la cour qui ne voyaient en cet immonde gnome de beaux jours et un avenir dépassant la semaine. Néanmoins ce petit bonhomme dépassait les attentes et les espérances, ce nouveau-né était la laideur incarnée mais il était horriblement tenace. Le bébé grandissait et grossissait bien vite, mu d’un appétit d’ogre. Plus tard, il dépassait enfant en termes de hauteur et de largeur les autres gamins de son âge. Il ressemblait à un porcelet, gras et bouffis, des cheveux épais cachant son facies rondelet par la gourmandise. Gros, ô ça il l’était mais il était surtout fort comme un bœuf et malgré sa corpulence qui pouvait être un frein aux activités physiques Erzebelt était un enfant chahuteur au tempérament fougueux et violent. N’hésitant pas à jouer des poings pour obtenir jouet et gourmandises de la part des autres marmots. A guider des armées de gamins armés de bâton à l’assaut de castel en bottes de pailles défendu par des fêlons lors de «sanglantes » guerre de boutons.  La beauté permettait de captiver les foules à ce qu’on disait, Erzebelt par son cœur de lion apprenait, à corps et à cris, à rallier les cœurs sous sa bannière.

Il entretenait avec son père une relation en dent de scie. Henselt IV voyant que son fils avait l’étoffe des souverains se montrait d’autant plus cruel et autoritaire envers son fils héritier. Il n’était pas rare que ce dernier rossait son fils au moindre de ses écarts avec l’espoir malsain de le voir non pas s’agenouiller et le faire devenir craintif mais de développer son caractère opiniâtre et sa fureur. Si mon fils est assez sot pour se faire attraper et rosser c’est qu’il a échoué ! Clamait le Roi à sa Reine. Les vœux d’Henselt IV furent exaucés. L’adolescence d’Erzebelt était à la hauteur de ses espérances. Son fils était toujours enrobé mais mu d’une musculature de bœuf, d’un tempérament de feu. Et comble du « bonheur » pour le Roi, son fils perdurait à se relever et le défier tant du regard que des paroles. « La prochaine fois que tu porteras la main sur moi, père, tu as intérêt à avoir ta garde autour de toi. Car je n’ai pas peur d’être Régicide ! » Étaient les mots de son fils, la dernière fois que son père l’avait rossé de coups. Pour Henselt une telle déclaration était le glas de l’éducation qu’il lui infligeait. C’était une victoire ! Son fils allait être un Roi, un vrai, et non une femmelette de Redanie ou de Témérie.
Dès lors, la relation du Roi envers son Prince héritier changeait du tout au tout. Henselt avait appris à son fils comment être un vrai souverain, comment être un homme à la poigne de fer et surtout à ne jamais ployer. Pour son fils, toujours prompt à l’escapade et aux frasques, devenait le mixte des deux. Une autorité forte et implacable qui ne laissait nulle place au doute et à l’impertinence tout en étant un paillard invétéré prompt à aller courir la donzelle et semer la bâtardise dans son sillage. Nombre de vassaux voyaient en lui les prémices d’un règne qui allait mettre à genoux l’Aedirn et la reléguer au ban des nations.

La mort de son père, le Roi Henselt, propulsait le jeune héritier sur le trône à l’âge de vingt quatre ans. Avec ce couronnement venaient les troubles qui s’en suivait pour toute nouvelle tête couronnée. Les vassaux opposés à ce rustre sans principes ni étiquette s’étaient décidés à lever le ban et porter haut la bannière de la rébellion. Pour Erzsebelt c’était là l’occasion d’affirmer en un coup son autorité royale et de forcer une centralisation toujours plus accrue du pouvoir. Ainsi, les premières années de son règne étaient ponctuées de parades majestueuses et des bains de foules pour haranguer le peuple derrière lui mais aussi aux sièges et batailles rangées pour mater ces pourceaux qui avaient osé se soulever.

Malheur aux vaincus ! Hurlait le peuple lorsqu’Erzebelt exposait fièrement ses barrons et seigneurs ennemi sur l’échafaud, les donnant allègrement en spectacle à la colère populaire. Des danses au bout de cordes, de nouvelles personnalités plus dociles à la tête des terres confisquées et un peuple dans la poche, voici se qui résumait bien ce début de règne. Lui suite n’était que chasse, tournoi, et bonne chair. Une belle époque de paix, d’essor, et d’insouciance qui annonçait la venue future et inéluctable de la guerre.

Les années passaient et le Kaedwen tâchait de rattrape le retard criant qu’il affichait face aux autres nations du Nord. Isolée géographiquement et politiquement, Erzebelt n’avait qu’un désir : Celui de se retrouver à la table des puissants. De fait, pour qu’un royaume soit reconnu il doit s’étendre et bousculer l’équilibre des puissances. C’est en 1510 après des années à préparer sa nation à la guerre, à promulguer des lois militaristes, afin de former un vivier de soldats expérimentés à moindre frais, que le « bien aimé » posait son index sur la carte et donnait l’ordre de marche à ses conseillers. « Faites ce que vous voulez, mais avant l’hiver prochain, notre bannière doit flotter sur Guletta. »

Commentaire
▬ Crédit : Akim Kaliberda
▬ Commentaires : Au delà de tout, en dépit de tous !
▬ Désirez-vous un parrain ? Ca ira, merci !
▬ Comment avez-vous connu le forum ? C'est mon second compte =3 (hein quoi déjà ?!)
Généré avec le formulaire
Revenir en hautAller en bas
Erzsebelt II
Erzsebelt II
Erzsebelt II
Combattant
Erzsebelt II
Sam 24 Oct - 21:03
hello there
Revenir en hautAller en bas
Ashan
Ashan
Ashan
Érudit
Ashan
Jeu 10 Déc - 21:09
Holalalalalala ! Si tu savais, mon ami, ô combien le maître-miroir se frotte les mains ! Le Destin est en marche, oui, oui ! Je l'ai vu dans les entrailles d'un homme encore agonisant et je le constate en contemplant aujourd'hui la folie créatrice qui anime ton âme. Tu vas marquer l'histoire, mon ami. Et tous, un jour, se prosterneront devant toi, Enfant de la Prophétie.

Que dire pour signifier ma joie, mon enthousiasme ? J'attendais que tu termines cette fiche avec la certitude qu'elle serait excellente et je ne suis pas déçu. Alors merci, et bravo ! Que dis-je ? Où sont donc passées mes manières ?! Mes hommages, votre majesté ! Vos armées sont sur le pied de guerre et le peuple hurle votre nom. Il est grand temps de marquer votre nom dans le marbre de cette nouvelle ère. pirat


Tu es validé(e) !
 
   De la part de tout le staff, je te souhaite la bienvenue, toutes mes félicitations !
Te voici donc, Guerrier nordien, prêt à parcourir les terres de La Prophétie d'Ithlinne.
Dans un premier temps, je te conseille d'aller recenser ton avatar dans le bottin des avatars
Cela fait, tu pourras compléter ton profil et te créer ton Carnet de bord (si tu as des questions à ce sujet, n'hésite pas à nous contacter).
Une fois toutes ces formalités en règle, il ne te restera plus qu'à poster une Recherche d'aventure ou de répondre à l'une de celles déjà préexistantes afin de commencer ton aventure roleplay !
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouvrir/Fermer la ChatBox