Anaïs Var Attre [finit]

 :: Registres royaux :: Recensement
Mar 8 Sep - 1:48
Identité
200908124809489197.png
▬ Prénom : Anaïs
▬ Nom : Var Attre
▬ Surnom : La Sanglante
▬ Race : Humaine
▬ Origine : Cintra
▬ Faction : Les Royaumes du Nord
▬ Âge : 33 ans
▬ Occupation : Condottiere de la Main Sanglante et Duchesse d'Attre
▬ Tolérance : Haine farouche envers tout ce qui respire, mais surtout contre les sorceleurs, et les nains, et les sorcières, et les vampires, et les rois qui ne tiennent pas une promesse...Bref. La seule chose qu'Anaïs tolère, c'est elle-même.
▬ Croyance : Culte de Melitele
Objectifs
▬ A long terme: Inscrire sa légende dans les mémoires à coups de batailles et d'épées sans jamais ployer le genou. En tant que l'une des plus fameuses guerrières du continent, Anaïs entend bien collectionner les colliers de Sorceleurs.
▬ A court terme : Devenir Reine, et pour se faire, obtenir de Jorin Penrond qu'il tienne la promesse faites lors de la capture du port Attre..
Physique
Quelque peu ironiquement, Anaïs est une humaine qui se situe toujours à peu près là où on ne l’attend pas.

Le cul terreux de basse naissance, remplit d’imagination, s’attend à ce que la Sanglante soit une sorte d’assoiffée de sang tout droit évadée du ventre d’un griffon royal, décapitant pour un oui ou pour un non ce qui passe devant son sillage. Pourtant, Anaïs est en réalité plutôt calme, presque paisible comme un volcan endormi. La guerrière se tient droitement et noblement devant tous, toisant le monde d’un regard emplit de fierté et d’assurance. Tenir tête à Anaïs, c’est se confronter à la sensation de devoir affronter une montagne bien trop haute pour sois. D’ici-bas, rien ne semble pouvoir fragiliser la posture digne de la Sanglante.

La prestance d’une Reine s’il en est. Indiscutablement autoritaire, la Condotierre ne bégaye pas et ne marmonne pas, elle articule ses mots avec justesse et puissance d’une voix grave et ferme. Bien évidemment, Anaïs est dotée d’une présence forte, l’infiltration ou la discrétion c’est loin d’être son point fort.

Si seulement la Duchesse daignait bien vouloir s’entretenir un peu plus, ou rien que de temps en temps. Ce qui est sûr pour presque tous les mercenaires de la Main Sanglante, c’est qu’il est plus probable qu’Anaïs meurt de la chtouille ou de la chaude pisse (voir des deux en même temps) que par le fil d’une épée. Dépouillée de toute grâce, il n’est pas si rare que ça que de pouvoir observer la Sanglante crier moultes insultes, grossièretés ou grivoiseries. Lorsqu’elle voyage, Anaïs ne remplit pas sa gourde avec de l’eau, mais plutôt avec de l’alcool de Zerrikania ou de la Vodka de Temeria, voilà une ivrogne qui ferait pâlir les plus lourdauds nains de Mahakam. Anaïs Var Attre, la féminité même dans toute sa splendeur. On dit parfois que la demoiselle aurait des couilles encore plus gonflées que le soleil noir du Nilfgaard.

Rousse aux yeux bleus, les traits du visage harmonieux, est caché en cette femme une certaine beauté. Si cette beauté ne saute pas au regard ordinairement, lorsqu’Anaïs est nettoyée et apprêtée, coiffée et parée, c’est une nouvelle personne qui se dévoile. Celle-ci n’a pas à être jalouse d’une demoiselle de cours malgré les trente années révolues qu’elle porte sur elle.

En sa possession et mit en valeur de façon ostentatoire, une armure lourde de très bonne facture, une épée en acier de météorite et une en argent de météorite et un collier de l'école du chat accroché à sa ceinture.
Caractère
Des défauts d’Anaïs, ils sont si nombreux qu’on pourrait en faire un gros tas de linges sales mutants qui seraient prêt à mordre lorsqu’on glisse la main dedans. Impulsive, colérique, antipathique, arrogante, égocentrique, sarcastique, rancunière, impitoyable, raciste, misanthrope, vulgaire, alcoolique, arriviste... Un sale caractère comme ça, c’est presque aussi rare que d’apercevoir un dragon boire une bière en compagnie d’un nain et d’un elfe dans une taverne à Wyzima. De plus, Anaïs n’est pas spécifiquement loyale et est prête à trahir si ça peut lui apporter un bénéfice. Enfin, en réalité, tout ça c’était avant ; avant d’être trahie et abandonnée, avant d’avoir échoué.

Aujourd’hui, Anaïs est dépitée, décapitée. La tête ? Perdue dans un profond méandre de doutes. Le corps ? Une marionnette qui se meut grâce aux fils de la haine et de la vengeance. La Sanglante ne sait plus quoi faire ; elle ne sait pas comment diriger son Duché, ne sait pas comment faire pour récupérer ce qui lui revient de droit et ne sait pas comment retrouver ce foutu assassin. Lionne en cage, Anaïs tourne impatiemment en rond. Abandonner ses terres pour retourner à la vie de Condotierre ? Impossible, ça serait renoncer face à Jorin et donc perdre sa fierté. Tant que ce félon n’aura pas payé, pas question d’avancer et de passer à autre chose.

D’une manière ou d’une autre, Anaïs va devoir évoluer. Elle va devoir apprendre à diriger son duché, gagner la confiance de sa famille et l’appui du peuple. Va-t-elle s’engager dans une voie plus diplomatique et tenter de percer avec l’aide de manipulations et d’intrigues politiques ou bien va-t-elle utiliser de son glaive et de son caractère pour réclamer son dû avec force et fermeté ? La Duchesse ne sait pas encore, mais elle trouvera.
Histoire
Il faut dire que par rapport au début de son voyage lorsqu’elle avait vingt ans, Anaïs à bien vieillit et n’est plus toute jeune. Après plus de dix années passées sur les routes avec sa compagnie de moribonds pour accomplir les plus périlleuses missions à la recherche de renommée pour la Main Sanglante, participer à des champs de batailles historiques pour inscrire sa légende dans les mémoire ; peu sont ceux ayant franchi le cap des trente années en ayant vécu aussi dangereusement qu’elle. Depuis son avènement au titre de Duchesse, la Sanglante a quitté les routes pour s’installer dans son palais du port d’Attre. Insatisfaite de la situation actuelle ; Anaïs est abandonnée par sa famille depuis l’assassinat de son père, par son peuple à cause de la trahison en faveur de Jorin, et par son roi qui ne reconnaît pas la promesse faites à son défunt père, c’est donc avec amertume que la rousse se retourne pour examiner son existence.

Paradoxalement au temps où Anaïs vivait au jour le jour sans penser au lendemain, pour elle, l’avenir n’aura jamais été aussi incertain qu’en ces instants de turpitudes. Avec le recul, la noble ducale regrette certains de ses choix lorsqu’elle en voit les résultats. Qu’aura été sa vie sinon une suite d’échecs ponctués par quelques réussites ? En faisant le bilan de sa jeunesse, la Duchesse remarque que même au sommet de son histoire, elle n’aura ni accompli ses objectifs, ni ses rêves, et ça la pousse dans une colère qui ne s’en va plus. Jamais la Var Attre n’aura été aussi hargneuse qu’à l’aube de sa trentaine.

Anaïs est née à l’intérieur du territoire de Cintra, au port d’Attre qui porte le nom de sa prestigieuse famille. Dès lors, la fille de par sa naissance était promise à un avenir somptueux. Ravissante demoiselle, ainée qui plus est, provenant d’une noble famille ducale, tout souriait à la rousse. Malheureusement, elle n’était pas un homme et dès le début de son enfance elle savait qu’elle allait être promise à un mariage, dans lequel elle ne trouverait pas son bonheur, pour renforcer l’influence de la famille. Ce qui ne convenait radicalement pas à l’enfant qu’elle était, une enfant qui souhaitait vivre pour elle-même et surtout être sa propre cheffe et non la chienne d’un noble époux qui ne l’exhibera que pour le pouvoir. Son premier échec fut d’être une mauvaise Var Attre.

Au sein de la fine fleur de Cintra, Anaïs ne trouva jamais sa place. Rejetée pour une raison ou pour une autre, car c’est une femme, car c’est une Nilfgaardienne d’origine, car elle est rousse, car elle n’est pas intéressée par la fréquentation d’autres nobles... La Var Attre fêta ses anniversaires dans la solitude. Sa place n’était pas dans la noblesse ni à Cintra. Son second échec fut de n’avoir jamais réussi à s’intégrer.

Suite à quoi elle prit la décision de tracer sa propre voie en s’offrant les meilleurs maîtres d’armes du continent, plus intéressée par l’épée que par les interminables débats entre nobles. Durant des années, Anaïs subit un entrainement intensif et rigoureux en oubliant tout autre apprentissage, à quinze ans la jeune noble savait à peine lire et écrire, mais elle connaissait en grande partie des plus subtils rouages de l’escrime.

C’est à vingt ans que Anaïs quittait Cintra et recrutait quelques mercenaires pour l’accompagner dans sa quête de gloire. A la recherche de contrats particulièrement épineux, c’est en chassant une Wyverne avec dix de ses compagnons d’armes que ceux-ci gagnèrent en notoriété. Mais, c’est suite à un autre contrat qu’Anaïs Var Attre devint la Sanglante. Les compagnons, qui ne portaient pas encore le nom de Main Sanglante, furent engagés pour participer à la guerre des deux ans. C’est sur le champ de bataille qu’Anaïs obtint son surnom, car, sans la moindre pitié, la mercenaire mit à mort quinze soldats ennemis qui avaient déposés les armes. Du surnom « La Sanglante » naissait « La Main Sanglante »

Mais c’est au cours de la guerre de Magnus que la Sanglante se rapproche de Jorin, ils en devinrent même des amants. Bientôt, Anaïs fut séduite par cet homme qui avait des ambitions aussi grandes que les siennes, séduite par les perspectives d’un grand avenir.

En 1510, elle et son père trahirent le Roi Peter Carast de Cintra en ouvrant les portes du Port d’Attre, en échange de quoi Jorin devait épouser Anaïs en devenant roi de Cintra. Jorin s’empara de la ville. Pour sa trahison, le Duc Var Attre fut assassiné par la demande d'un commanditaire Nilfgaardien. Un sorceleur avait été également envoyé au même moment pour tuer la Sanglante, après un combat dont l'issue était incertaine, Anaïs l'emporta avec difficulté et récupéra le médaillon de l'école du chat en signe de trophée.

Jorin ne respecta pas sa promesse de faire d’Anaïs sa reine, s'étant entiché d'une saleté de voyante. Son troisième échec était d'avoir fait confiance à Jorin.

A la mort de son père et n’ayant personne pour reprendre le titre de Duc, Anaïs Var Attre fut élevée au rang de Duchesse. Sauf qu’aujourd’hui, les ambitions de la rousse s’effondrent et plus que jamais son grand avenir lui semble intouchable.

Assurément dépitée, pourtant, les Dieux seuls savent qu’Anaïs n’a pas dit son dernier mot et qu'elle se relèvera de ses erreurs.
Commentaire
▬ Crédit : Dropdeadcoheed
▬ Commentaires : Ready pour le test rp !
▬ Désirez-vous un parrain ? Non hein t'inquiète, ça va aller.
▬ Comment avez-vous connu le forum ? Hééééé...J'ai oublié, pardon :c J'ai une mémoire de poisson rouge ...
Généré avec le formulaire
Revenir en hautAller en bas
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Combattant
Anaïs la Sanglante
Mar 8 Sep - 11:38
Bienvenue ! Madame semble méchante. triste
Revenir en hautAller en bas
Vestibor Sambukid
Vestibor Sambukid
Vestibor Sambukid
Noble
Vestibor Sambukid
Mar 8 Sep - 11:57
Hahaa ! une camarade mercenaire ! Bienvenue, bienvenue, à toi !
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Mar 8 Sep - 14:49
Heyyy !!

Voyons, les méchants, les gentils...c'est relatif tout ça Vestibor ! Quand la madame fera tomber une tête ou deux pour toi elle te semblera plus aimable héhéhé

Au plaisir de se croiser quelque part Côme !
Revenir en hautAller en bas
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Combattant
Anaïs la Sanglante
Mar 8 Sep - 17:05
Evidemment. Je m'en voudrais de gâcher tes talents. Langue
Revenir en hautAller en bas
Vestibor Sambukid
Vestibor Sambukid
Vestibor Sambukid
Noble
Vestibor Sambukid
Mer 9 Sep - 18:16
Fiche finie en attente pour la correction ! Merci
Revenir en hautAller en bas
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Anaïs la Sanglante
Combattant
Anaïs la Sanglante
Mer 9 Sep - 18:52
Bienvenue camarade de Cintra !
Revenir en hautAller en bas
Abigail de Roggeveen
Abigail de Roggeveen
Champion de la noblesse
Abigail de Roggeveen
Érudit
Abigail de Roggeveen
Jeu 10 Sep - 17:47
Elle s'annonce pas facile la vie de Duchesse. Mais j'ai vraiment hâte d'en lire les pérégrinations, j'adore ton écriture, elle est fluide à lire et on s'étonne presque d'en arriver au bout tant on se laisse porter !
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Ven 11 Sep - 3:16
Je te souhaite officiellement la bienvenue sur La Prophétie d'Ithlinne, Anaïs, dite La Sanglante !

Dans un premier temps, tu sembles avoir cerné le personnage d'Anaïs, ton histoire va dans ce sens et c'est une excellente chose. Néanmoins, j'aurais apprécié que tu développe davantage son caractère, possiblement en prenant appui sur les éléments que nous avions fourni sur sa fiche de prédéfini.
Au delà de ça, les descriptions d'Anaïs sont très intéressantes et j'aime la façon que tu as eu de la présenter.

Dans ton histoire, il y a quelques petits points qui m'ont chiffonné, rien de grave mais j'aimerais revenir dessus car cela me semblait important.

Dans un premier temps, tu insistes beaucoup sur son âge. Anaïs n'a que 33 ans et même si nous nous situons dans un univers médieval fantastique, cet âge ne fait pas encore d'elle une vieille femme. Elle est encore au zenith de sa condition.
Pareillement sur la place de la femme en Cintra. Si elles n'ont pas la priorité dans l'exercice du pouvoir (qui revient à leur mari si et seulement si elles en ont un) et si l'on imagine mal une femme faire de carrière militaire en ce royaume, les femmes sont bien plus considérées et ne servent pas simplement de pot de fleurs dans l'attente d'être mariées. D'ailleurs, ce sont elles qui choisissent leur parti, ce qui n'est pas rien (ou en tout cas leur famille).
Je me fends de ces deux remarques car, même si tu l'as peut être saisi, ce n'est pas parfaitement clair dans ta rédaction et je voulais m'en assurer.

Aussi, j'aimerais que tu corriges l'orthographe du royaume de Témérie (avec un E) et de Zerrikanie (de nouveau avec un E). En effet, nous avons privilégié cette orthographe qui nous semble plus juste et plus appropriée à la langue française que la terminaison -A.
Aussi, Attre est bien plus qu'un simple port. C'est une grande et imposante cité, riche et puissante. Le port d'Attre n'est qu'un quartier parmi tant d'autres.

Hormis ces quelques petites remarques, j'ai apprécié la lecture de ta fiche et les quelques inventions que tu as faites pour étoffer ce bg. Je pense qu'il y a matière à l'étoffer encore un peu mais il n'y a là rien de rédhibitoire.
Tu as correctement cerné le personnage et je pense qu'il sera avec toi en de bonnes mains.
Sur ce, je te laisse corriger et revoir ta position sur les quelques remarques que je t'ai énoncées. Une fois cela fait, tu pourras dignement être validée ! souriant
Revenir en hautAller en bas
Borch Trois-Choucas
Borch Trois-Choucas
Conteur itinérant
Borch Trois-Choucas
https://www.thewitcher-rp.com
Maître du Jeu
Borch Trois-Choucas
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouvrir/Fermer la ChatBox