Ven 24 Juil - 16:02

Prétirés : Royaumes du Nord


Sommaire


Royaume de Kovir (0/2)


                        ● Hannah Ière, reine du Kovir ▬ libre
                        ● Archibald Thyssen, Grand-pensionnaire du Kovir ▬ libre


Royaume de Kaedwen (0/4)


                        ● Erzsebelt II, roi de Kaedwen ▬ libre
                        ● Roustand de Ban Ard ▬ libre
                        ● Stroud Huank ▬ libre
                        ● Nageyth de Glevintzingen ▬ libre


Saint-empire rédanien (2/6)


                        ● Holsein II, Saint-Empereur de Rédanie ▬ libre
                        ● Adéodat IV, Hiérarque du Novigrad ▬ libre
                        ● Fiona Vidukast, impératrice douairière de Rédanie ▬ libre
                        ● Vestibor Sambukid de La Valette, premier prince du sang rédanien ▬ pris
                        ● Hedwige Sambukid, princesse de Rédanie ▬ pris
                        ● Maître Passerin, barde itinérant ▬ libre


Royaume d'Aedirn (1/2)


                        ● Ragenard IV, le roitelet d'Aedirn ▬ réservé
                        ● Alexandre d’Ellander ▬ libre


Royaume de Témérie (0/2)


                        ● Alaric Ier, roi de Témérie ▬ libre
                        ● Lukas Venzlav, duc de Brugge ▬ libre


Royaume de Dol Angra (0/1)


                        ● Eira 1re, reine de Dol Angra ▬ libre


Royaume de Cintra (2/3)


                        ● Jorin Penrod, Roi de Cintra ▬ libre
                        ● Anaïs la Sanglante ▬ pris
                        ● Abigail de Roggeveen ▬ pris


Archipel de Skellige (0/3)


                        ● Magnus Tuirseach, roi de Skellige ▬ libre
                        ● Ffraid an Craite ▬ libre
                        ● Harald le Tueur de Dragon ▬ libre
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:02

Royaume de Kovir


Hannah Ière, reine du Kovir ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Hannah
▬ Nom : Thyssen
▬ Surnom : la reine des niaises
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Lan Exeter
▬ Âge : 55 ans
▬ Occupation : reine du Kovir
▬ Physique : visiblement plus jeune que son âge laisserait à penser, Hannah a l'apparence d'une jeune femme à la chevelure blond platine.
▬ Caractère : Charitable, curieuse, franche, jalouse, mélancolique, miséricordieuse, pacifique, philanthrope, romantique.
▬ Archétype : Noble
▬ Alignement : Neutre bon
▬ Tolérance : Haine du Mal
▬ Croyance : Suit les préceptes du Livre du Bon.
▬ Crédit : Liang Xing
Objectifs
▬ A long terme: Éradiquer le Mal de la surface du continent
▬ A court terme : Apprendre à devenir reine.
Histoire



Si elle avait pu choisir, fort est à parier qu'Hannah aurait préféré naître boulangère pour pouvoir contempler simplement le bonheur des gens. Au lieu de cela, sa haute naissance et son statut d'héritière ont eu tôt fait de la placer sur le trône du royaume de Kovir où son arrière-grand-père, le grand Friedriech Thyssen a régné plus d'un siècle d'absolutisme sous le signe de la suprématie des mages.
Très tôt orpheline après la mort de ses parents durant la Guerre du Nord, la jeune fille est laissée aux bons soins de son arrière-grand-père. Ainsi éduquée, Hannah s'est souvent montrée désinvolte face à l'exercice du pouvoir et aux concessions absurdes que celui-ci exigeait. L’aberration de la sauvegarde des plus puissants au détriment des plus fragiles et son incompréhension totale des raison qui poussent les Hommes à se faire la guerre ont longtemps été un casse-tête, autant pour ses percepteurs que pour son aïeul. En effet, vieillissant, fatigué par son règne exceptionnel et conscient de l'importance de rendre à son royaume la paix qu'il n'avait que trop sacrifiée, c'est à travers le visage de cette enfant, que son peuple voyait douce et attentionnée - aux antipodes de son arrière-grand-père - que les troubles koviri sauraient être apaisés.

C'est finalement accompagnée de son arrière grand-oncle, le Grand-pensionnaire Archibald Thyssen qu'Hannah Ière accède au trône en 1493, alors que le royaume est encore traversé par des conflits civils, rapidement calmés par l'impulsion du nouveau pouvoir koviri.
Si cette arrivée au pouvoir quelque peu chaotique a profondément marqué la nouvelle souveraine, et si Hannah est bien responsable de nombreux chantiers populaires aux yeux de son peuple - comme construction de l’Hôpital du Bon à Pont-Vanis ou de l'exceptionnelle Académie publique de Lan Exeter - c'est à Archibald qu'est délégué une grande partie des pouvoirs royaux - reconnaissance de la noblesse des duchés de l'est, réorganisation du parlement.

Curieuse et profondément touchée par le bien-être de son peuple, c'est par un concours de circonstances, impliquant la rencontre d'un charmant barde rédanien, que la reine Hannah Iere se tourne vers les préceptes du prophète Lebioda et les écrits du Livre du Bon. Désormais convaincue que le plus grand des combats reste à mener contre le Mal, c'est avec une audace toute nouvelle que la reine du Kovir se réaffirme sur le trône koviri, au plus grand damn d'Archibald, qui fut pourtant son mentor jusque là, avec qui sont apparues récemment quelques vives tensions.
Liens
 
Maître Passerin ~ Un charmant courtisan  ▬ Rencontré au hasard lors d'un bal donné au Palais de Lan Exeter, ce n'est pas tant son talent - quoi qu’indéniable - pour les arts bardiques plutôt que pour la plaisante discussion qu'ils eurent alors qu'Hannah Thyssen est aujourd'hui piquée d'une curiosité romantique à l’évocation du nom de Maître Passerin. Et si la philosophie du barde a su la toucher, c'est en parti des suites de cette plaisante rencontre que la reine du Kovir s'est intéressée aux écrits de Lébioda.

Archibald Thyssen ~ Un arrière-grand-oncle de Grand-pensionnaire  ▬ Si le vieux Archibald a longtemps été le mentor de la jeune Hannah, c'est avec une certaine naïveté qu'elle a laissé à son Grand-pensionnaire une latitude jamais vue dans l'exercice de la politique koviri. Mais, tandis qu'elle se prend au jeu du pouvoir, celui-ci ne cesse de la contredire et d'aller à l'encontre de ses volontés. Qu'à cela ne tienne, s'il doit comprendre que sa place n'est plus à ses côtés, Archibald est bien assez intelligent pour savoir où se trouve sa place.

 


Archibald Thyssen, Grand-pensionnaire du Kovir ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Archibald
▬ Nom : Thyssen
▬ Surnom :
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Lan Exeter
▬ Âge : 167 ans
▬ Occupation : Grand-pensionnaire du Kovir
▬ Physique : Un vieil homme marqué par l'âge, à la barde blanche et finement entretenue et aux riches atours.
▬ Caractère : ambitieux, bienveillant, éloquent, intelligent, méfiant, orgueilleux, patient, protecteur, rancunier
▬ Archétype : Érudit
▬ Alignement : Chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des rédaniens
▬ Croyance : aucune
▬ Crédit : Andrey Shishkin
Objectifs
▬ À long terme: Marquer de son empreinte l'histoire du Continent
▬ A court terme : Retirer les croyances naïves de la tête de sa nièce.
Histoire



Dès son plus jeune âge, Archibald était conscient de son avenir : celui de petit frère du futur monarque. Alors, s'il ne pouvait être roi, le jeune koviri s'était fait à l'époque la promesse d'être le plus grand mage que le royaume ait connu. Mais, même dans cette discipline, tous ne faisaient qu'admirer les prouesses de son aîné, pour lequel tout semblait si simple et si instinctif, alors l'acharnement quotidien du jeune Archibald ne lui permettait pas d'égaler son illustre aîné.
Poursuivant son cursus néanmoins exemplaire, c'est assez naturellement qu'il fut professeur à l'académie de Lan Exeter puis recteur entre 1403 et 1420 avant que Friedriech Thyssen ne l'approche pour en faire son Grand-pensionnaire. Si cette nouvelle presque inespérée lui avait donné l'opportunité d'inscrire son nom en lettres capitales dans les livres d'histoire de son royaume, c'est avec une amertume sans cesse renouvelée qu'Archibald se rendit compte du peu de place que lui laissait son souverain dans l'exercice de ses fonctions et dans les divergences politiques qui animaient leurs longues entrevues. Souvent envoyé au casse-pipe pour faire valoir les volontés de son aîné auprès du parlement, c'est après de multiples conspuations parlementaires et rabaissements publiques de la part du souverain qu'Archibald décide de quitter son poste pour s'en retourner à l'académie de Lan Exeter en 1447.
Ni Grand-pensionnaire, ni directeur d'académie, ses rêves de postérité oubliés, c'est d'un regard inquisiteur qu'Archibald regardait son frère écrire l'histoire.

Éloigné des instances parlementaires, c'est avec une surprise relative qu'Archibald assiste au schisme parlementaire et aux troubles qui suivirent. Si d'aucun ne l'accuse ouvertement, personne n'ignore cependant les liens qu'entretenait le professeur de Lan Exeter avec nombre de ses anciens collègues parlementaires et c'est avec un certain opportunisme qu'Archibald retrouve ses fonctions de Grand-pensionnaire aux côtés de son aîné et prépare aussitôt la succession de la jeune Hannah.
Mentor de cette dernière autant pour ses classes politiques que magiques, et personnage politique de premier plan sous le règne d'Hannah Ière, Archibald s'attache à restaurer les pouvoirs politiques du Kovir et à rétablir l'équilibre de ses forces. Pourtant, il reste un soupçon d’appréhension tandis qu'il voit sa nièce approchée par tant et tant de courtisan qu'elle semble rapidement goûter aux plaisirs du trône. Progressivement relégué au second plan, c'est avec crainte qu'il regarde sa nièce emprunter un à un les traits de son auguste prédécesseur.
Liens
 
Hannah Ière ~ Rendez donc son sceptre à cette enfant !  ▬Si Hannah a toujours été une jeune fille douce et attentive à ses leçons, ses récentes fréquentations ont instillée en elle des vélléités qui ressemblent d'avantage aux torts de son prédécesseur absolutisme, et ce n'est pas ce dont le Kovir a besoin. D'autant que la jeune femme se plaît à se passer de ses services au mépris des parlementaires qu'Archibald affronte à chaque nouvelle séance. Il s'agit de rendre la raison à cette souveraine, pour le bien du royaume autant que pour celui sa propre carrière.

 
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:03

Royaume de Kaedwen



Erzsebelt II, roi de Kaedwen ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Erzsebelt
▬ Nom : Vidukast
▬ Surnom : le Bien-aimé
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Ard Carraigh, Kaedwen
▬ Âge : 33 ans
▬ Occupation : roi de Kaedwen
▬ Physique : Un homme costaud au sourire moqueur qui corrige la laideur de ses traits par des atours nobles et sophistiqués.
▬ Caractère : Arbitraire, avenant, charismatique, déloyal, ivrogne, patriote, pragmatique, querelleur, grossier.
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : neutre mauvais
▬ Tolérance : Haine des Aedirniens, des Nilfgaardiens et des non-humains
▬ Croyance : Culte de Kreve
▬ Crédit : Akim Kaliberda
Objectifs
▬ A long terme: Faire du Kaedwen la première puissance du Nord.
▬ A court terme : Conquérir Guletta et assujettir définitivement l’Aedirn.
Histoire

« Bordel de merde, qu’est-ce que vous n’avez pas compris, au juste ?! Je suis le putain de roi ! Et je conduirai ce bon vieux putain de Kaedwen vers une foutue victoire à en faire jouir toutes les putains du Pontar ! Alors, la seule putain de question qui s’pose est la suivante :  vous êtes de mon côté ou pas ?! »


Fils du roi Henselt IV, Erzsebelt est un descendant de la prestigieuse lignée de la Licorne. À la mort de son père, tué accidentellement lors d’un tournoi en 1486, il hérite d’un royaume en pleine renaissance. S’il est vrai que le Kaedwen n’a jamais recouvré l’essentiel de son indépendance politique vis-à-vis du Saint-Empire rédanien, le royaume n’a jamais été aussi puissant que depuis la Guerre Sanglante des Deux Licornes qui permit à la lignée des Vidukast de récupérer le trône laissé vacant par Henselt Ier à l’orée de la Troisième Guerre contre le Nilfgaard. Jouissant à la fois de relations diplomatiques nouvelles avec la Rédanie et de sa mainmise sur la vallée du Pontar, le Kaedwen est redevenu l’une des principales puissances du Nord qu’Erzsebelt dirige aujourd’hui d’une main de fer.
Couronné à l’âge de vingt-quatre ans, Erzsebelt s’impose comme un roi autoritaire et respecté. Préférant l’action aux ennuyantes séances du conseil privé, Erzsebelt délègue une grande partie de ses fonctions royales à ses ministres pour s’adonner à ses grandes passions : la vénerie, le combat, les jeux d’argent et la boisson. Dès le début de son règne, il entreprend de nombreux voyages au sein de son royaume pour fraterniser avec ses sujets. De ses multiples frasques et aventures, il gagne la sympathie du peuple et hérite du surnom de « Bien-aimé ». Joueur émérite, Erzsebelt n’en demeure pas moins un individu susceptible et impitoyable, préférant pourfendre le crâne de ses ennemis plutôt que d’avoir à négocier avec eux. Autant dire qu’il est dangereux de jouer au Gwynt avec lui lorsque l’on ne bénéficie pas de l’immunité diplomatique.

Liens
 
Fiona Vidukast ~ une sœur étrangère  ▬ Erzsebelt ne garde que peu de souvenirs de sa sœur aînée, celle-ci ayant quitté le Kaedwen pour rejoindre la cour impériale de Rédanie alors qu'elle n'était qu'une enfant. Le père d'Erzsebelt, Henselt IV, espérait alors qu'une paix durable naisse entre le Kovir et le Saint-Empire grâce à l'union de sa fille avec le futur empereur Vizimir IV. Or, si ce mariage permit effectivement aux deux nations de tisser des relations courtoises pendant plusieurs décennies, cet accord apparaissait comme pénible à Erzsebelt lorsque celui-ci rêvait de poursuivre le combat de ses ancêtres contre l'ennemi rédanien. La mort tragique de Vizimir IV en 1509 vint soulager ce problème puisqu'il mit un terme aux traités de non-agression convenus au lendemain de la Grande Guerre du Nord. C'est suite à cette rupture qu'Erzsebelt s'est préparé à conquérir Guletta au grand dam de sa sœur - qui voit sa position fragilisée au sein de la cour de Rédanie - et des différents partisans de la paix d'hier.

Roustand de Ban Ard ~ un mage-conseiller loyal ▬ Erzsebelt et Roustand partagent bien peu de points communs, les deux hommes ayant des caractères et des styles de vie bien opposés. Cependant, là où n'importe quel courtisan aurait été chassé de la cour pour avoir déplu au monarque par une attitude dissemblable à ses humeurs irrégulières, Roustand a su briller par son efficacité au sein du gouvernement à tel point qu'il a su se rendre indispensable à Erzsebelt. Devenu son chancelier, son conseiller, son informateur, son garde-du-corps, son homme à tout faire et son confident, jamais le magicien ne s'éloigne de son maître sinon pour obéir à ses ordres. Roustand ne s'étant jamais risqué à décevoir Erzsebelt, il est le seul à bénéficier de la confiance aveugle du roi de Kaedwen.

Nageyth de Glevintzingen ~ une magicienne réfractaire au changement  ▬ Jadis, la magicienne Triss Merigold aida le roi Viduka à récupérer son trône lors de la Guerre Sanglante des Deux Licornes. Depuis fût reconstruite l'académie mixte de magie de Ban Ard dont Erzsebelt est aujourd'hui le protecteur. Nageyth de Glevintzingen, la rectrice de l'académie, est une magicienne connue de tout le continent. Une femme fière qui refuse de répondre correctement aux attentes du monarque lorsque celui-ci aimerait que les magiciens intègrent son armée. Aussi puissante soit-elle, Erzsebelt ne supportera pas longtemps que sa protégée l'éconduise de nouveau.

 




Roustand de Ban Ard ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Roustand
▬ Nom : de Ban Ard
▬ Surnom : Le Gris
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Rédanie
▬ Âge : 105 ans
▬ Occupation : mage-conseiller d’Erzsebelt II, chancelier du Kaedwen
▬ Physique : Un homme à l'allure sage et à la voix puissante, vêtu d'un imposant manteau ceinturé de grimoires et de potions d'alchimie. Il est régulièrement accompagné d'un corbeau perché sur son épaule.
▬ Caractère : Antipathique, calme, cupide, cynique, érudit, froid, intelligent, méticuleux, opportuniste.
▬ Archétype : Érudit
▬ Alignement : chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des femmes, des Nilfgaardiens.
▬ Croyance : Aucune
▬ Crédit : LI qian
Objectifs
▬ A long terme: Faire du Kaedwen la première puissance du Nord.
▬ A court terme : Conquérir Guletta et assujettir définitivement l’Aedirn.
Histoire

« Le roi est un enfant. Un grand enfant. Et notre devoir, chers collègues, est de le satisfaire. Si c’est une guerre qui amuse le roi, alors nous allons faire en sorte que notre bon roi gagne cette guerre. Est-ce clair ? »


Roustand est l'un de ces nombreux enfants aux talents exceptionnels qui furent abandonnés par leurs parents après que leurs dangereuses prédispositions pour la magie apparurent au grand jour. Par chance, il fût rapidement recueilli par l'académie des mages de Ban Ard, peu de temps avant que ne débute la Quatrième Guerre contre le Nilfgaard. Roustand resta enfermé dans cette école jusqu'à la fin de ses études. Sa misanthropie ne l'aidant pas à nouer de solides relations avec ses pairs, l'homme acquis une solide érudition après de longues soirées solitaires à lire d'épais ouvrages, reclus dans un coin de la bibliothèque. Malgré cette solitude, Roustand développa, durant sa maturité, de forts sentiments amoureux à l'égard d'une de ses enseignantes : la magicienne Nageyth de Glevintzingen. Mais, bien qu'il dissimulait cette faiblesse secrète derrière de soigneux faux-semblants, celle-ci finit par être découverte par un rival de Roustand qui vint un jour lire dans ses pensées. Ce rival trouva alors amusant d'ébruiter l'affaire, faisant de Roustand la risée de son école. Cette douloureuse humiliation fut très instructive au jeune magicien qui se promit alors de ne plus jamais aimer qui que ce soit.
Les études que Roustand mena avec brio lui permirent de revendiquer une place de choix au sein de la cour du Kaedwen où il devint le mage-conseiller du jeune roi Erzsebelt II. Si ses nombreux savoirs étaient rarement sollicités, le magicien sut mettre son intelligence et sa rigueur au service de l'état, devenant au fil des années l'un des principaux administrateurs du gouvernement kaedwenien. Et comme il était facile pour un homme  avisé comme Roustand d'évoluer parmi les nobles décadents de la cour, il s'imposa comme une figure centrale du royaume jusqu'à obtenir la fonction de chancelier du Kaedwen. Le roi Erzsebelt II étant plus intéressé à courir le lièvre et la gueuse plutôt que de gouverner son pays, le magicien s'applique à satisfaire les désirs du monarque tout en dirigeant le Kaedwen en son nom.
Mais, comme le pouvoir corrompt et que beaucoup de pouvoir corrompt beaucoup, Roustand n'a jamais su se satisfaire d'un simple rôle de ministre. S'il cherche à plaire à son monarque avec zèle, c'est avec d'autant plus de témérité qu'il oeuvre à satisfaire sa propre soif de puissance. Certes, il n'a rien d'un intriguant habitué aux jeu des courtisans, mais son ambition et son désir d'humilier ses opposants en ont fait un individu redoutable.

Liens
 
Erzsebelt II de Kaedwen ~ un protecteur capricieux ▬ En échange de ses services, Erzsebelt a offert à son mage-conseiller une vie de prince. En retour, Roustand se doit d'obéir à la volonté du monarque, ce à quoi il s'emploie avec ardeur. Car il sait qu'être irréprochable aux yeux de son protecteur, c'est savoir répondre au moindre de ses désirs. Pour le magicien, s'assurer la satisfaction d'Erzsebelt est aussi bien une question de survie que de pouvoir.

Nageyth de Glevintzingen ~ une vieille histoire  ▬ Roustand ne s'est jamais remis de l'humiliation qu'il eut subit lorsqu'il était  élève à l'académie de Ban Ard. Malgré elle, Nageyth était au centre de cette histoire. Et aujourd'hui, Roustand préfère la haïr plutôt que d'admettre la faiblesse qu'il ait pu éprouver un jour à son encontre. Car l'admettre, ce serait accepter l'humiliation dont il a jadis été victime.

 




Stroud Huank ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Madeth
▬ Nom : Huank
▬ Surnom : Stroud
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Est Ovir, Kaedwen
▬ Âge : 27 ans
▬ Occupation : Conscrite de l'armée Kaedwen
▬ Physique : Un soldat androgyne.
▬ Caractère : Astucieuse, brave, coriace, fière, gentille, inconsciente, têtue,
▬ Archétype : Insignifiante
▬ Alignement : chaotique bon
▬ Tolérance : Haine des non-humains.
▬ Croyance : Culte de Kreve
▬ Crédit : Stepan Alekseev
Objectifs
▬ A long terme: Restituer l'honneur de sa famille.
▬ A court terme : Préserver sa couverture.
Histoire

Madeth Huank est la fille d'un artisan d'Est Ovir, un petit village de la province de Leyda. Vivant dans une région assez isolée, elle connut les délices d'une enfance heureuse et insouciante. Aînée d'une sororité de cinq jeunes demoiselles, Madeth apparaît comme la plus forte et la plus audacieuse d'entre toutes. Son amour pour sa famille la pousse régulièrement à commettre des actes souvent inconsidérés que beaucoup qualifieraient de “folies”.
Mais rien n'a jamais semblé difficile pour Madeth. La jeune Kaedwenienne qui n'avait jamais quitté son village alimentait jusque-là son existence de récits chevaleresques et de rêves d'aventures. De tendres images qui plaisaient à son imagination débordante et qui lui permettaient d'oublier la dure réalité de son quotidien miséreux.
Après la mort de sa mère, Madeth pris une place centrale au sein de la famille, travaillant à l'atelier aux côtés du paternel et dirigeant ses petites sœurs dans leurs corvées quotidiens. Elle n'avait plus de temps pour elle mais elle nourrissait suffisamment d'espoirs différents pour ne jamais se laisser abattre.
C'est alors que le père de famille fût victime d'un accident et qu'il devint incapable de poursuivre son métier d'artisan. Madeth se résolut à reprendre les rênes de sa famille et, avec l'aide de ses soeurs, parvint à lui éviter le pire, les usuriers n'attendant qu'une occasion pour se saisir de leurs biens.
Si Madeth parvint à sauver son foyer de la ruine, ce ne fût pas toujours en accord avec la loi, la jeune fille apprenant très vite que la justice n'était pas toujours équitable avec les gens de sa condition. Le fait d'être née femme au sein du Kaedwen lui interdisait déjà l'accès à de nombreuses formations et professions réservées au prétendu sexe fort. Madeth a toujours été fermée à ce genre de raisonnement et, même si elle n'oserait jamais se dire l'égale d'un homme, elle se sait bien capable de les imiter avec autant de frime et de suffisance que n'en arborent ses compatriotes.
C'est à son vingt-septième printemps que son monarque, le roi Erzsebelt II de Kaedwen, déclara la guerre à l'Aedirn. Ses officiers chargés de la conscription vinrent arpenter les villes, les villages et les hameaux du royaume sans oublier celui d'Est Ovir, y réclamant à ce que chaque famille fournisse de la piétaille pour engraisser les armées de sa majesté. Madeth, se refusant à ce que son père malade parte pour un conflit à l'issue incertaine, décida alors de se couper les cheveux, d'endosser l'armure de sa famille, et de changer d'identité pour s’enrôler sous le nom Stroud Huank.

Liens
 
Une famille à protéger  ▬ Au regard de la loi kaedweni, Madeth ne devrait pas avoir le droit de prendre la place d'un homme assigné à la conscription. En se faisant passer pour un homme, Madeth a certes protégé son père mourant d'un conflit dont il ne serait pas revenu vivant, mais elle encourt désormais le risque d'être démasqué et que sa famille subisse les conséquences de sa trahison. Autrement dit, il est d'un intérêt vital pour sa famille que personne ne le sache.  

Roustand de Ban Ard ~ M'aurait-il démasqué ?  ▬ Madeth regrette les deux fois où elle a croisé le sinistre mage-conseiller du roi, Roustand le gris. L'on dit beaucoup de choses effrayantes à son sujet, et du peu qu'en a entendu Madeth, elle aurait préféré ne jamais avoir à le rencontrer. S'ils ne se sont jamais adressés directement la parole, la jeune fille n'oubliera jamais le regard noir que lui aura lancé le magicien au détour d'une conversation. Un regard terrifiant, capable de vous plonger dans un océan de doute et d'incertitude. Ne dit-on pas des sorciers qu'ils seraient capables de lire dans vos pensées ?

 



Nageyth de Glevintzingen ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Nageyth
▬ Nom : de Glevintzingen
▬ Surnom : Aucun
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Glevintzingen, Dol Angra
▬ Âge : 182 ans
▬ Occupation : Rectrice de l'académie mixte de Ban Ard
▬ Physique : Une belle jeune femme aux cheveux d'or semblant n'avoir qu'une vingtaine d'année. Elle porte de riches parures ainsi qu'un magnifique collier dans lequel est incrustée une pierre de malachite. En sa présence, nul ne peut ignorer son parfum aux odeurs de mousse de chêne et de coumarine.
▬ Caractère :  Coquette, digne, douce, exigeante, intelligente,  rationnelle, responsable, taquine, vaniteuse.
▬ Archétype : Érudit
▬ Alignement : chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des Nilfgaardiens.
▬ Croyance : Aucune
▬ Crédit : Viccolatte
Objectifs
▬ A long terme: Protéger l'académie de Ban Ard et ses habitants.
▬ A court terme : Faire prévaloir la neutralité de l'académie dans les conflits à venir.
Histoire

Nageyth est l'une des magiciennes les plus talentueuses de sa génération. Originaire de Glevintzingen, elle est très vite remarquée pour ses talents innés à maîtriser les forces surnaturelles de ce monde. Ses parents, naturellement inquiets quant aux conséquences d'un pareil pouvoir, décidèrent de l'envoyer dans le Nord afin qu'elle échappe aux services secrets nilfgaardiens qui, depuis des temps immémoriaux, kidnappent les enfants doués de pareils dons pour les envoyer dans une académie impériale. Arrivée dans les royaumes du Nord, Nageyth fût l'une des premières disciples à rejoindre l'académie mixte de Ban Ard qui rouvrit à la suite de la Guerre Sanglante des Deux Licornes.
Vive et persévérante, Nageyth parvint à se distinguer de ses semblables et devint l'une des apprenties privilégiées de la rectrice de l'académie, la célèbre Triss Merigold. Naturellement, ce vibrant honneur suscitait de nombreuses jalousies dans les rangs de sa promotion. Mais la rancœur de ses pairs et le sérieux dont elle faisait preuve face à ses études n'interdit pas à la jeune apprentie de connaître avec eux une adolescence typique des nobles damoiseaux et damoiselles de Ban Ard, faite de nombreuses frasques puériles et autres bêtises inavouables.
Après avoir obtenu son Certificat Réglementaire d’Aptitudes et de Connaissances, Nageyth commença à enseigner à Ban Ard en tant qu'assistant-professeur tout en poursuivant en parallèle un apprentissage particulier auprès de la rectrice. C'est seulement après avoir acquis le titre de magicienne que Nageyth s'essaya à quelques aventures au delà des murs de l'académie, allant mener des recherches dans des contrées reculées du monde connu ou allant combattre aux côtés des armées du Kaedwen lors des différents conflits qui opposaient la cause des magiciens à l'absolutisme des empires nilfgaardiens et rédaniens. Si elle parvint à se distinguer par la force de ses puissants sortilèges, elle n'en tire aucune fierté. Car Nageyth n'a gardé que du dégoût de ces différentes expériences guerrières puisqu'elle ne prenait aucun plaisir à arracher la vie des pauvres soldats, armés par les riches et envoyés par les puissants loin de chez eux pour combattre leurs voisins au nom d'une cause qui les dépassait. Si prendre les armes apparaissait souvent comme une nécessité, Nageyth avait la guerre en horreur et c'est toujours à contre-cœur qu'elle prenait part à un conflit.
Devenue l'une des magiciennes les plus respectées du Nord, Nageyth succéda à Triss Merigold à la tête de l'académie de Ban Ard après que cette dernière ait décidé de prendre sa retraite. Depuis lors, elle n'a jamais cessé d'enseigner et d'orienter ses élèves vers la grandeur à laquelle elle aspire elle-même.

Liens
 
Erzsebelt II de Kaedwen ~ un chiot qui aboie ▬ Nageyth a vécu suffisament longtemps pour connaître l'entière dynastie des Sambukid qui règne sur le Kaedwen depuis la Guerre Sanglante des Deux Licornes. Cela ne peut que la rendre plus orgueilleuse envers Erzsebelt, le dernier rejeton de la lignée. Un rejeton capricieux et turbulent qui se prend déjà pour un Geralt de Riv alors qu'il n'a jamais eut à affronter le moindre problème. Et cet héritier turbulent réclame aujourd'hui l'obéissance de Nageyth ainsi que celle de ses disciples dans l'espoir de les voir combattre aux côtés de ses armées. Inutile de préciser à quel point la rectrice est hostile à cette idée...

Roustand de Ban Ard ~ un élève devenu maître  ▬ Nageyth a connu Roustand lorsqu'elle était professeure au sein de l'académie de Ban Ard. Elle se souvient de l'élève timide et studieux qu'il était. Et jamais elle ne se serait douté du puissant magicien qu'il serait devenu à la fin de son brillant cursus. Quel dommage qu'un homme si talentueux ait décidé de gaspiller son temps dans la politique !

 
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:03

Saint-empire rédanien



Holsein II, Saint-Empereur de Rédanie ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Holsein
▬ Nom : Sambukid
▬ Surnom : Barbe-noire
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Trétogor, Rédanie
▬ Âge : 51 ans
▬ Occupation : Saint-empereur de Rédanie
▬ Physique : Un homme ventripotent au regard sévère et à la barbe épaisse et grisonnante.
▬ Caractère : Avare, brave, colérique, cynique, cruel, misogyne, orgueilleux, paranoïaque, vulgaire
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : loyal mauvais
▬ Tolérance : Haine des mages, des sorceleurs, des Nilfgaardiens et des non-humains
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : Mariusz Kozik
Objectifs
▬ A long terme: Marquer l'histoire.
▬ A court terme : Renflouer les caisses du Saint-empire.
Histoire
Étant le troisième fils de l’empereur Héribert III, Holsein n'était pas à régner sur la Rédanie. C’est seulement après avoir survécu aux longs règnes de son père, de son frère aîné Radovid IX et de son neveu Vizimir IV qu’il devient à son tour le saint-empereur de Rédanie à l'âge cinquante-et-un ans. Ce genre d’imprévu successoral arrive régulièrement dans le Saint-empire et, fort heureusement, la famille impériale compte suffisamment de cousins et de parents éloignés pour être à l’abris d’une quelconque crise dynastique.
Élevé pour devenir un meneur d’hommes, Holsein n’est pas très au fait des qualités requises pour devenir un bon monarque. C’est avant tout un guerrier et un général d’exception qui s’est déjà illustré dans maintes batailles de la récente et douloureuse Guerre du Nord. L’acharnement et la bravoure dont il a fait preuve durant la bataille de Blaviken en font un individu à la renommé redoutable ; nombreux sont les soldats ayant combattu sous ses ordres qui le considérent comme un héros. Ses aptitudes militaires et sa popularité auprès de l’armée ne suffisent cependant pas aux cercles du pouvoir rédanien qui, à l’instar du haut-clergé de l’église du Feu Éternel, le considèrent comme une brute inculte.
Surnommé « barbe-noire » par ceux qui se plaisent à le dénigrer, Holsein n’en est pas moins dupe. Il connaît parfaitement ses ennemis et ne se risquerait jamais à les sous-estimer. Bien qu’il puisse compter sur un soutien indéfectible de son armée, il se méfie particulièrement du Hiérarque, de l’Inquisition et de sa propre famille qui n’attend que son trépas pour écrire une nouvelle page de l’histoire rédanienne. Là-dessus, Holsein compte bien les décevoir en posant une marque indélébile de son règne sur le seizième siècle.
Liens
 
Adéodat IV ~ un honni hiérarque ▬ En Rédanie, chacun sait que le pouvoir est partagé entre le Hiérarque de Novigrad et le Saint-Empereur. Ce partage voit parfois naître des amitiés et des entreprises profitables à l'empire. Or, ce n'est pas le cas de la relation que partagent Holsein II et Adéodat IV ; une relation faite de méfiance et de préjugés, de haine et de coup bas. Les deux hommes ne sont pas issus du même milieu et n'ont rien en commun sinon l'envie de l'emporter sur l'autre. S'ils savent qu'une guerre ouverte serait dommageable à la Rédanie tout entière, tous deux comptent bien jouer de leur influence pour affirmer la prédominance de leur pouvoir respectif.

Vestibor Sambukid ~ un rival de cousin ▬  Holsein n'ayant nulle descendance, c'est à son cousin, le jeune Vestibor Sambukid, que devrait revenir la couronne une fois son règne achevé. Or, le jeune lion se prendrait déjà pour l'empereur, ce qui est parfaitement insupportable. Pour calmer ses ardeurs, Holsein lui a légué la gouvernance du fief maudit de la Valette et compte bien faire avancer le mariage de sa soeur, Hedwige, avec son ami Lukas Venzlav, prince de Brugge. Or, le jeune prétendant dispose d'un certain soutien parmi la noblesse impériale et beaucoup de courtisans seraient déjà en train de conspirer son ascension. Mais ce serait sous-estimer Holsein de penser qu'il restera les bras ballants face aux prétentions déplacées de ce jeune roquet. Le Saint-Empereur n'attend que le bon moment pour l'humilier une fois encore et ainsi affirmer aux yeux de tous que nul n'a le droit  de porter atteinte à sa grandeur.

Fiona Vidukast ~ une épine dans le pied  ▬ La veuve de Vizimir IV est restée une figure d'influence au sein de la cour impériale. Certes, ce n'est qu'une femme, mais elle cumule un nombre impressionnant de fidèles et d'espions qu'elle dirige par la crainte et la menace qu'elle inspire. Holsein et l'impératrice douairière auraient pu s'entendre à merveille si l'un et l'autre n'avaient pas un caractère aussi trempé et une telle envie de dominer. Derrière le vernis de l'étiquette et les révérences protocolaires, les deux seraient prêts à tout pour se mettre des bâtons dans les roues. Malgré son influence, le Saint-Empereur connaît la faiblesse de cette étrangère récalcitrante : ses enfants. Et chacun sait que Barbe-Noire est prêt à toutes les atrocités pour anéantir ses rivaux si leur tête venait à s'élever un tant soit peu trop du sol où ils devraient s'écraser avec les autres.

Lukas Venzlav ~ un ancien frère-d'armes ▬  Le Saint-Empereur de Rédanie et le prince de Brugge ont jadis combattu ensemble pendant la Grande Guerre du Nord. Ensemble, ils ont connu la gloire de grandes campagnes victorieuses contre l'union des Quatre-Royaumes. Depuis lors, les deux aristocrates partagent une amitié et un respect mutuel qui pourrait s'avérer profitable dans les temps à venir. En effet, le prince de Brugge est un homme connu pour sa grande richesse ; une richesse qui pourrait être bénéfique aux ambitions d'Holsein moyennant quelques faveurs.

 




Adéodat IV, Hiérarque du Novigrad ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Daldir
▬ Nom : Hansen
▬ Surnom : Adéodat IV
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Oxenfurt, Rédanie
▬ Âge : 56 ans
▬ Occupation : Hiérarque de Novigrad
▬ Physique : Un homme sec et âgé, de grande taille, aux vêtements riches et à l'allure austère.
▬ Caractère : Austère, charmant, cynique, énigmatique, intelligent, rhéteur, rusé, zélé
▬ Archétype : Intrigant
▬ Alignement : neutre mauvais
▬ Tolérance : Haine des mages, des non-humains, des païens et des sorceleurs.
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : Jeff McAteer
Objectifs
▬ A long terme : Réunifier l'église du Feu éternel sous l'autorité du hiérarque.
▬ A court terme : Donner au Saint-empire rédanien le saint-empereur qu'il mérite.
Histoire
Daldir Hansen est le fils d'une famille de marchands d'Oxenfurt. Ses parents, ruinés par la guerre de Cintra, meurent à la suite d'une épidémie de peste qui frappe la cité rédanienne en 1462. Daldir est alors recueilli à contre-cœur par son oncle Branelm, un notable influent de la ville de Novigrad. C'est à ses côtés que le jeune garçon entame une riche éducation et commence à se rapprocher de l'église du Feu éternel. Or, Branelm n'est pas de toute douceur à l'égard de son neveu ; c'est un homme sévère et particulièrement jaloux des aptitudes et des facilités dont fait preuve cet ultime lorsqu'il travaille à ses côtés. Les relations entre les deux hommes se refroidissent considérablement au fil du temps et Daldir finit par quitter son oncle pour rejoindre les ordres religieux lors de sa seizième année.
Son intelligence lui permettant de se distinguer parmi les novices, Daldir grimpe rapidement l'échelle hiérarchique du clergé. Après avoir achevé sa formation, il enseigne la théologie et la philosophie durant une vingtaine d'années au sein de l'ordre et devient maître des novices, puis le secrétaire privé du hiérarque Adéodat III. Convaincu de la nécessité de moraliser le clergé dont d'éminents représentants succomberaient aux péchés d'avarice et de luxure, il rentre en conflit avec plusieurs de ses pairs. En 1484, une terrible affaire de corruption impliquant son oncle vient compromettre sa position au sein de l'église et, bien qu'il ait participé à l'accusation de cet ultime qui est condamné et exécuté sur la place du Hiérarque, Daldir est malgré tout contraint de quitter Novigrad l'année suivante. Il rejoint Trétogor et, jouant de ses relations auprès d'anciens élèves, il parvient à s’immiscer au sein de la cour impériale et à obtenir la protection du saint-empereur Radovid IX. Il se rapproche aussi de son fils, le futur Vizimir IV, duquel il devient le précepteur, puis le confesseur.
En 1504, la mort de son rival, le hiérarque Mathias II, lui permet de rentrer à Novigrad où il s'impose lors du collège électoral. Rassemblant ses partisans et jouant autant d'intrigues que de subterfuges, il parvient à retourner le concile en sa faveur et se fait élire hiérarque de Novigrad. Il prend alors le nom d'Adéodat IV - en hommage à « l'homme le plus brillant qu'il ait côtoyé » - et entreprend de réformer l'église à son image. Depuis ce jour, Daldir dirige la cité de Novigrad d'une main de fer et travaille d'arrache-pied à unifier le clergé sous son autorité. S'il a perdu de son influence au sein de la cour impériale après la mort tragique du saint-empereur Vizimir IV et que certaines figures récalcitrantes contestent encore sa politique austère, le hiérarque garde toujours une carte dans sa manche et un sombre plan à exécuter.
Liens
 
 
Holsein II de Rédanie ~ un simplet saint-empereur  ▬ Si, depuis le XIVe siècle, l'équilibre de la Rédanie repose sur la bonne entente entre le saint-empereur et le hiérarque de Novigrad, la paix au sein du saint-empire est aujourd'hui menacée par l'animosité qui oppose Holsein II à Adéodat IV. Ce n'est un secret pour personne : les deux hommes ne s'aiment pas, ils ne se comprennent pas, et ils ne partagent rien si ce n'est une aversion réciproque. Lorsque celui qu'on surnomme Barbe-noire est monté sur le trône rédanien à la suite de la mort tragique de son cousin Vizimir IV, il s'est immédiatement dressé contre l'influence que le hiérarque exerçait au sein de la cour. Or, Adéodat n'a pas dit son dernier mot. Après tout, il a déjà triomphé d'adversaires plus opiniâtres...
 
Fiona Vidukast ~ une étrangère familière  ▬ En Rédanie, la veuve de Vizimir IV est sans nulle doute la seule intrigante capable de rivaliser avec l'intelligence du hiérarque. Adéodat l'a rencontrée lors de son long séjour à la cour de Trétogor. Il participa à son éducation et à sa conversion à la religion du Feu éternel. S'ils se sont parfois haïs et disputés, la princesse du Kaedwen et le hiérarque de Novigrad se vouent aujourd'hui un respect réciproque - certains courtisans soupçonnent même les deux personnalités d'entretenir une relation allant au delà de la simple affection. De fait, la mort de Vizimir IV et la haine qu'ils vouent l'un et l'autre pour son successeur ont considérablement rapproché les deux intrigants qui entretiennent depuis cette transition une correspondance des plus secrètes.

Maître Passerin ~ un disciple fugitif ▬ Le prince Milan Sambukid était jadis l'élève d'Adéodat lorsque celui-ci était le maître de novice de l'église du Feu éternel. C'était un élève paresseux et querelleur malgré le fait qu'il faisait parfois preuve d'un certain talent pour l'écriture ou d'une parfaite intelligence pour semer la zizanie parmi le rang des disciples. Le futur hiérarque avait de grands projets pour le jeune Milan, et il était prêt à lui infliger n'importe quel châtiment dans le vain espoir de le voir un jour rentrer dans le rang. C'était peine perdue. Un jour, le maître infligea la punition de trop à son disciple et ce dernier, faisant jaillir une lame d'un des revers de son pourpoint, le poignarda avant de le laisser pour mort. Depuis ce jour, Milan a disparu. Mais Adéodat n'a jamais perdu espoir de le retrouver et de donner à son ancien élève la punition qu'il mérite, quitte à le voir pendre au bout d'une corde.

 




Fiona Vidukast, impératrice douairière de Rédanie ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Fiona
▬ Nom : Vidukast
▬ Surnom : L'étrangère
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Ard Carraigh, Kaedwen
▬ Âge : 36 ans
▬ Occupation : Impératrice douairière de Rédanie
▬ Physique : Une séduisante jeune femme au teint pâle et à l’accent typique du Kaedwen.
▬ Caractère : Autoritaire, désireuse, déterminée, égoïste, gracieuse, machiavélique, perverse, rusée, séductrice
▬ Archétype : Intrigante
▬ Alignement : neutre mauvais
▬ Tolérance : Haine des fanatiques religieux et des non-humains
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : bayardwu
Objectifs
▬ A long terme: Offrir un avenir radieux à ses enfants.
▬ A court terme : Préserver ses acquis.
Histoire

« Il est si facile d’être la reine des dupes lorsque vos courtisans ne font que vous sous-estimer. S’ils croient pouvoir se jouer de moi, ils se trompent. Je suis bien plus intelligente que tous ces pitres et je sais ce qui est bon pour la Rédanie. »


Fiona est la fille du roi Henselt IV et, par conséquent, la soeur de l’actuel roi Erszebelt II de Kaedwen. Son père, désirant resserrer les liens entre son royaume et le Saint-Empire rédanien à la suite de la terrible Guerre du Nord, organisa les fiançailles de Fiona avec le futur empereur Vizimir IV ; les deux enfants étaient alors âgés de neuf et de douze ans. Bien que leur mariage dut naturellement attendre plusieurs années, le traité d’alliance stipulait que Fiona devait quitter sa patrie pour être élevée à la cour rédanienne. Le jeune princesse quitta alors le Kaedwen et n’y revint jamais plus.
Fiona connaît des débuts difficiles lors de son arrivée à Trétogor. Bien qu’elle ne manque d’aucun charme ni d’aucune grâce, la princesse subit le mépris constant de ses hôtes vis-à-vis de ses origines. Ses relations avec son fiancé sont par ailleurs glaciales, le jeune prince lui avouant dès leur première rencontre qu’il n’apprécie pas « les choix de son pays dans les conflits récents, ni la perspective de ce mariage avec une rebelle ». Malgré les larmes, Fiona comprend très vite qu’elle ne pourrait jamais rien changer aux choix de ses parents ni à ses manières ou à son accent étranger faisant ricaner tous les aristocrates rédaniens. Elle décide néanmoins de s’intégrer malgré tout et de devenir une parfaite courtisane du Saint-Empire, maîtresse des intrigues et du jeu de cour.
Avec sa conversion à la religion du Feu éternel en 1488, elle franchit la dernière étape de sa quête d’intégration, renonçant à la dernière chose qui faisait d’elle une enfant du Kaedwen : sa croyance. L’année suivante, elle est couronnée impératrice du Saint-Empire rédanien aux côtés de Vizimir, devenant alors la femme la plus influente de Rédanie. Sous le règne prospère de Vizimir IV, Fiona mène à bien ses intrigues dans l’ombre de son empereur de mari, développant sereinement un réseau d’espions principalement composé de nobles désargentés et de courtisanes sans scrupules. Elle est parvenue au fil des années à amadouer son époux et à devenir sa plus fidèle alliée des moments difficiles. Malgré son caractère fort, l’empereur était un jeune homme facilement manipulable pour une femme aussi rusée que Fiona et elle apprit bien vite à le mener par le bout du nez. De leur relation naquirent deux filles qui, au grand dam de leurs parents, n'étaient pas du bon sexe pour régner. Fiona avait bon espoir d'offrir un jeune garçon vigoureux et digne de porter la couronne impériale à son époux, mais celui-ci mourut inopinément en 1510 à la suite d'un accident de chasse.
Désormais veuve, Fiona demeure à la cour de Trétogor où elle tente de maintenir son influence et d'élever ses filles dans l'ombre du saint-empereur Holsein II. Si ses relations avec le nouveau souverain et ses courtisans ne sont pas au beau fixe et qu'elle fait face à un nouveau vent d'hostilité vis-à-vis de sa position et de ses origines étrangères, l'impératrice douairière n'a pas l'intention de se voir arracher les nombreux privilèges pour lesquels elle s'est battue toute sa vie.
Liens
 
Erzsebelt II de Kaedwen ~ un frère belliqueux et distant ▬ Fiona n'a jamais revu son frère Erzsebelt depuis qu'elle a rejoint la cour rédanienne. Elle garde de son cadet le souvenir d'un petit garçon têtu et querelleur. S'ils ne se sont jamais écrits depuis leur séparation, l'impératrice douairière a souvent reçu des nouvelles d'Erzsebelt par le truchement de ses ambassadeurs. Habituée à ce qu'on lui reproche la politique menée en Kaedwen par les membres de sa famille, elle s'inquiète d'ores et déjà que son frère ait l'intention de déclarer la guerre à l'Aedirn, cette décision pouvant fragiliser sa position au sein de la cour rédanienne.
 
 
Holsein II de Rédanie ~ un dangereux rival ▬ le successeur de Vizimir IV à la tête du saint-empire vient d'une lointaine branche cousine de la famille Sambukid ; c'est un homme austère qui ne fut pas élevé pour régner mais pour diriger des armées. De fait, son histoire est un véritable champ de bataille entre lui et ses adversaires, qu'ils soient de sa famille ou de sa cour. Il ne s'est jamais marié et n'a qu'une piètre opinion des femmes. Lui et Fiona ne s'apprécient guère et seraient prêts à s'entretuer si le protocole n'exigeait point plus de retenu du saint-empereur et de l'impératrice douairière. A défaut de se combattre par les armes, leur conflit connu de tous se joue par les luttes d'influence et les complots qui pullulent au sein de la cour impériale, leur terrain de jeu.
 
Adéodat IV ~ un intime précepteur de talent ▬ Fiona a bien connu Adéodat IV avant qu'il ne soit élu hiérarque de Novigrad. Séjournant pendant un temps au sein de la cour rédanienne, le religieux fût l'un des précepteurs de son époux et devint ensuite son confesseur. Fiona a beaucoup appris aux côtés de cet homme sage et influent, un habile manipulateur du fait de ses fines connaissances de la nature humaine mais une si plaisante compagnie eut égard à sa culture et à son intelligence. Des longs échanges verbaux et écrits que le Hiérarque a partagé avec Fiona est née une franche complicité entre les deux intrigants qui s'admirent autant qu'ils se respectent. Cette complicité a par ailleurs gagné en importance depuis la mort de Vizimir IV puisque ni le hiérarque ni l'impératrice douairière n'apprécient son successeur.

Vestibor Sambukid ~ un parti idéal ▬ Nul besoin d'être une maître-espionne pour connaître le jeune prince de La Valette, déjà promis à la succession de l'empereur Holsein. Fiona a déjà eu l'occasion de le rencontrer lors de fastueuses cérémonies lorsqu'elle était impératrice de Rédanie. C'est un homme sans réputation, ni bonne, ni mauvaise, et Fiona voit de nombreuses opportunités là-dedans. Qui sait ? Peut-être que de nouvelles fiançailles avec ce jeune prince pourrait lui permettre de récupérer le trône que le décès tragique de son époux lui aura arraché. Après tout, l'impératrice douairière ne manque désormais d'aucun charme ni d'aucun cynisme pour obtenir ce qu'elle souhaite.

 




Vestibor Sambukid de La Valette, premier prince du sang rédanien ▬ pris


Identité
▬ Prénom : Vestibor
▬ Nom : Sambukid
▬ Surnom : Aucun
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Trétogor, Rédanie
▬ Âge : 28 ans
▬ Occupation : Héritier du Saint-Empire rédanien ; Seigneur de La Valette
▬ Physique : Svelte, les cheveux bruns et le regard sombre
▬ Caractère : Ambitieux, charismatique, fourbe, impatient, opportuniste, orgueilleux, pieux, prudent, sévère
▬ Archétype : Noble
▬ Alignement : Neutre
▬ Tolérance : Haine des mages et des non-humains
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : Toru-meow
Objectifs
▬ A long terme: Devenir saint-empereur de Rédanie.
▬ A court terme : Lever la malédiction qui pèse sur la Valette.
Histoire
Né à Trétogor, Vestibor est le frère aîné de Milan, un fugitif ayant renoncé à ses nobles privilèges pour embrasser une carrière de barde itinérant, et d'Hedwige, une princesse promise bon gré mal gré à un puissant noble de Témérie. Arrière petit fils du saint-empereur Edmund Ier et cousin de l'actuel Holsein II, il est devenu, du fait de l'aléa dynastique, le nouvel héritier du puissant empire rédanien. L'empereur Holsein, récemment couronné, ne s'étant jamais marié et étant aujourd'hui trop vieux pour enfanter, Vestibor est confiant quant au fait que la couronne impériale reposera un jour sur sa tête.
Pour le mettre à l’épreuve, son empereur de cousin lui a confié le fief de La Valette. Un cadeau empoisonné car, bien que prestigieux, chacun sait que ce château serait maudit depuis XIIIe siècle où un grand monarque témérien y fût assassiné par un sorceleur à la solde du Nilfgaard. Depuis la conquête de la baronnie par la Rédanie, les aristocrates qui se sont succédé à sa tête n'ont fait que sous-estimer l'ampleur du maléfice qui pèse sur La Valette, connaissant tous une fin tragique sinon de malheureuses conséquences. Or, Vestibor n'a pas l'intention de mourir ou de sombrer dans la folie avant de s'être assis sur le trône impérial. Et, quitte à s'offrir les services d'un sorceleur, il compte bien relever ce défi en levant la malédiction qui pèse sur le château de La Valette.
Élevé dans le dogme de la sainte religion du Feu éternel, Vestibor se distingue pour sa piété et son érudition. S'il n'est pas le plus talentueux des combattants de sa famille, il n'en demeure pas moins un guerrier émérite, réfléchi et respecté. Apprécié de l'aristocratie, nombreux sont les courtisans qui l’estiment comme bien meilleur candidat à la couronne que ne l'était Holsein II avant que ne succombe le saint-empereur Vizimir IV. Prudent, Vestibor doit se méfier autant de son cousin que de ses propres partisans qui, dans la perspective d'un complot mal orchestré, risqueraient de compromettre sa destinée.
Liens
 
 
Holsein II de Rédanie ~ un cousin couronné et malveillant ▬ le saint-empereur Holsein, deuxième du nom, est le cousin de Vestibor. Bien que l’étiquette impériale les oblige à se respecter mutuellement, nul n’ignore à quel point les deux hommes se haïssent. A peine couronné, Holsein a frappé le premier en léguant à Vestibor le fief maudit de La Valette tout en conspirant en parallèle le mariage de sa soeur avec un noble témérien. En bon et fidèle vassal, Vestibor n’a pour l’heure d’autre choix raisonnable que d’encaisser en silence les offenses faites par son suzerain. Ceci dit, le jeune prince n’a pas l’intention de se laisser faire et compte bien prouver à son cousin qu’il a eu tort de le mésestimer en levant la malédiction séculaire qui pèse sur son fief.
 
 
Maître Passerin ~ un frère qui a renié son sang ▬ Milan Sambukid, de son vrai nom, est le petit frère de Vestibor. Du moins, il l’était avant de poignarder lâchement son supérieur et de prendre la fuite. Aujourd’hui, ce n’est guère plus qu’un traître aux yeux de Vestibor. S’il n’a jamais rien fait pour retrouver son cadet, c’est parce qu’il voulait s’épargner la peine d’avoir à l'exécuter. Cependant, il n'hésiterait pas à lui faire payer son déshonneur si l’occasion venait un jour à se présenter. En attendant, c’est : loin des yeux, loin du gibet.

 
Hedwige Sambukid ~ une sœur fragile et étrange ▬ Vestibor n'a connu sa sœur Hedwige qu'après la mort de ses parents qui, pour des raisons encore mystérieuses à ses yeux, n'ont eu de cesse que de la tenir éloignée du domaine familiale. Le jeune prince s'est très vite lié d'affection avec sa cadette et entretient avec elle une relation épistolaire dans laquelle ils apprennent peu à peu à se connaître. Comprenant le dégoût d'Hedwige pour le mariage que leurs parents lui eurent arrangé avec le riche prince de Brugge, Vestibor a joué de son influence pour retarder le plus possible les festivités au risque d'encourir à la colère du noble témérien. Après tout, sa cadette est la seule famille proche qu'il lui reste et, malgré les mystères qu'elle semble entretenir, le jeune prince trouve une grande satisfaction à s'affirmer comme son confident et ultime protecteur.

Fiona Vidukast ~ une alliée potentielle ?  ▬ S'il l'a déjà rencontré lors de quelques cérémonies au sein de la cour impériale, c'est surtout au travers de sa terrible réputation que Vestibor connait l'impératrice douairière. Une réputation qui la dépeint comme une femme de fer aux ambitions secrètes mais inextinguibles. Bien qu'elle se soit déclarée comme son amie pour les temps à venir, le jeune prince ne peut s'empêcher d'observer Fiona Vidukast avec une certaine méfiance. Qui sait quelles idées saugrenues peuvent animer les désirs d'un individu dont on dit que le cœur serait aussi froid que du marbre ?

 




Hedwige Sambukid, princesse de Rédanie ▬ pris


Identité
▬ Prénom : Hedwige
▬ Nom : Sambukid
▬ Surnom : Aucun
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Feminin
▬ Origine : Trétogor, Rédanie
▬ Âge : 21 ans
▬ Occupation : Princesse rédanienne
▬ Physique : Une jeune femme au teint pâle et aux long cheveux bruns.
▬ Caractère : mélancolique, rêveuse, pudique, solitaire, opiniâtre, perspicace, curieuse, ambitieuse, maladroite
▬ Archétype : Érudite
▬ Alignement : Chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des non-humains
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : Lois van Baarle
Objectifs
▬ A long terme: Percer les secrets de la malédiction du Soleil Noir
▬ A court terme : empêcher son mariage
Histoire


Dernière née de la fratrie Sambukid, la princesse Hedwige a été diagnostiquée à la naissance comme porteuse de la terrible malédiction du Soleil Noir. Cette tare l’empêchant de prétendre à la dignité qui lui aurait été due sinon, la jeune fille a toujours bénéficié du silence de ses parents qui disaient alors cette malédiction « inventée de toutes pièces par des mages parvenus et opportunistes ».
La petite Hedwige a ainsi vécu les premières années de sa vie loin de tout, recluse dans l’aile la plus inaccessible du domaine parental avec pour seule visite celle d’un éminent savant d’Oxenfurt qui lui fit alors son éducation. Éloignée de ses frères, elle n’a connu Vestibor qu’à la mort de ses parents en 1504 et ne connaît Milan qu’à travers les dires de son aîné.
Les parents d’Hedwige ayant fait au plus vite pour marier leur fille, craignant que son terrible secret ne soit un jour révélé, ils l’ont promise à une riche famille témérienne. Lukas Venzlav, prince de Brugge attend avec impatience son mariage avec la princesse de La Valette, conscient du bénéfice tiré de cette alliance diplomatique. À son grand regret, et pour ne faire qu’alimenter sa colère et sa frustration, les festivités sont sans cesse repoussées par le frère de sa promise, le prince Vestibor Sambukid de La Valette.
Consciente du tort que lui cause sa malédiction et des conséquences que pourrait avoir la mise en lumière de son lourd secret, Hedwige s’est plongée corps et âme dans les sciences de l'occulte, longtemps accompagnée d’Emile Mardelle qui est passé du statut de précepteur à celui de mentor. Ce dernier, grand spécialiste nordien des questions de l’occulte, mystérieusement disparu il y a peu, aura réussi à transmettre à la princesse de La Valette son savoir et sa curiosité pour les sciences de l’indicibles. Déterminée à en percer les mystères, Hedwige sait qu’elle ne pourra plus faire retarder son mariage encore longtemps et que sa quête personnelle de savoir ne pourra jamais se conjuguer avec le rôle de femme qui l’attend au duché de Brugge.

Liens
 
Vestibor Sambukid ~ frère protecteur et héritier du Saint-empire ▬  Bien que les deux ne se soient connus que tardivement, Vestibor est rapidement apparu comme un allié en lequel Hedwige pouvait avoir confiance. Bien qu'il l'eut aider à retarder son mariage, la princesse reste néanmoins mystérieuse avec son aîné, craignant de sa réaction si elle venait à lui révéler le lourd secret qui pèse depuis toujours sur son existence.

Lukas Venzlav ~ un futur mari et un obstacle dans sa quête personnelle ▬  Hedwige ne connaît rien, ou si peu, de son futur mari témérien. Malgré cela, elle sait que toutes ses recherches seraient réduites à néant si elle devenait princesse de Brugge. Qui donc pourrait vouloir d’une femme atteinte de la malédiction du Soleil Noir ?

Fiona Vidukast ~ l’impératrice douairière, une femme influente et inspirante  ▬ Hedwige a pendant un temps été l'une des nombreuses dames de compagnie de l'impératrice. Si cette dernière ne semblait pas l'avoir distingué du riche mobilier qui ornait son palais, peut-être peu intéressée par le caractère trop effacé de la jeune princesse, la Sambukid conserve une image très positive de l'étrangère. L'image d'une femme forte et autoritaire qui a su s'affirmer dans un milieu où tout lui était hostile. Elle l'admire et aimerait tellement avoir cette force qui lui permettrait à elle aussi de s'émanciper.

 
Commentaire


  • Ce personnage est atteint de la malédiction du Soleil Noir, une ancienne prophétie annonçant le retour de Lilith et la fin des hommes lorsque « Soixante vierges coiffées de couronnes dorées rempliront les vallées de rivières de sang ». Si la véracité de cette prophétie est autant crainte que contestée, de nombreuses jeunes filles nées lors d’une éclipse solaire sont vouées à être enfermées à vie ou simplement tuées dès l’annonce du diagnostique. Ainsi, si ce secret venait à être révélé, ce personnage irait au devant d’ennuis potentiellement mortels.





Maître Passerin, barde itinérant ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Milan
▬ Nom : Sambukid
▬ Surnom : Passerin
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Trétogor, Rédanie
▬ Âge : 26 ans
▬ Occupation : Barde
▬ Physique :
▬ Caractère : Aimable, altruiste, courageux, débrouillard, courtois, éloquent, idéaliste, romantique, sensible.
▬ Archétype : Intrigant
▬ Alignement : Chaotique bon
▬ Tolérance : Haine des fanatiques religieux
▬ Croyance : Fervent suivant du Feu éternel lorsqu'il se trouve sur ses terres, Passerin est acquis à la cause du Bon et aux préceptes du prophète Lébioda.
▬ Crédit :  Gellihana-art
Objectifs
▬ A long terme: Mener une vie longue mais aussi riche d'aventures et de tragédies.
▬ A court terme : Régler ses dettes.
Histoire


« Je n’ai pas besoin de votre épée. Si seulement vous acceptiez de suivre mon plan, les cordes de mon luth seraient alors beaucoup plus efficaces que tous vos carreaux d’arbalètes. »


Ce n’est pas facile d’être prince, d’autant plus lorsqu’on est le cadet d’une branche cousine de la puissante famille des empereurs rédaniens. A ce titre, la tradition voulait que Milan Sambukid soit destiné à servir la foi au sein du clergé de l’église du Feu éternel, à Novigrad. Elevé parmi les prêtres, il y apprit bien jeune l’importance de l’écriture et se passionna très vite pour la poésie. Échappant à la surveillance de son précepteur, il faisait régulièrement l’école buissonnière pour aller arpenter les tavernes et les théâtres des environs, loin des sermons et des absurdités théologiques que lui servaient quotidiennement les révérends du Feu éternel. Bien sûr, ces derniers punissaient le jeune prince à chaque fois qu’il s’éloignait de l’église pour rejoindre ces lieux de blasphème. Mais Milan était opiniâtre et, même si les punitions étaient toujours plus sévères, il élaborait des stratagèmes toujours plus ingénieux pour s'échapper de l’île du temple et partir assister aux spectacles qui se présentaient en ville.
Un jour, alors qu’il venait d’atteindre sa dix-septième année, Milan commit l’irréparable en poignardant son précepteur sous le coup de la colère. Bien que l’homme eût survécu à sa blessure, le jeune prince, horrifié par son acte, était désormais en fuite. Changeant d’identité pour échapper à ses poursuivants, il décida de devenir barde sous le pseudonyme de Passerin. Rejoignant d’abord une compagnie itinérante, il passa plusieurs années sur les routes, voyageant d’un royaume à l’autre, avant de continuer ses aventures en solitaire. Entre temps, il avait appris à jouer du luth et composé plusieurs balades originales.
Si les propos contenus dans ses premières compositions n’étaient pas toujours compris par son public, ses auditeurs, quant à eux, étaient facilement séduits par la passion qu’affichait le jeune artiste à chacune de ses prestations. Grâce à son talent et ses excellentes manières, Passerin a déjà pris ses marques dans plusieurs cours, notamment en Kovir où, lors d’un bal masqué au palais d’hiver de Lan Exeter, il courtisa une séduisante jeune femme qui se faisait passer pour la reine en personne. Malheureusement, cette soirée fut plus courte que prévue et Passerin n’eut jamais, et à son grand regret, l’occasion de revoir la charmante courtisane par la suite.  
Passerin n'est, dans tous les cas, pas prêt pour la vie sédentaire. C'est un être épris de liberté et en soif d'aventure. Gagnant sa vie grâce à ses compositions, ses recherches constantes de rêve et d'inspiration l'ont fait sombrer dans la dépendance au fisstech qui pèse de plus en plus sur ses finances, l'obligeant à contracter des dettes auprès de plusieurs gros bonnets de la pègre. Son existence est donc menacée, tant par les fantômes de son ancienne vie que par les créanciers de la nouvelle.

Liens
 
Hannah Thyssen ~ une romance qui part sur un malentendu ▬ Passerin a eut l’occasion de courtiser cette charmante jeune femme qui se faisait passer auprès de lui pour la reine du Kovir lors d’un bal masqué qui eut lieu au palais hivernal de Lan Exeter. Bien qu’ils eurent beaucoup plaisanté là-dessus, Passerin savait néanmoins que la véritable Hannah Thyssen était plus âgée que lui et plus encore que ce que ne laissait transparaître la jeune courtisane. Il accepta le jeu, par politesse et galanterie, mais ignore encore qu’il s’agissait vraiment de la reine Hannah. N’ayant jamais eu le fin mot de cette affaire, le barde rêve de retourner en Kovir pour retrouver cette demoiselle qui, en une soirée à peine, lui avait fait fondre le coeur.

Vestibor Sambukid ~ un aîné qui ne se sent plus péter ▬ Dans son autre vie, Passerin avait un frère aîné qui est aujourd’hui le nouvel héritier de la couronne impériale de Rédanie. Les deux hommes n’ont jamais rien eu en commun. Pour Passerin, son grand frère est un individu ennuyeux à en mourir et beaucoup trop proche de la religion du Feu éternel pour lui être d’une quelconque sympathie. Par ailleurs, il espère ne jamais avoir à recroiser un jour son chemin.

 
Commentaire


  • Ce personnage est dépendant au fisstech, une drogue très populaire aussi bien auprès des artistes et de la bourgeoisie que du petit peuple. Il doit en consommer régulièrement pour ne pas sombrer dans une crise dues au manque. Se désintoxiquer nécessite l’aide d’un expert, mais ne peut cependant garantir que le personnage ne rechute un jour dans son addiction.
  • Ce personnage est un criminel recherché. Il doit par conséquent faire preuve de prudence ou se trouver le soutien d’un protecteur s’il souhaite poursuivre ses aventures en tout sécurité.

Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:04

Royaume d'Aedirn



Ragenard IV, le roitelet d'Aedirn ▬ réservé


Identité
▬ Prénom : Ragenard
▬ Nom : Vengerjete
▬ Surnom : le roitelet
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Guletta, Aedirn
▬ Âge : 31 ans
▬ Occupation : roi d'Aedirn
▬ Physique : Un homme élégant et propre sur lui dont la moustache brune parfaitement entretenue met en exergue l'importance qu'il donne à son apparence.
▬ Caractère : bienveillant, charmant, diplomate, expansif, intelligent, pragmatique, rhéteur, séducteur, superstitieux
▬ Archétype : Noble
▬ Alignement : loyal neutre
▬ Tolérance : Haine des races-anciennes
▬ Croyance : Melitele
▬ Crédit : c juk
Objectifs
▬ A long terme: Faire du petit royaume d'Aedirn un interlocuteur sérieux des royaumes du Nord.
▬ A court terme : Assurer la défense de son royaume.
Histoire


Lorsqu'il monte sur le trône de l'Aedirn, Ragenard IV comprend rapidement qu'il hérite d'une nation que tous ses voisins considèrent déjà comme une simple province. Déshérité de la majorité de son royaume historique, il sait que ses prédécesseurs ont vu leur pouvoir s'étioler progressivement à la suite des désillusions diplomatiques et des défaites militaires. L'exemple de son père qu'il a connu passif devant la condition de son royaume déchu a forgé l'ambition du jeune homme qui a cherché dès son arrivée au pouvoir à redorer le blason aedirnien par le biais de la conquête et du racisme.
Cependant, la Guerre de Deux Ans ne donna pas raison au jeune roi qui, défait et humilié par celle qui devait être sa vassale, s'est vu contraint à l'impuissance.
Néanmoins, là où de nombreux souverains auraient cherché la revanche, Ragenard IV a su prendre conscience de la faiblesse de son royaume et de ses gens et la défaite courue d'avance dans laquelle il s'était précipité par orgueil. Aujourd'hui, il apparaît évident que le jeu de la diplomatie et des bonnes relations lui sera plus profitable que de chercher à monter une armée qui sera, de toute évidence, toujours submergée par son adversaire.
C'est ainsi que Ragenard a formé de nombreux accords, commerciaux pour une grande majorité. Avec l'Ancien Brekkenriggs, il fait échange de métaux et de matières textiles. Pour son voisin témérien, il exporte des produits de maroquinerie en échange de produits manufacturés. L'aisance orale et l'intelligence stratégique du roi d'Aedirn lui ont permis de nouer de nombreuses relations avec des petits barons étrangers et même, au hasard des chemins, avec un sorceleur.
Au printemps 1504, un griffon royal avait été aperçu non loin de Guletta. La Guerre des Fleurs fraîchement terminée avait affaibli les forces du roitelet et la majesté de la bête contraint Ragenard à quérir l'aide d'un professionnel. Si l'histoire veut qu'Idilis, sorceleur émérite de l'école du Griffon, ait répondu à l'appel, le fait qu'il ait effectivement tué la bête reste anecdotique face au paiement demandé : le droit de surprise. Lié alors par le destin à sa jeune nièce, Idilis devint rapidement un proche du roi, jusqu'à être considéré par certains détracteurs comme un sorceleur de cour.
Aujourd'hui menacé par les armées kaedweniennes ayant fait sonné les tambours de guerre par delà le Pontar, Ragenard IV attend aussi fermement le retour d'Idilis qui devait venir chercher l'enfant à l'aube de son sixième anniversaire. Peut-être la destinée en marche lui porterait faveur dans les épreuves à venir.

Liens
 
Idilis de Rakverelin ~ un tueur de monstres professionnel et un allié  ▬ Ragenard IV a rencontré Idilis il y a maintenant un peu plus de six ans. D'abord venu pour débarrasser Guletta d'un problème de voisinage avec un griffon trop encombrant, le sorceleur s'est révélé être un personnage sympathique aux yeux du roitelet tant et si bien que ce dernier fit régulièrement appel à lui depuis lors. S'il faut dire qu'Idilis semble être un professionnel remarquable, c'est surtout le lien prophétique qu'il entretient avec sa nièce qui semble lier Ragenard IV au chasseur de monstre.

Francesca Findabair ~ Une relation nouvelle  ▬ Si le roitelet a souhaité marquer son début de règne d'une empreinte belliqueuse envers la reine des elfes, Ragenard a depuis la défaite largement revu sa position et la teneur de ses liens avec la plus belle femme du monde. Premièrement parce qu'il se dit qu'aucun coeur ne saurait rester insensible à la Pâquerette des Vallée, et aussi parce qu'entretenir de bonnes relations avec Aen Cairne est aujourd'hui une problématique de survie pour le roitelet d'Aedirn s'il ne veut pas se trouver encerclé d'ennemis. Et qui sait ? Peut-être ces considérations seront-elles un jour réciproques.

 



Alexandre d’Ellander ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Alexandre
▬ Nom : d'Ellander
▬ Surnom : Aucun
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Ellander, Témérie
▬ Âge : 290 ans
▬ Occupation : Magicien
▬ Physique : Un homme grand et élancé, barbu et aux cheveux noirs.
▬ Caractère : Astucieux, calme, consciencieux, dépassé, exigeant, méfiant, rancunier, téméraire, timide.
▬ Archétype : Érudit
▬ Alignement : loyal-neutre
▬ Tolérance : Haine des elfes et des Nilfgaardiens.
▬ Croyance : aucune
▬ Crédit : Nikita Volobuev
Objectifs
▬ A long terme: tuer Francesca Findabair.
▬ A court terme : trouver des alliés.
Histoire

Comme beaucoup de magiciens, Alexandre d’Ellander n’a gardé aucun souvenir de ses parents. Enlevé trop tôt du foyer familial, il n’a jamais eu d’autre famille que ses compagnons de l’académie de magie pour garçons de Ban Ard. Considéré comme talentueux, il s’y distingue dès son plus jeune âge et termine ses études magiques avec brio en s’illustrant comme l’un des meilleurs élèves de sa génération.
Devenu par la suite secrétaire du mage Rejean - avec qui il se lie d’une profonde et sincère amitié -, il se révèle incapable de lui venir en aide lors du Soulèvement de Thanedd où cet ultime meurt transpercé par les flèches des elfes scoia’taels. Décidé à venger son maître et ami, Alexandre d’Ellander prit Francesca Findabair en chasse. Mais la sorcière elfe avait cependant plus d’une corde à son arc et, prenant son assaillant par surprise, le réduit au silence en le transformant en une minuscule figurine.
De ses 290 années d’existence, Alexandre a vécu plus de deux siècles compressé, figé et enfermé dans la collection privé de la reine des elfes libres avant d’être libéré en secret par Filavandrel aep Fidháil. Le jeune magicien a complètement perdu la notion du temps et, flirtant avec la folie, peine à réaliser ô combien le monde a changé depuis la mort de son maître. La seule chose qu’il comprend aujourd’hui, c’est son désir de vengeance ; c’est pourquoi il fait aujourd’hui route vers Guletta dans l’espoir d’y trouver des alliés de taille à affronter et anéantir celle que l’on surnomme toujours la Pâquerette de Vallées.

Liens
 
Francesca Findabair ~ la cible à abattre  ▬ Enid an Gleanna, la Pâquerette des Vallées, la Reine des Elfes libres ou quel que soit son nom. Cette sorcière mérite de mourir pour avoir perpétré le massacre de Thanedd et trahi la confrérie des magiciens au profit du Nilfgaard. Le fait qu’elle soit encore en vie, tant d’années après ses méfaits, est une insulte à la logique. Elle doit mourir. Et Alexandre a bien l’intention de lui porter le coup fatal.  

Filavandrel aep Fidháil ~ un mystérieux sauveur  ▬ Cet elfe mystérieux n’a pas été clair avec Alexandre lorsqu’il l’a délivré du maléfice qui le retenait prisonnier depuis des siècles. Ses intentions ne sont pas claires et son aide n’en fait certainement pas un allié. C’est l’un des plus puissants seigneurs de Dol’Blathanna ; autrement dit : une saloperie d’elfe. Cependant, Alexandre lui est redevable et il compte bien rembourser sa dette.

 
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:04

Royaume de Témérie


Alaric Ier, roi de Témérie ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Alaric
▬ Nom : Maravelle
▬ Surnom : le Hardi
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Maribor, Témérie
▬ Âge : 46 ans
▬ Occupation : roi de Témérie
▬ Physique : Un homme à la charpente solide et au visage taillé à la serpe.
▬ Caractère : audacieux, courageux, diplomate, franc, méfiant, opportuniste, patriote, rancunier, téméraire
▬ Archétype : Noble
▬ Alignement : loyal, bon
▬ Tolérance : Haine des mages, des Nilfgaardiens et des non-humains
▬ Croyance :
▬ Crédit : Jiefeng Jiao
Objectifs
▬ A long terme: Réaffirmer l'Union Sacrée
▬ A court terme : Apaiser les luttes intestines
Histoire


Né au sein de la puissante famille Maravelle, Alaric a longtemps vécu dans l'ombre de son frère ainé, promis à la tête du duché de Maribor et à une brillante carrière qui auraient pu l'amener jusqu'au trône de Témérie. Malheureusement pour ce dernier, Karl Maravelle décède lors de la Guerre du Nord, et laisse Alaric comme seul héritier dynastique. Malgré cette opportunité rêvée, que le jeune duc saisira sans peine, Alaric reste profondément marqué par la mort de son frère et par la faible unité dont font preuve les royaumes du Nord malgré les rappels de l'Histoire.
Intelligent et pertinent, c'est avec une certaine aisance qu'Alaric devient "le Hardi", celui qui ose braver ses voisins comme ses bannerets pour le bien de son domaine, s'attirant parfois les foudres de ses derniers tandis qu'il se fait remarquer au Parlement de Wyzima qui décide de l'élire roi de Témérie en 1503.
Engagé depuis plusieurs années dans un bras de fer avec Lukas Venzlav qui lui revendique une partie de ses terres, avec la dynastie Kimbolt qui voit d'un mauvais oeil les prérogatives accordées aux parlementaires, et face aux nombreuses luttes intestines opposant un grand nombre de son aristocratie belliqueuse, Alaric sait que son autorité sera testée sur les champs de bataille. Et si le roi de Témérie n'est pas en reste sur ce point, il est pleinement conscient que l'Union Sacrée, parfois vue comme un outil de l'ingérence étrangère ou des ambitions tyranniques des souverains témériens, reste un idéal politique de stabilité qu'il devra inscrire par le fer et par le sang chez sa noblesse dissipée.

Liens
 
Lukas Venzlav ~ un rival aux ambitions dangereuses  ▬ Qui sait jusqu'où la soif de Lukas Venzlav, duc de Brugge, le portera ? Si Alaric n'en sait pas plus, il reconnaît ce dernier comme un adversaire à la bonne marche du royaume de Témérie, aux idées passéistes et nostalgiques d'un temps révolu où l'absolutisme était maître. La reconstruction du royaume au lys se fera, entre autre, par la résolution de leur bras de fer qui, sous des allures de velléités territoriales, cache une lutte de pouvoir qui pourrait bien décider du sort de tout un pays.

 


Lukas Venzlav, duc de Brugge ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Lukas
▬ Nom : Venzlav
▬ Surnom :
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine :
▬ Âge : 53 ans
▬ Occupation : duc de Brugge
▬ Physique : Un homme à la longue chevelure rousse, à la barbe fournie et entretenue et au visage impassible.
▬ Caractère : ambitieux, antipathique, arrogant, autoritaire, belliqueux, orgueilleux, stratège, superstitieux, taciturne.
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : neutre, mauvais
▬ Tolérance : Haine des mages, des Nilfgaardiens et des non-humains
▬ Croyance : Melitele
▬ Crédit : /
Objectifs
▬ A long terme: Gagner le trône de Témérie.
▬ A court terme : Voir son mariage prononcé.
Histoire

Si la famille Venzlav est une noble lignée témérienne, Lukas reste une personnalité de second plan. Si cette situation semblait correspondre aux attentes de son paternel, ce ne fut jamais le cas de son successeur. Dénué d'empathie et peu à l'aise avec les mots et les chiffres, Lukas a toujours trouvé grâce lors des batailles où son sens tactique et ses prouesses martiales lui ont permis de s'affranchir des formules d'usage pour tisser des liens avec les autres puissants du Nord qui ont rapidement su reconnaître la valeur du duc de Brugge.
L’appétit venant en mangeant, et Lukas Venzlav étant naturellement doté d'un appétit colossal, les envies de grandeur germèrent jusqu'à mettre mal à l'aise ses voisins, notamment les ducs de Mayene et de Maribor, lorsque cette soif dut passer par quelques velléités territoriales.
Si le trésor ducal avait su être préservé par son père de prédécesseur, le duc de Brugge a depuis su utiliser cette richesse pour se doter des moyens de ses ambitions, d'une force armée nombreuse, compétente et équipée.
Conscient de la force qui est la sienne et de la crainte qu'il peut inspirer à ses pairs, de la force du trésor familial restant et considéré par beaucoup comme l'une des plus grandes richesses du royaume, Lukas aspire à la distinction royale et, à en croire certains de ses proches collaborateurs, plus encore. Pour cela, il sait qu'il peut compter sur un allié de poids. La longue amitié, nouée sur les champs de bataille de la Grande Guerre du Nord, avec le Saint-empereur Holsein II, s'est construite à travers les ambitions et le respect réciproque des deux hommes qui voyaient chacun chez l'autre un allié de poids face à leurs concurrents respectifs.
Promis de longue date à la cousine du Saint-empereur, Lukas attend impatiemment le jour où il posera le pied sur le duché de La Valette et où il joindra sa famille à celle des monarques rédaniens.

Liens
 
Holsein II ~ un ami : un outil ?  ▬ Holsein et Lukas ont partagé de nombreuses batailles au cours de la Grande Guerre du Nord et c'est sur le tertre de leurs adversaires que les deux ont noué une amitié réciproque, motivée par le bellicisme et l'ambition des deux hommes. Promis à un rapprochement à travers son mariage, Lukas sait que sa fortune et son soutien sont recherchés par cet ami dont il compte bien profiter à ses propres fins.

Alaric Maravelle ~ un obstacle quelconque  ▬ Le temps des Maravelles, Kimbolts et autre Natalis est révolu. La Témérie a besoin d'un vrai leader qui saura donner au royaume du lys une grandeur nouvelle, quoique teintée de nostalgie. Les courbettes parlementaires et les faux-semblants des grandes familles ralentissent le développement de la nation et seul un homme à la poigne de fer pourrait remettre la Témérie dans le droit chemin. Au lieu de cela, Alaric est ainsi que tous ses prédécesseurs, faible, opportuniste et passif.

Hedwige Sambukid ~ seul le nom importe  ▬ La seule importance de cette jeune femme réside dans son prestigieux nom de famille. Mais ces bougres d'Ellander, tardent à accéder en faveur du duc de Brugge, pourtant promis depuis des années. Qu'à cela ne tienne, à partir du moment où elle lui donne de beaux et forts héritiers, elle peut bien faire ce qu'il lui plaira.

 
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:05

Royaume de Dol Angra


Eira 1re, reine de Dol Angra ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Eira
▬ Nom : Oceran
▬ Surnom : la reine de fer
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Lyrie
▬ Âge : 55 ans
▬ Occupation : reine de Dol Angra
▬ Physique : Une femme d'âge mur, à la longue chevelure blanche et au regard sévère.
▬ Caractère : Autoritaire, cynique, digne, éloquente, juste, misandre, opiniâtre, patriote, susceptible.
▬ Archétype : Noble
▬ Alignement : Loyal neutre
▬ Tolérance : Haine des Nilfgaardiens.
▬ Croyance : Culturellement attachée au culte de Melitelle, Eira s'est progressivement rapprochée de la croyance liée au Livre du Bon du prophète Lebioda.
▬ Crédit : DjamilaKnopf
Objectifs
▬ A long terme: Veiller à la pérennité et à la sauvegarde de son royaume et du Nord.
▬ A court terme : Approcher Jorin Penrod pour renouer avec ses lointains cousins cintrasiens
Histoire

« Vous portez bien vos couilles, sorceleur. Méfiez-vous : j’en ai émasculé pour moins que ça. »


Issue de la prestigieuse lignée de la Reine Blanche et promise à un destin grandiose dès sa naissance, Eira est éduquée comme l'ont été toutes les femmes amenées à régner un jour sur le trône de l'ancienne Lyrie & Rivie, aujourd'hui Dol Angra. Curieuse mais sage, autoritaire et miséricordieuse, la jeune demoiselle comprend rapidement les ficelles avec lesquelles elle devra un jour gouverner.
Si son enfance dans la campagne de Rivie et de Lyrie pourrait sembler à un conte pour enfant, c'est avec une maturité déconcertante qu'Eira traverse les premières étapes de sa vie, la jeune princesse attendrissante laissant bientôt place à une femme dotée d'une poigne de fer que certains confondent avec de la cruauté.

Tantôt promise à la riche noblesse cintrasienne partageant un ancien lignage commun, puis à différents héritiers aedirniens craignant les ambitions dévorantes du Kaedwen, Eira est finalement fiancée au fils du duc de Caed Dhu afin de consolider l'aristocratie local et d'assurer à Dol Angra une pérennité dynastique qui s'était faite chancelante.

Consciente de la prise d'importance des magiciens dans le renouveau politique mondial, la reine Eira Iere approche rapidement ses alliés koviri avec lesquels elle a combattu lors de la Guerre du Nord afin de s'attacher les services d'une magicienne qui devint sa conseillère. Si les deux femmes on su préserver jusqu'à ce jour le royaume de Dol Angra, certaines langues se lèvent quant aux infidélités que la reine aurait entretenue avec cette femme et qui, dit-on, perdureraient encore aujourd'hui, après le trépas du duc Angorn de Caed Dhu. Néanmoins, elle s'attache à la bonne éducation des enfants qu'il lui a donné. Clervie, son aînée est appelée à un jour régner à sa place et le jeune Anséis attendra sa majorité pour prendre ses responsabilités sur le duché de son défunt père. Et enfin, le jeune Delwyn, né quelques temps après la mort d'Angorn.

Aidée de la clairvoyance de sa mage conseillère et bien assez sage pour savoir en profiter au moment opportun, la reine de Dol Angra a récemment entreprit de se rapprocher de la couronne de Cintra, autant par intérêt familial puisque les deux dynastie ont un jour partagé une branche commune que par intérêt diplomatique, la Lyrie & Rivie n'ayant jamais totalement oublié les affronts témériens.

Liens
 
Jorin Penrod ~ Un lointain parent et un allié dont il faut se rapprocher  ▬Ce n'est un secret pour personne, Jorin Penrod, le roi de Cintra, est un homme ambitieux. Plus encore, il est parfaitement capable de parvenir à ses fins. S'il reste encore un peu de sang commun de la lointaine maison Raven-Cerbins, alors il serait d'autant plus pertinent que les deux souverains se rapprochent pour le bien de ce prestigieux lignage.

 
Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:05

Royaume de Cintra



Jorin Penrod, Roi de Cintra ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Jorin
▬ Nom : Penrod
▬ Surnom : Le Conquérant
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : An Skellig
▬ Âge : 37 ans
▬ Occupation : Roi de Cintra
▬ Physique : Un homme fort et puissant à la barbe et aux cheveux cendrés.
▬ Caractère : Ambitieux, belliqueux, charismatique, pragmatique, égoïste, fin stratège, moqueur, violent
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des mages et des non-humains
▬ Croyance : Culte de Freya
▬ Crédit : Jaywong001
Objectifs
▬ A long terme: devenir empereur du Nilfgaard.
▬ A court terme : rassembler une armée pour partir à la conquête du sud.
Histoire

« J’ai vu ma destinée, espèce de bâtard, et tu n’étais pas dedans ! »


En tant que Penrod et à l’instar de ses ancêtres, Jorin prétend descendre de l’union controversée entre l’empereur Emhyr var Emreis et la reine Cirilla Fiona Elen Riannon de Cintra. Sa dynastie a vécu en exil durant des siècles tout en contestant la couronne du royaume aux lions d’or à leurs cousins, les Carastiens. Bien que les Penrod obtiennent gain de cause lors du traité de Cintra en 1417, jamais les deux dynasties n’ont cessé de s’affronter et de se chasser l’une et l’autre du trône cintrasien. Le père de Jorin, Tobias Penrod, meurt au cours de la Guerre du Nord alors qu’il tente d’arracher Cintra des mains de son rival, Dries Carast.
Né en exil, Jorin est élevé au sein du clan Tuirseach d’An Skellig où il s’imprègne de la culture skelligeoise. Bien qu’une importante frange de l’île soit convertie à la religion du Feu éternel depuis la fin du XIVe siècle, ses mentors insistent pour que le jeune Penrod suive sa propre voie. Son enfance étant perturbée par les conflits religieux qui secouent les îles de Skellige au cours de la Guerre du Nord, il décide non sans peine de se convertir au dominant culte de Freya, alimentant à cette occasion la relation de rivalité qu’il entretient avec Magnus Tuirseach, son frère de lait qui, pour sa part, est un fervent de la religion du Feu éternel. En vérité, Jorin a toujours été relativement cynique vis-à-vis de la croyance et, même s’il a pu faire preuve de piété à certaines occasions, il n’a jamais renoncé à l’idée de rejoindre un autre culte si cela pouvait servir son rêve de grandeur. Convaincu qu’il est né pour accomplir de grandes choses, le Penrod trouve écho à ses ambitions lorsqu’il rencontre la prophétesse Abigail de Roggeveen. Cette dernière lui présente son destin, intimement lié au sort de ce monde, lui seul étant capable de le protéger des maux à venir.
Entraîné parmi les grands de l’aristocratie skelligeoise, Jorin s’affirme comme un guerrier ambitieux et rusé. S’il a certes déjà essuyé quelques malencontreuses défaites, l’on se souvient surtout de ses éclatantes victoires amenées avec une audace démesurée. C’est grâce à son génie que Magnus parvint à s’emparer de la couronne des îles en 1506, et toujours avec autant d'audace qu’il parvient à libérer la prophétesse Abigail des griffes de l’inquisition rédanienne en 1509. L’année suivante, il s’empare du royaume de Cintra avec l’aide de son frère de lait, chassant Peter Carast de son trône en seulement quelques mois. Certains pourraient voir dans la reconquête de Cintra une fin heureuse pour l’héritier de la dynastie Penrod. Or, ce n’est pas le cas de Jorin qui aspire désormais à conquérir le Nilfgaard par droit du sang.
L’empire est certes divisé, mais il reste redoutable. Jorin, s’il est persuadé que le destin le conduira sur le plus haut des trônes de ce monde, n’ignore pas pour autant que de nombreuses faiblesses l’entourent. Les Cintrasiens ne lui font pas encore suffisamment confiance pour le soutenir et se battre en son nom, tandis que son frère de lait se montre de plus en plus hostile envers lui, n’acceptant qu’avec trop de jalousie ses éminents succès. S’il veut donner corps à ses rêves, le roi de Cintra a désormais besoin d’hommes et de ressources, et il est prêt à tout pour obtenir ce qu’il souhaite.
Liens
 
Magnus Tuirseach ~ un frère de lait jaloux ▬  S'ils n'ont pas le même sang qui coule dans leurs veines, Magnus et Jorin demeurent de véritables frères avec tout l'amour, la haine et la jalousie que cela peut engendrer. Ensemble, ils ont arpenté les mêmes mers,  guerroyé côte à côte durant les mêmes batailles et défait les mêmes ennemis, s'entraidant l'un et l'autre pour conquérir les royaumes de Skellige et de Cintra. Ensemble, ils avaient la réputation d'être inébranlables. Mais aujourd'hui, alors qu'ils gouvernent leur royaume respectif, cette fraternité s'est effacée pour laisser place à de l'animosité et de l'incompréhension. Magnus n'a aucune envie de soutenir Jorin dans sa conquête du Nilfgaard qu'il juge stupide et capricieuse. Il n'entend rien aux prophéties d'Abigail et a trop insisté pour que le Penrod s'en débarrasse jusqu'à  ce qu'éclate une violente dispute. Qu'à cela ne tienne, le roi de Cintra n'a pas besoin de ce roitelet grognon pour mener à bien sa destiné. Du moins, c'est ce qu'il pense.

Anaïs la Sanglante ~ une amante farouche ▬  Il va sans dire que la Sanglante et sa troupe de mercenaires ont été des alliés de poids aux ambitions de Jorin. Durant les campagnes, une romance éphémère s'est installée entre le Penrod et la var Attre. Mais celle-ci n'a jamais su prendre le pas sur les ambitions de l'un et de l'autre qui demeurent des êtres cyniques et pragmatiques.  Intéressé par l'ascendance de la guerrière, Jorin a pactisé avec son père pour se frayer un chemin jusqu'à la capitale du royaume de Cintra lors de la conquête du royaume aux lions moyennant un mariage qui n'a jamais eu lieu. Un mariage que la Sanglante ne cesse de réclamer mais qui paraît désormais obsolète à Jorin puisque le cœur de ce dernier penche désormais en faveur de la prophétesse Abigail de Roggeveen. Tout cela sans parler du fait que la Sanglante est de plus en plus exaspérante depuis l'assassinat de son paternel qui, qu'on se le dise, était un bien meilleur sujet que sa fille. De vives tensions animent désormais Jorin et son ancienne amante qui se regardent avec autant de méfiance que de rancœur. Personne ne sait comment cette histoire va se terminer, mais Jorin ne laissera jamais les ambitions d'un autre que lui se mettre en travers de sa route.

Abigail de Roggeveen ~ une prophétesse attachante  ▬  Jorin a rencontré Abigail durant la guerre de Magnus alors qu'elle arpentait seule les terres de Skellige. Ses guerriers l'ont pris pour une sorcière et envisageaient de l'exterminer avant que le Penrod n'intervienne en sa faveur. La jeune fille attirait sa curiosité qui se changea en fascination lorsque celle-ci rentra dans une transe, lui prophétisant d'une voix étrange et impénétrable sa destiné. Jorin voulut alors garder la prophétesse auprès de lui malgré la réticence que lui vouaient ses alliés. Mais Abigail devait partir pour poursuivre sa quête d'identité. Quelques années plus tard, Jorin fit un rêve étrange dans lequel il appris que la prophétesse était prisonnière des Rédaniens. Il organisa alors une expédition périlleuse qui se fraya un chemin jusqu'aux plus profonds cachots de l'inquisition rédanienne pour la récupérer des mains de ses bourreaux. Abigail était amoindrie, mutilée et humiliée par les nombreux sévices qu'elle avait subit. Le Penrod la fit soigner et commença à s'attacher dangereusement à elle. Désormais roi de Cintra, il avait tout à lui offrir, notamment la sécurité qui lui avait fait tant défaut. Lui seul connait la valeur exceptionnelle de cette jeune femme et il ne laisserait plus jamais personne l'écorcher, quitte à lui interdire de reprendre la route et la garder prisonnière dans ses appartements.

Peter Carast ~ un ennemi à abattre ▬  Le seul point noir de la conquête de Cintra fût la fuite de son rival, Peter Carast. Jorin avait tellement rêvé de pourfendre le crâne de cet usurpateur qu'il s'en était fait un objectif personnel. Aujourd'hui, le lâche s'est réfugié au Nilfgaard et conspire certainement son retour. S'ils ne se connaissent que par la haine qui oppose leurs dynasties depuis des siècles, il est impératif à Jorin de se débarrasser une fois pour toutes de cet ennemi embarrassant.

 
Commentaire


  • Ce personnage est marqué par le destin : convaincu qu’il est amené à accomplir de grandes choses pour le bien de l’univers, il est prêt à consentir à de nombreux sacrifices. Ses actions, même les plus téméraires, sont souvent synonymes de succès. Or, il est trop souvent aveuglé par ses objectifs. De cet aveuglement naissent la destruction, la folie, le mépris et la mort.
    Dans la Saga du Sorceleur, Emhyr var Emreis est un personnage marqué par le destin.




Anaïs la Sanglante ▬ pris


Identité
▬ Prénom : Anaïs
▬ Nom : var Attre
▬ Surnom : la Sanglante
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Attre, Cintra
▬ Âge : 33 ans
▬ Occupation : Condottiere
▬ Physique : Une femme aux longs cheveux flamboyants qui se distingue par son imposante armure d'acier ainsi que le médaillon de sorceleur de l'école du chat accroché à sa ceinture.
▬ Caractère : Apathique, arbitraire, arriviste, arrogante, cynique, indomptable, rancunière, sarcastique, misanthrope.
▬ Archétype : Combattante
▬ Alignement : chaotique neutre
▬ Tolérance : Haine des non-humains et des sorceleurs.
▬ Croyance : Culte de Melitele
▬ Crédit : Dropdeadcoheed
Objectifs
▬ A long terme: rester "invaincue".
▬ A court terme : épouser Jorin Penrod et devenir reine de Cintra.
Histoire

« Coucou mon mignon, chantonnait la sanglante tout en caressant la lame de son épée. Tu veux goûter à ta première fois ? »


Anciens colons nilfgaardiens qui s'implantent dans le nord sous le règne d’Emhyr var Emreis, les var Attre sont l’une des familles les plus puissantes et les plus respectées de Cintra. Seigneurs de la riche cité portuaire d’Attre, cette dynastie affiche fièrement sa réussite en s’illustrant régulièrement sur les devants de la scène politique du royaume et, parfois même, de l’empire Nilfgaardien. Or, s’ils se sont acclimatés depuis longtemps aux us et aux coutumes cintrasiennes, les membres de cette famille sont encore perçus comme des envahisseurs nilfgaardiens par les nordistes les plus traditionalistes, sinon les plus belliqueux.
Anaïs a longtemps souffert de ses origines qui, dès son plus jeune âge, lui sont trop souvent reprochées par les personnes qui partagent son existence. Avec le temps, les railleries et les humiliations subies, elle comprend qu’elle ne sera jamais acceptée au sein de la société cintrasienne en suivant les routes traditionnelles et décide alors de tracer sa propre voie. Malgré les fondements particulièrement misogynes qui imprègnent la culture de Cintra, Anaïs décide de se distinguer par la voie des armes, traditionnellement réservée aux hommes. Profitant de la fortune familiale, la jeune noble se fait offrir les services des maîtres d’armes les plus prestigieux du continent, perfectionnant son style et ses compétences martiales tout au long de ses jeunes années. S’il est incontestable qu’Anaïs var Attre est aujourd’hui l’un des meilleurs guerriers du continent, celle-ci n’en est pas moins obscurcie par son arrogance démesurée et son besoin égocentrique d’alimenter sa mythologie personnelle par des faits héroïques.
Devenue majeure, Anaïs commence à mettre ses talents à profit en devenant condottiere au service du plus offrant. Malgré des débuts modestes, elle parvient malgré tout à remplir de nombreux et prestigieux contrats au fil des années, rassemblant en parallèle une hanse d’une cinquantaine de guerriers qui partagent avec la var Attre son goût pour les missions périlleuses et glorifiantes. Par ailleurs, cette compagnie, qu’on appelle le Main Sanglante, a participé à plusieurs conflits récents comme la guerre de Deux Ans ou encore la guerre de Magnus. C'est au cours de ce dernier conflit qu'Anaïs se rapprocha de Jorin Penrod, un guerrier aussi charmant que talentueux.
L'existence de la Sanglante est bousculée durant l'année 1510. Son père, désireux de voir sa famille s'élever à un rang plus prestigieux, prend le pari de trahir le roi Peter Carast de Cintra en ouvrant les portes du port d'Attre aux armées de son rival Penrod qui voguait en direction du le royaume aux lions en compagnie de sa fille et de ses mercenaires. En échange de cette prise de position en faveur du redoutable prétendant, le duc négocia avec lui la main de sa fille avec l'assentiment de cette dernière qui ne pouvait rêver meilleure opportunité que de gouverner le royaume qui l'a vu naître aux côtés de Jorin. Or, la trahison ne fût pas son conséquence. Au lendemain de la prise de Cintra, des assassins à la solde du Nilfgaard furent envoyés pour assassiner le duc et sa fille. La Sanglante parvint non sans mal à défaire le sorceleur de l'école du chat chargé de l'exterminer mais arriva trop tard pour sauver son père des lames de son assassin qu'elle parvint à défigurer avant qu'il ne prenne la fuite.
Désormais duchesse d'Attre, Anaïs souffre du manque de confiance de ses sujets - qui voient en elle une barbare sanguinaire aux mœurs licencieuses - et de l'inconstance de Jorin - qui semble désormais moins intéressé par le mariage avec la Sanglante maintenant qu'il a récupéré sa couronne et qu'il s'est amouraché d'une voyante. Ce dernier a même refusé de lui accorder son soutien dans la quête de vengeance qu'elle s'est fixée pour retrouver et exterminer l'assassin de son paternel, prétextant qu'il était trop occupé à préparer sa nouvelle campagne contre le Nilfgaard. Abandonnée de toutes parts, Anaïs ne peut compter que sur ses mercenaires pour obtenir son dû.
Liens
 
Jorin Penrod ~ un amant obnubilé par son destin ▬  La Sanglante a rencontré le Conquérant durant la guerre de Magnus. C'était un autre homme avant qu'il ne rencontre Abigail de Roggeveen, joyeux et attachant. Anais et Jorin se sont éprouvés l'un et l'autre, aussi bien dans la chaleur d'une chambre à coucher que dans l'exaltation d'un champ de bataille. Chose anodine, l'apathique condottiere a même commencé à développer des sentiments contradictoires pour cet homme aux cheveux cendrés et s'est même réjouie secrètement de l'opportunité qui s'était présentée à elle lorsque son père, le duc d'Attre, négocia la main de sa fille en échange de son aide pour la conquête du royaume aux lions. Mais, depuis que Jorin s'est vu prophétisé sa destiné et qu'il est devenu roi de Cintra, il est devenu plus fourbe et autoritaire jusqu'à repousser la promesse qu'il avait faite au défunt père d'Anaïs. Il renonça même à aider la Sanglante dans sa quête de vengeance, préférant planifier sa nouvelle campagne contre le Nilfgaard et choyer la prophétesse qu'il garde jalousement emprisonnée dans ses appartements privées. Il semble évident que le nouveau roi de Cintra a développé des sentiments pour cette Abigail. Et cela, Anaïs ne saurait le tolérer.

Abigail de Roggeveen ~ un contrepoids ▬  À l'instar de Magnus, Anaïs s'est longtemps opposée à la relation naissante entre Jorin Penrod et Abigail de Roggeveen. Pour la Sanglante, la prophétesse n'est rien d'autre qu'une baratineuse qui a empoisonné l'esprit de son amant par la force de vaines divinations. Aujourd'hui, elle semble se dresser entre elle et la promesse de mariage que le roi de Cintra avait négocié avec son défunt père. Elle est donc devenue une source d'agacement et de contrariété. Et si Anaïs ne la connait que trop peu, les seuls ennuis qu'elle lui a apportés en s’immisçant entre elle et son amant d'hier lui suffisent pour envisager les solutions les plus radicales.

Darek Breto ~ une cible ▬  Anaïs ne connait pas le nom de celui qui a assassiné son père. Mais elle a vu son faciès alors qu'elle se précipitait, glaive en main, jusqu'à ses appartements après avoir abattu le sorceleur qu'il avait envoyé à ses trousses. Elle a vu ses dagues ensanglantées alors qu'il se dressait au dessus du corps sans vie de son paternel. Et elle l'a vu s'enfuir après être parvenue à lui lacérer le visage d'un coup d'épée. Elle a passé des semaines à retourner la ville de Cintra à sa recherche avec l'aide de ses mercenaires mais n'est pas parvenue à lui remettre la main dessus. Elle sait que cet homme a été embauché grassement par l'ambassadeur du Nilfgaard pour l'exterminer en réponse à son soutien à Jorin Penrod lors de la conquête de Cintra. Cet ambassadeur est mort, aujourd'hui, tué par ses mercenaires. L'assassin, en revanche, elle a fait la promesse de le retrouver et de le tuer elle-même, de ses propres mains.

 



Abigail de Roggeveen ▬ pris


Identité
▬ Prénom : Abigail
▬ Nom : de Roggeveen
▬ Surnom : la clairvoyante, l’oracle, la maudite, l’hérétique.
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Roggeveen, Témérie
▬ Âge : 32 ans
▬ Occupation : Source
▬ Physique : Une femme frêle, le corps couvert de cicatrices, un œil et trois doigts en moins.
▬ Caractère : Bienveillante, clairvoyante, farouche, lunatique, maladroite, méfiante, nomade, traumatisée, timide.
▬ Archétype : Érudite
▬ Alignement : neutre bon
▬ Tolérance :  Haine des fanatiques religieux.
▬ Croyance : Culte de Melitele
▬ Crédit : Notesz
Objectifs
▬ A long terme: comprendre sa destinée.
▬ A court terme : s'enfuir de Cintra.
Histoire

« Je vous connais ; je vous ai vu en rêve. »


Abigail est une orpheline de la cité de Roggeveen, une des grandes villes marchandes du duché de Cidaris, en Témérie. Elle a été élevée auprès de diverses et différentes famille de la région, son charme naturel et sa vivacité d’esprit faisant d’elle une enfant idéale pour les couples au coeur charitable, que ces derniers soient riches marchands ou humbles paysans. Mais, son chemin étant continuellement parsemé d’incidents étranges et de phénomènes surnaturels, elle est régulièrement renvoyée au caniveau jusqu’à rencontrer, à ses onze ans, des prêtresses du culte de Melitele. Protégée par ces dernières, la jeune orpheline est alors envoyée au temple d’Ellander où elle trouve amour et éducation.
Durant son adolescence, Abigail réalise par le truchement des religieuses qu’elle serait une source : un être exceptionnel, doté d'incontrôlables pouvoirs magiques et prophétiques. Il est vrai que la jeune fille est depuis toujours sujette à des visions et des absences qu’elle pensait jusque-là n’être que de simples cauchemars ou d’incommodantes crises de fatigue. Chamboulée par cette révélation, elle décide alors de quitter Ellander pour partir à la recherche de ses géniteurs et comprendre la raison de son existence.
Sa quête l’amène à de nombreux voyages à travers les royaumes du Nord, allant aussi bien en Rédanie que sur les îles de Skellige. Ne trouvant aucune réponse concrète à ses questions, elle est de plus en plus tourmentée par des visions chaotiques d’un monde sombrant sous la glace. Ses voyages sont cependant l’occasion pour elle de faire des rencontres, marquant chaque étape de son trajet par des prophéties diverses et des incidents anodins.
Capturée en 1507 par l’inquisition rédanienne, elle est envoyée à Oxenfurt afin d’y être jugée pour sorcellerie. Enfermée deux années durant dans le donjon de l’inquisition, elle subit tortures et mutilations de la part de ses bourreaux avant d’être délivrée en 1509 par des hommes à la solde de Jorin Penrod. Abigail avait rencontré cet ultime quelques années auparavant et lui avait prophétisé son destin qui, entre autres choses, était de venir la secourir.
Bien que Jorin, devenu entre-temps roi de Cintra, ait fait délivrer, soigner et protéger Abigail, le conquérant semble considérer désormais que la prophétesse lui appartient, comme s’il l’avait méritée ou conquise. Encore trop fragile après ces deux années d’intenses souffrances, Abigail sait qu’elle devra pourtant s’enfuir et fausser compagnie à son sauveur pour reprendre la route et ainsi continuer sa quête d’existence.

Liens
 
Jorin Penrod ~ un protecteur devenu geôlier ▬  Abigail avait beaucoup rêvé de Jorin avait de le rencontrer. Elle savait que cet homme était voué à accomplir de grandes choses tout comme elle savait qu'il viendrait la sauver après avoir connu le pire. Néanmoins, elle ignorait que cet homme lui apporterait autant de bienveillance que de désagréments. Aujourd'hui, il est devenu un frein à sa quête de réponses. Elle craint que l'affection qu'il ait développé pour elle ne devienne l'objet de sa propre chute, sans compter le danger qu'elle sent dans son entourage puisque sa présence a toujours suscité en sa cour des regards haineux et méfiants. Même si elle lui est reconnaissante, elle ne peut malheureusement pas rester auprès de lui. Et cela, le roi de Cintra ne semble pas le comprendre.

 
Commentaire


  • Ce personnage est une source : autrement dit, un médium extrêmement sensible à la magie. Il est malgré lui capable de prophéties, de visions, mais aussi de magie. Or, il n’est et ne sera jamais vraiment capable de contrôler ces dons qui s’imposent chaque jour dans son quotidien.
    Dans le jeu-vidéo The Witcher, Alvin est une source.

Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Ven 24 Juil - 16:05

Archipel de Skellige


Magnus Tuirseach, roi de Skellige ▬ libre


Identité
▬ Prénom : Magnus
▬ Nom : Tuirseach
▬ Surnom : le Pieux
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : An Skellig
▬  ge : 43 ans
▬ Occupation : roi de Skellige
▬ Physique : Un homme chauve avec une cicatrice au visage ainsi qu'une barbe fière et grisonnante
▬ Caractère : Austère, cupide, cruel, honnête, jaloux, pieux, sage, taciturne, valeureux.
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : loyal neutre
▬ Tolérance : Haine des mages, des Nilfgaardiens et des non-humains
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : Angevere
Objectifs
▬ A long terme: unifier les îles de Skellige.
▬ A court terme : éviter une nouvelle guerre civile.
Histoire

Magnus est issu des Tuirseach ; l’un des clans les plus prestigieux de Skellige qui, selon les légendes locales, fût fondé par Tyr, fils de Hemdall. Sa famille, jadis proche du clan an Craite d'Ard Skellig, est devenue, avec le clan Dimun, l’une des figures de proue de la religion du Feu éternel sur l’archipel skelligeoise et ce depuis la conversion historique de son aïeul, Klaas Tuirseach, en 1387. Le père de Magnus, Lusger Tuirseach, était roi de Skellige avant d’être destitué et exécuté par son opposante, Hanneke an Craite, à la suite de la Guerre du Nord.
Magnus n’a que douze ans lorsqu’il perd son paternel. Sa disparition marque profondément le jeune Skelligeois qui fait alors la promesse de le venger en récupérant un jour le trône qui fût le sien. Par respect envers les choix de ses récents ancêtres, il devient à son tour un fervent serviteur de l’église du Feu éternel, engagé dès lors dans l'unification des îles de Skellige sous l'obédience de la divine flamme de Novigrad.
Magnus est élevé aux côtés de Jorin Penrod. Inséparables malgré leurs six ans d’écart, le prince cintrasien est devenu, au fil des années, l’ami du Tuirseach ; le seul capable de rompre sa carapace d’austérité et de lui faire office de confident. Les deux hommes ont effectivement vécu maintes aventures ensemble, s’aidant mutuellement à récupérer le trône de Skellige en 1505-1506 et le royaume de Cintra en 1510. Malgré cela, leur relation a toujours été nocive et s’est considérablement détériorée au fil des années, empoisonnée par des questions d’orgueil et de jalousie. Étant l'un et l'autre au sommet de leur gloire, les deux frères ont décidé de s'ignorer mutuellement pour s'occuper de leurs terres.
Si Magnus est parvenu à honorer sa promesse en vengeant la mort de son père et en récupérant le trône qui fut le sien, le nouveau roi des îles Skellige doit désormais faire face à de nouveaux dangers. La discorde règne entre les clans et Ffraid an Craite, fille de l'usurpatrice, menace de déclencher une nouvelle guerre. L'heure est donc venue pour Magnus de choisir un moindre mal entre un nouveau conflit sanglant sur les îles ou une impossible concorde avec des rivaux ancestraux.

Liens
 
Jorin Penrod ~ un frère devenu rival  ▬ Jorin et Magnus sont des cousins mais, ayant été élevés enselmble, ils se sont toujours comportés comme des frères. Ensemble, ils ont connu l'humiliation et l'exil après leur rébellion ratée contre Haneke an Craite en 1498. Ils ont ensuite trouvé la gloire en parvenant à conquérir les royaumes de Skellige et de Cintra. Aujourd'hui maître en leur propre royaume, les deux frères de lait n'ont eu de cesse que de se disputer jalousement pour des questions d'honneur, de religions, de supériorité et de femmes.

Ffraid an Craite ~ un caillou dans une botte  ▬ La fille d’Haneke an Craite a toujours paru insignifiante aux yeux de Magnus. Il craignait bien plus ses aînés qui ont été exterminés par Harald Drummond lors de la conquête de Skellige. Aujourd’hui, l’Orpheline a commencé à rassembler des partisans et désire plus que tout plonger l’archipel dans une nouvelle guerre civile. Magnus doit alors trouver un moyen, soit pour calmer ses ardeurs, soit pour la réduire au silence. Il serait dommage que son règne soit perturbé par les velléités meurtrières d’une pucelle intransigeante.

Harald Drummond ~ un champion renégat  ▬ Harald est sans nul doute le plus puissant des guerriers de l'Archipel, sinon le plus dangereux. Il s'est rallié de son propre chef à son armée lors de la conquête de Skellige et, ébloui par sa force, Magnus lui a offert de combattre à ses côtés. Or, Harald s'est vite révélé être une force indomptable et sadique, un homme cruel qui semait aussi bien le chaos dans les rangs adverses que dans son propre camps. Dégoûté par la manière audacieuse dont Magnus et Jorin sont parvenus à s'emparer de Cintra, le Drummond s'en est allé en traitant les conquérants comme des couards. Depuis lors, Magnus tente de garder ses distances avec ce cinglé. Après tout, il a d'autres chats à fouetter que ce lion querelleur et stupide.




Ffraid an Craite▬ libre


Identité
▬ Prénom : Ffraid
▬ Nom : An Craite
▬ Surnom : L'orpheline
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Féminin
▬ Origine : Ard Skellig
▬  ge : 36 ans
▬ Occupation : jarl du clan an Craite
▬ Physique :  Une petite femme au corps trapu et à la chevelure rousse typique du clan an Craite.
▬ Caractère :  Brave, colérique, déterminée, fataliste, féroce, fraternelle, machiavélique, méfiante, rancunière.
▬ Archétype : Combattante
▬ Alignement : chaotique bon
▬ Tolérance : Haine des Nilfgaardiens, des non-humains et des Rédaniens
▬ Croyance : Freya
▬ Crédit : John Wallin Liberto
Objectifs
▬ A long terme: venger la mort de ses frères.
▬ A court terme : rassembler les clans traditionalistes derrière elle.
Histoire

Ffraid est la fille de la grande Haneke an Craite, une guerrière redoutable qui s'empara de la couronne des îles Skellige au cours de la Guerre du Nord. Malgré les nombreux tumultes qui secouent l'archipel skelligeoise, divisé entre les cultes traditionnels et la religion du Feu éternel, elle connut une enfance paisible aux côtés de ses frères aînés, Nils et Terje. Ces deux-là étaient inséparables et passaient le plus clair de leur temps à se chamailler à la manière des barbares des îles dans le but de se démarquer l'un et l'autre. Ils étaient aussi très protecteurs vis-à-vis de leur cadette même si celle-ci n'était pas toujours épargnée par leurs taquineries. Désireuse de devenir leur égal, Ffraid dût apprendre l'art du combat et du pillage, se distinguant dès son plus jeune âge lors des expéditions sur les côtes des royaumes civilisés. Mais malgré sa bravoure et sa détermination, elle ne parvenait jamais à rivaliser avec l'audace démesurée de ses frères dont les razzias triomphantes rapportaient toujours plus d'esclaves et de trésors.
Une fois adulte, Ffraid assista à la recrudescence des affrontements religieux au sein des îles. En 1498, elle dut prendre les armes lors du soulèvement de Magnus Tuirseach. Sa mère et ses alliés parvinrent non sans mal à défaire les flottes des insurgés et condamna les nobles responsables de cette rébellion à l'exil. Or, Magnus était ivre à l'idée de s'emparer de la couronne des îles et, après plusieurs années loin de sa terre natale, il revint avec une puissante flottes de mercenaires pour déclarer la courte guerre qui porte désormais son nom. La reine Haneke était une fois de plus confiante face aux armées des Tuirseach qu'elle avait déjà défait à plusieurs reprises, mais c'était sans compter sur l'audace de Jorin Penrod et la trahison du clan Drummond.
Ffraid perdit toute sa famille au cours de ce dernier conflit. Ses frères, Nils et Terje, furent exterminés par le traître Harald Drummond, ce boucher profitant de la déroute de la flotte des an Craite pour venir les affronter au milieu des flammes. Haneke, quant à elle, fût tuée lors d’un combat singulier l’opposant à Magnus alors que ses armées tenaient le siège devant Kaer Trolde. Recherchée, la fille an Craite trouva refuge auprès du clan Tordarroch d’Unvik et y passa plusieurs années le temps d’y panser ses blessures. Aujourd’hui, le coeur de la jeune Ffraid ne bat que pour la vengeance. Elle a commencé à rassembler des partisans et cherche à s’imposer comme la nouvelle figure de proue des traditionalistes face aux fervents de la religion du Feu éternel.

Liens
 
Magnus Tuirseach ~ Un tyran fanatique  ▬ Hanneke avait été magnanime en n'offrant que l'exil à Magnus après que celui-ci ait tenté de renverser son règne une première fois. Si certains guerriers considèrent que le bannissement de leur terre natale et un sort pire que la mort, tout portait à croire que le Tuirseach ne respecterait pas cette sentence et reviendrait pour accomplir ce qu'il avait entamé. Aujourd'hui, il s'est emparé de la couronne et désire imposer sa volonté en gouvernant sous l'égide de la religion impériale. Si Ffraid se désintéresse de la couronne, il lui paraît essentiel de débarrasser le trône skelligeois de cet hérétique.

Harald Drummond ~ un traître et un boucher  ▬ Harald est le meurtrier des frères de Ffraid. Cette pourriture avait pourtant fait vœu de neutralité aux commencements de la Guerre de Magnus mais s'est parjuré en choisissant de rejoindre les rangs des envahisseurs. Ffraid nourrit une haine profonde à l'encontre de ce traître et ne rêve que d'une chose : le voir mourir dans d'atroces souffrances.





Harald le Tueur de Dragon▬ libre


Identité
▬ Prénom : Harald
▬ Nom : Drummond
▬ Surnom : Le Tueur de Dragon
▬ Race : Humain
▬ Sexe : Masculin
▬ Origine : Kaer Muir
▬  ge : 45 ans
▬ Occupation : jarl du clan Drummond
▬ Physique :  D'une taille colossale et aux mains suffisamment grandes pour broyer à elles seules le crâne de n'importe quel ennemi.
▬ Caractère :  Belliqueux, brutal, courageux, cruel, franc, joueur, misanthrope, obstiné, vulgaire.
▬ Archétype : Combattant
▬ Alignement : chaotique mauvais
▬ Tolérance : Haine des humains, des mages et des non-humains.
▬ Croyance : Feu éternel
▬ Crédit : MV RENJU
Objectifs
▬ A long terme: vaincre le plus grand des périls.
▬ A court terme : trouver le plus grand des périls.
Histoire

Plus jeune, l'aîné des fils Drummond a pris les armes pour aller chasser un dragon de son île. Parti avec ses frères et ceux qu’il considérait comme les plus grands guerriers de son clan, le Skelligeois est revenu seul de son expédition punitive tenant dans ses mains le coeur encore fumant du saurien.
Alors fasciné par le feu, c’est avec fanatisme que le jarl Drummond embrasse la religion du Feu éternel. Cependant, si sa ferveur est avérée, ce n’est pas tant l’importance religieuse et spirituelle qui fait d’Harald un converti mais simplement cette obsession morbide pour un élément aussi chaotique et destructeur que sa propre personne. Depuis, il voit le feu comme une source inaltérable de puissance et prétend lui-même tirer sa force des nombreuses scarifications en forme de brûlure qu’il s’inflige dans sa quête de pouvoir.
Harald est affublé d’une légende personnelle que peu d’îliens osent remettre en question. Guerrier imprévisible et chaotique, il ne vit que pour se mesurer aux plus grands des périls et c’est ainsi qu’il se retourna contre Hanneke an Craite lors de la Guerre de Magnus. Le Drummond avait promis à la reine de rester neutre mais rejoint finalement les rangs des envahisseurs dans le seul but de se mesurer à aux fils an Craite dont l’on disait qu’ils étaient parmi les plus féroces guerriers de l’archipel.
Un temps proche de Magnus Tuirseach et de son frère de lait Jorin penrod, Harald s’est récemment éloigné de ces derniers après les avoir aidé à conquérir Cintra. Convaincu que Jorin se fourvoie dans des prophéties idiotes clamées par une femme de surcroît et que Magnus est un jarl faible et pitoyable, les trois hommes se regardent en chien de faïence et n’attendent que le début des hostilités pour mesurer leurs forces respectives. Peut-être le plus grand des périls se présentera bientôt à lui, Harald, le tueur de dragons, le plus grand guerrier que le monde ait connu.

Liens
 
Magnus Tuirseach ~ Un fourbe et un lâche  ▬ Il lui avait promis l’honneur de grands combats durant la guerre de son frère pour Cintra. Au lieu de cela, il ne vit Magnus ne faire preuve que de fourberie et de lâcheté pour désorganiser les armées cintrasiennes et c’est pourquoi il a préféré se retirer de la bataille et ne pas souffrir d’un tel déshonneur. Si Harald ne souhaite pas directement s’opposer à Magnus, un jarl aussi faible que cela n’a aucun ordre à lui donner et s’il souhaite le faire, il lui montrera le vrai sens du terme “honneur”.

Anaïs la Sanglante ~ Peut-être la seule femme digne de son intérêt  ▬ Les rumeurs disent que cette femme aurait tué un sorceleur. Si Harald en doute fortement, il n’empêche qu’elle dispose potentiellement d’une valeur guerrière remarquable que le Skelligeois a entrevue lors de la Guerre de Magnus et de la Prise de Cintra où ils combattirent côte à côte. Ce ne sera certainement pas le plus grand des périls, mais il faut bien vérifier que de telles légendes soient établies.

Ffraid an Craite ~ qu’elle vienne me chercher !  ▬ La jeune an Craite a soif de vengeance après qu’Harald ait tué ses frères durant la guerre de Magnus alors qu’il avait fait voeu de neutralité. Aujourd’hui, cette petite sotte s’est jurée de les venger. Mais que pourrait une femme ridiculement petite et faible face au tueur de dragons ? Peu lui importe en vérité, elle sera un trophée parmi tant d’autre si elle osait le défier.

Revenir en hautAller en bas
Gaunter de Meuré
Gaunter de Meuré
Maître Miroir
Gaunter de Meuré
Maître du Jeu
Gaunter de Meuré
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouvrir/Fermer la ChatBox