La Magie doit servir l'Homme, et non l'asservir. (en cours)

 :: Registres royaux :: Recensement
Sam 13 Juin - 19:51
Rois et royaumes ne sont pas éternels, contrairement à la magie.
Identité
200x400
▬ Prénom : Isabeau
▬ Nom : de Jonkheer
▬ Surnom : Sainte Martyre Isabeau de Jonkheer, Sainte Isabeau...
▬ Race : Humaine
▬ Origine : Ville Libre de Novigrad
▬ Faction : Nordienne
▬ Âge : 510 ans
▬ Occupation : Conseillère Municipale de Novigrade, Archimaîtresse en Magie, Membre du Chapitre et de la Loge des Magciciennes
▬ Tolérance : Isabeau est mondialement connue pour son racisme vis-à-vis des non-humains, ainsi que sa xénéphobie à l'encontre du Nilfgaard.
▬ Croyance : Feu Éternel
Objectifs
▬ A long terme: Isabeau est une partisane de l'ordre et de l'équilibre. Elle tient la guerre en horreur, et méprise les changements de société brutaux. Conservatrice, elle n'apprécie le changement que dans son expression la plus lente et progressive.
Le bien et l’épanouissement de sa grande famille est fondamentale à ces yeux et mérite que le Monde lui-même s'y intéresse.
Quand à la magie, il s'agit là d'un des rare domaine où elle semble plus encline aux actions décisives et soudaines, du même qu'elle reste dans le contrôle. La réglementation de sa pratique et de son enseignement étant primordiale à ses yeux, elle aime pardessus tout légiférer la magie au moins autant qu'elle aime s'en servir.
▬ A court terme : L'argent, la politique, et la culture. Les trois piliers d'Isabeau selon certains. L'accumulation et la gérance d'un patrimoine toujours plus croissant allié au contrôle des plus hautes sphères du pouvoir ainsi que le grand mécénat artistique et culturel sont le pain quotidien d'Isabeau.
Le tout étant constamment ponctué de recherches et expérimentations magiques. D'ailleurs, si l'on devait donner un style ou une identité à la magie de Isabeau, d'aucun dirait qu'elle pratique très habilement la magie de façon aussi élégante que raffinée, foncièrement délicate, subtile et sophistiquée, le tout étant profondément technique, méthodique, minutieux, précis, stricte et rigoriste. Mais ne vous y trompez point, le moindre de ses sorts, aussi élégant soit-il, est solidement surchargé d'énergie.
Physique
  "Plus qu'une aristocrate, c'est une grande dame." disait feu la Baronne Marie-Louise de La Valette, ancienne amie et confidente d'Isabeau, et elle n'avait pas tort la coqueluche de la Téméria. En effet, la première chose visible chez Isabeau est sa taille, grande et élancé, au port altier, elle toise bien plus quelle n'est toisée.

  Viennent ensuite ses grands yeux bleus, lui conférant un perçant regard de glace, accentué par sa peau de porcelaine et ses traits anguleux, couronnés par des cheveux plus noirs qu'une nuit sans lune soigneusement coiffés et agrémentés de bijoux, et sans qu'un cheveux ne dépasse.

  Beauté froide et artificielle, Isabeau s'habille toujours à la toute dernière mode novigradienne, portant des vêtement criards soulignant son aspect immuable et quasiment éternel. Ses bijoux sont tous assorti à sa toilette et entre eux, ne portant pas plus d'une bague par main, à chaque majeur, un bracelet par poignet, toujours agrémenté d'une parure complète.

  Sa démarche est fièrement impériale, tandis que le moindre de ses gestes et mouvements, forts maniérés, semblent avoir été minutieusement calculés il y a des siècle, et cela allant même jusqu'au plus médiocre des détails.

  D'un point de vue olfactif, Il y a toujours autour d'elle un nuage de Cœur Estivale de Novigrad et d'Eau d'Isabeau (à ne pas confondre avec le puissant sortilège des Eaux d'Isabeau), deux parfums magiques fort sophistiqués de sa propre création, le premier à base de fleur d'oranger, de safran, de citron, de musc, d'ambre, de lavande, de bergamote et de capucine et le second à base de baies roses, de cassis, d'eau de mère pure, de géranium témérien, de piment de Zerikania, de rose centifolia, d'ambre, de musc blanc, et de patchouli. Le tout étant complété par du Cérat de Galien au patchouli à la cannelle et au nard, ce dernier étant un complexe bonus magique confectionné de ses mains servant de puissante plus value à son élixir de jouvence.
Lanceuse de modes, elle ne se fournie que dans les plus hautes maisons de luxes même pour ses plus simples accessoires, jusqu'à son papier à lettre. Le tout dans une extravagante subtilité étonnement décente.
Caractère
"Aussi fraîche q'un sorbet, mais plus acide que le citron qui en est à l'origine." - Mémoire des Guerres du Nilfgaard, par la Comtesse Ingrid Vegelbud.

  Isabeau est érudite. Curieuse et cultivée, cherchant à le devenir toujours plus, son esprit reste limité par ses propre barrières, son racisme et sa xénophobie mondialement notoires étant tout sauf infondés.
Cependant, l'Histoire a plusieurs fois démontré son étonnante capacité à faire preuve d'un sens du cas par cas fort prononcé. L'on peut citer le Nilfgaardien Morvran Voorhis qu'elle soutenait ouvertement part tout les moyens à sa disposition, les deux étant réciproquement liés par une profonde et sincère amitié. Ou encore les elfes et les nilfgaardiennes de la Loge qui étaient comme des sœurs à ses yeux. À ces dernières s'ajoutent ses deux élèves et assistantes les nobles mages Demoiselle Foudia Vigo et l'Infante Impériale Augusta Voorhis.
Il y eu aussi le littéralement pauvre elfe Niralof, issue des faubourgs non-humains de la Cité Libre, travaillant efficacement au sein de la pègre de Novigrad, cet elfe est né des expériences magicogénétiques contre-natures du mage dégénéré Vilgefortz et d'un sorceleur renégat, elfe mutant qu'elle éduquât soigneusement pour ensuite l'envoyer à l'Ecole du Loup sans jamais couper les ponts avec lui depuis.
Il est d'ailleurs fort intéressant de noter son étonnante ouverture d'esprit envers les mutants. Très proche des sorceleurs, et notamment de l'école du loup qu'elle finançait directement,  l'on raconte qu'elle connaissait personnellement  les sorceleurs Vesemir et Geraltd de Riv avaec qui elle partageait un lien très fort.

  Grande intrigante, elle aime à s'épanouir au sein des milieux aristocratiques, politiques et artistiques, cousant et décousant avec aisance des toiles tissées de machinations dangereuses avec la même excitation qu'un enfant découvrant de nouvelle choses extraordinaire sur son sujet de prédilection. La noblesse étant un milieu très particulier, les nobles et puissants qu'elle ne connait pas personnellement elle les connait au moins de nom, de visage et de réputation. Elle est connue de chaque maison, de chaque cour et de chaque trône, pour le meilleure comme pour le pire. Un adage se propage de plus en plus au sein du Contient disant que "Tout le monde connait Madame de Jonkheer, et Madame de Jonkheer connait tout le monde."
Quand aux artistes, Isabeau pratique un mécénat bien particulier. Les artistes qu'elle protèges, les œuvres qu'elle commande et les bâtiments qu'elle fait construire son certes fait par véritable amour des arts et des lettres, après tout sa Novigrad est la capitale mondiale de la culture, mais aussi dans son propre intérêt. Cela est une de ses nombreuses façons de diffuser ses idées, de soutenir ses partisans et d'attaquer ses opposants. La propagande artistique et culturelle sont pour elle autant une passion qu'une vocation.

  Personne libre et indépendante part nature, elle est dotée d'un esprit critique voir de contradiction bien prononcé, voir même bien trop selon son entourage.
Isabeau est aussi très pieuse et dévote, fervente pratiquante du Feu Eternel mais sans pour autant tomber dans la bigoterie, et de ce fait, elle condamne d'ailleurs très lourdement le fanatisme religieux ainsi que les extrémismes dogmatiques. Personnalité ferme et conservatrice, elle met tout de même un sérieux point d'honneur à conserver un esprit critique lucide sur les défauts des institutions donc elle fait partie. Peu encline à se remettre elle-même en question, elle sait cependant très bien le faire lorsqu'il est s'agit d'autrui. Ne tolérant que très peu les écarts, elle a la réputation d'être la magicienne plus rigoureuse du monde connu. Elle apprécie certes les extravagances , mais uniquement du moment qu’elles ne s'approchent pas du tape-à-l'œil, ce qu'elle abhorre au plus haut point.

  Concernant la magie, si elle certes n'a pas choisie d'être mage, mais elle en reste cependant extrêmement fière. Elle a en revache choisi la façon dont elle étudie et pratique la magie, un chemin dont elle apprécie toutes les étapes lui permettant d'exercer son esprit pour gagner en puissance et en résistance et ainsi lui conférer une véritable volonté indomptable.
Elle considère que la magie n'a pas de limite ni de frontière. Cependant, il est hors de question de pratiquer ni ne serait-ce qu'étudier la magie sans un sérieux contrôle et de saines barrières.
Perfectionniste et jusqu'au-boutiste au possible, elle peut s'accrocher avec acharnement à un projet, un concept, une personne...

  D'aucun comparent Isabeau à une mère. Pouvant être tout autant douce au possible comme strictement intransigeante et exigeante envers ceux qu'elle aime, ne voulant que le meilleure pour ces proches, et cela à tout les prix. Mais aussi férocement redoutable contre ceux qui s'en prennent à sa famille et ses amis, devenant alors pire qu'une lionne enragée.
Histoire
  Avant de parler de l'histoire de Isabeau, il convient de se concentrer en premier lieu sur l'histoire de sa dynastie, la Maison de Jonkheer.
Cette famille a été fondée par deux Sources ayant, de leur temps, poussé l'étude et la pratique magique au rang d'art scientifique, ou de science artistique. Il s'agissait de la Princesse Yolande de Jonkheer, fille du Roi Sambuk de Novigrad, magicienne la plus compétente, douée, puissante et talentueuse de toute son époque, cette dernière ayant éclipsé son époux, le Prince Alphonse fils du Roi Dezmod de Téméria, qui pourtant n'avait strictement rien à envier à sa moitié d'un point de vue magique. La première était une polymorphe pouvant prendre de multiple formes de garçons, de lièvres, de saumons, de colombes, d'épis de blé, de femmes, de lévriers, de loutres, de faucons et de poules noires ; tandis que Alphonse était un pur oniromancien né remarquable, capable de rêver et de faire rêver à autrui le passé, le présent et le futur des lieux, des objets, des concepts et des personnes avec une extrême précision. Ces deux dons sont héréditaires dans la famille à plusieurs degrés variables, parfois l'un, parfois l'autre, parfois les deux en même temps. À l'heure actuelle Isabeau est la seule magicienne de sa famille à pleinement posséder les deux dons au même niveau que Yolande et Alphonse au temps de leur pleine gloire.
Yolande et Alphonse furent avec leurs pères respectifs ainsi que les magiciens Jan Bekker, Geoffrey Monck et Giambattista, les principaux signataires et rédacteurs de l'Union de Novigrad en l'année 760, pour être plus tard parmi les prestigieux et illustres fondateurs de Aretuza, Ban Ard et Rissberg ainsi que de la Confrérie des Mages et ses deux chambres qui sont le Chapitre des Talents et des Arts et le Conseil Supérieur des Magiciens.
Durant toute son histoire, la Maison de Jonkheer s'est toujours énormément liée à ces institutions magiques, car au stricte minimum trois membres de chaque génération de chacune des branches de la maison sont des mages du plus haut rang, suivant une mentalité d'excellence magique, sociale, culturelle, économique et politique.

  De plus, la Maison de Jonkheer est aussi profondément liés par un nombre tout bonnement incalculables de mariages à doubles sens avec divers familles royales. L'on dirait même qu'une consort sur deux est Jonkheer, et que l'autre moitié y est directement liée. En effet, la politique matrimoniale et d'alliances des Jonkheer est sûrement la plus aboutie à ce jour, chassant les dots, captant les héritages, achetant lorsqu'il le faut et jouant un jeu subtil et parfois dangereux dans tout les conflits de leurs temps autant les plus locaux que ceux à l'échelle mondiale. Cela fut poussé à un point tel, qu'en quelques décennies, plusieurs branches Jonkheer sont nées, l'aînée étant à Novigrad, très rapidement suivie par une branche Témérienne, puis Rédanienne. Viennent ensuite les branches de Kaedwen, Kovir et Poviss, Cidaris, Kerack, Brugge et Ellander, mais aussi des branches dans l'Empire du Nilfgaard, à Toussaint, Vicovare et au sein même de du cœur de l'Empire aussi appelé basse Alba, chacune d'entre elles devenant elle-même en quelque décennies les plus puissants seigneurs de leurs pays. Toutes ses branche sont tellement liées aux familles souveraines des pays dans lesquelles elle se trouvent qu'elles en sont devenue de véritables branches cadettes royales faisant partie intégrante de la monarchie locale, toutes avec au moins le statut de Prince du Sang et des prétentions aux trônes de leurs pays respectifs en plus d'y posséder nombres de grands fiefs et titres clefs. En dehors des familles souveraines de ses différents états, les autres dynasties royales s'arrachent aussi les mariages et alliances avec les Jonkheer, qui de ce fait se répandent petit à petit, l'anormale fertilité familiale aidant en cela. Lorsqu'il n'y a n'y princes n'y princesses décents à marier, et que les proposition d'alliances ne sont pas assez avantageuses, les Jonkheer se marie entre eux en tout premier lieu, et dans une moindre mesure avec la plus haute aristocratie selon des critères excessivement strictes concernant l'ancienneté, les services, les alliances, les possessions, les places ainsi qu'un strict minimum de soixante et onze quartiers de noblesse paternels et maternels chacun d'entre eux devant qualitativement et quantitativement correspondre aux précédents critères. Tout cela amenant à une consanguinité très hautement sélective.
Mages ou non, les Jonkheer ont la main mise sur deux grands domaines, la banque, fondée par la branche aînée à Novigrad lorsque la cité-état et devenue une ville libre, et l'éducation via le contrôle des académies et universités. La Banque de Jonkheer a des ramifications, comptoirs et autre succursales dans chaque capitale du monde connue, chaque cité des pays où les Jonkheer sont installés, et chaque grandes villes de leurs fiefs, quand aux académies et université, laïques comme magiques, si ces dernières n'ont pas été directement fondées par la familles, les Jonkheer restent envers et contre tout les protecteurs, mécènes et financeurs de ces institution depuis des lustres. et il n'est absolument pas rare de voir une Rectrice et un Chancelier être directement issue de la famille.

  Mais revenons à Yolande et son époux, en l'an 830, alors que le couple avait atteint un plafond de verre infranchissable d'un point de vue magique, une question s'était imposée à eux. En effet l'impératif d'une descendance se faisait sentir de façon toujours plus pressantes, couplée à la peur d'une dégradation magique maintenant qu'ils avaient atteint le point le plus haut de la magie, la logique voulant qu'une fois au sommet, l'on ne peux que redescendre. Le moindre atome de leur corps étant surimbibé de magie pure à outrance, cela faisait déjà fort longtemps que Yolande et Alphonse étaient complètement stériles, et il leur fallait donc une aide extérieur encore plus puissante que les deux magiciens combinés. Ainsi, ils invoquèrent d'un autre monde une entité antique, un Mal aussi puissant qu'ancien, afin de passer un pacte avec elle. En échange de leur âme à leur mort, le couple gagnât une fertilité surnaturelle tout en conservant leur puissance magique, l'une comme l'autre devant être héréditaire.
Alphonse mourut assassiné lors de la dernière heure de l'année 900 des suites d'une accumulation de dangereuses manœuvres politiques en tout genre ayant mal tournées et s'étant étalées sur des décennies. Or Yolande était à ce moment là la première spectatrice, et elle fut témoin du sort que sont pacte lui réservait, et elle en fut horrifiée, en premier lieu parce que le spectacle était des plus épouvantable, au point que la Princesse Yolande était à deux doigts de se crever les tympans et de s'arracher les yeux tellement la vision méconnaissable de son mari torturé corps et âme à sa mort était viscéralement choquante même pour sa volonté d'acier,  mais aussi en second lieu à cause des révélations mesquines de la Bête avec qui elle avait passé son pacte. Elle appris alors, qu'elle et Alphonse n'avaient été que des jouet durant 70 ans, et que la véritable cause de la mort d'Alphonse était le cocontractant principal, la partie gagnante du pacte finalement.
Ainsi, durant tout un siècle, jour après jours, Yolande échafauda tout un plan pour échapper à son tragique destin. Puisant dans toute l'énergie fournie par le Solstice d'Hiver de 999, le plus puissant jamais observé, tout en pliant les forces d'un site d'énergie qui était en même temps un cercle des éléments au point de complètement le vider à jamais, où la concentration de magie y était si forte qu'elle aurait fait instantanément exploser le moins sensible des médaillons de sorceleur, Yolande entama un complexe rituel de treize heures en plusieurs parties :
- La première fut de protéger son âme le plus longtemps possible afin de se donner un sursis, le temps de trouver un moyen définitivement se débarrasser de son prédateur. Pour se faire elle utilisa une forme très rare de magie du sang, liant son âme à sa lignée, ainsi à sa mort, l'âme de Yolande échapperait inéluctablement des mains de son créancier pour aller s'encrer en sa descendance, ce cycle ne prenant fin qu'au glas du Monstre.
- La deuxième partie fut d'invoquer de force le rédacteur du pacte et l'obliger et rester, impuissant pendant tout le reste du rituel.
- La troisième partie fut de le lier à la Terre, l'empêcher de fuir dans d'autres monde, transformant le prédateur en proie déjà piégée. Un premier sceau liée à l'âme de Yolande et donc qui ne sera brisé qu'une fois sa cible réduite à néant.
- Et enfin l'ultime partie, le deuxième sceau, similaire au premier. Cette fois-ci, le but était d'affaiblir, au maximum des capacité de Yolande, les forces de son adversaire, afin de faciliter la tâche de la personne qui rependrai son flambeau. Ainsi le deuxième sceau consistait à enfermer l'ennemi en une forme humaine immuable et donc reconnaissable, avec toutes les faiblesse d'un corps humain, et une réduction drastique de puissance. Cette forme humaine est connue aujourd'hui sous le nom de Gaunter de Meuré, l'Homme Miroir.
Envers et contre tout, la Bête gardait une dangereuse puissance et des pouvoirs dépassant de très loin les mages et leurs sorts en plus de conserver son immortalité inhérente à sa nature.
Une fois le dernier geste effectué au point final de son incantation, Yolande décédât de l'effort magique fourni, même si tout ses contemporains disent qu'elle aurait put vivre plus longtemps, mais qu'elle a préféré se donner la mort, comme ultime pied de nez au Maître de Verre. Son corps repose au cœur de la plus ancienne crypte familiale, réunie avec son époux dans un somptueux gisant de style gothique flamboyant.

  Quelques temps plus tard naquit Isabeau lors du nouvel an marquant le passage de l'année 999 à l'an 1000, treizième et ultime enfant de ses parents, tous s'accordaient à dire qu'elle était le portrait craché de son ancêtre Yolande, morte plusieurs semaines auparavant. Ce qui était assez surprenant pour le noter, la consanguinité accrue des Jonkheer donnant naissance à des faciès fort similaires, seul les mages Jonkheer et leur beauté froid et artificielle dérogeaient à cette règle.
Isabeau grandit en Princesse selon son rang ses parents, grand-parents et arrière grand-parents étant tous directement issues de familles royales. Très jeunes, Isabeau faisait déjà preuve de dons magiques hors du communs ayant hérité autant de Yolande que d'Alfonse, autant en lignes maternelles que paternelles, devenus entre temps Yolande et Alphonse Ier au vue de la récurrence de leurs prénoms chez les Jonkheer.
Les capacités d'Isabeau se sont directement manifestées avant l'âge de trois ans, tandis qu'à quatre ans, elle avait déjà des dons précoces pour l'autodidacte. Dés cet instant, une armée de nourrisses, précepteurs et gouvernantes furent tous et toutes choisis parmi les meilleures diplômés de Ban Ard et Aretuza pour encadrer au mieux la petite au sang bleu, une Source avec un tel potentiel ne pouvait que causer de violents dégâts si incontrôlée.
Une fois l'âge requis pour Aretuza attient, Isabeau y fit de brillantes études jusqu'au doctorat, étant une des élève de la Rectrice Tissaia de Vries dont elle absorba la sévérité et la rigidité, tandis qu'elle se liait d'une amitié profonde avec la noble Philippa Eilhart, une des filles des douze meilleures familles de Redania directment issue des grandes dynasties rédaniennes, dont elle partage la vision institutionnalisée de la magie. Après avoir pleinement fini l'entièreté de leurs études, les deux consœurs devinrent les uniques assistantes et les apprenties personnelles de Tissaia de Vries, et lorsqu'elle n'eurent absolument plus rien n'à apprendre d'elle Isabeau et Philippa reçurent le titre de Maîtresse en Magie, pour ensuite devenir des Dwimveandras, des magicienne jouissant pleinement des fonds spéciaux de l'académie pour pratiquer leur art sur le chemin, des artisanes magiques itinérantes s'embraquant dans un très long voyage afin de recevoir l'enseignement de très nombreux mages, sorciers, druides, alchimistes, herboristes, voyantes, rebouteuses, prêtres, chamanes, magiciens et tout autres praticiens et étudiants de la magie de part le monde entier et pleinement s'imprégner d'eux telle des éponges ultra absorbantes. Après plusieurs année de cet internat magique atypique, Isabeau et Philippa s'inscrivirent à un examen où elle témoignèrent de tout ce qu'elles avaient apprit durant leur périple, et l'examen pleinement concluant, elles reçurent le titre d'Archimaîtresses en Magie.

  Suite à cela, Philippa fut admise comme Conseillère au Conseil Supérieur des Magiciens, devint Conseillère Royale de la Rédania pour les siècles à venir et fut titrée Dame de Montecalvo. Tandis que Isabeau fut amenée à siéger de pleins droits au Chapitre des Talents et des Arts et au Conseille Municipale de Novigrad, et fut admise comme Ambassadrice de ces deux instituons au Nilfgaard.
Elle fit admirablement son devoir jusqu'en 1150, date à partir de laquelle elle devint la seule et unique Favorite Impériale Officielle en Titre de l'Empereur en place durant dix ans consécutifs. Le monarque était célibataire, et Isabeau d'une naissance plus que convenable, ainsi une possibilité de mariage fut sérieusement envisagée, à telle point que tout le monde l'appelait la Presque Impératrice, ou encore la Sultane Impératrice, portant comme bague de fiançailles, l'anneau de sacre de son amant. Isabeau était aimée du peuple, admirée de la noblesse, appréciée par la famille impériale et respectée par le clergé. Jusqu'en 1163, année durant laquelle une Princesse Toussaintoise, ou catin au grand front selon Isabeau, lui coupa l'herbe sous le pied. La famille de Beauclaire ayant pleinement corrompu l'entièreté du Sénat Impériale, de la Guilde des Marchants du Nilfgaard, du Haut Tribunal de l'Empire Éternel, des Services Secrets Impériaux et de l'Armée Nilfgaardienne. Le cœur brisé et dans une colère noire, Isabeau agit pour la première fois sur un coup de tête, et surtouts de cœur.
Elle réuni les même conditions que son ancêtre Yolande lors de son ultime acte de magie, mais cette fois-ci y ajoutant l'exploit de soumettre quatre génies, un pour chaque élément. Puis elle lança une violent malédiction à la complexité jamais égalée alors. Cette malédiction touchait le Nilfgaard et Toussaint autant en tant que concepts qu'en tant qu'entités géographique, politique, culturelle et économique, mais aussi les institutions corrompues par les Princes de Toussaint, que cela soit les institutions en tant que telles ainsi que leurs membres en individuels et l'ensemble de leurs lignées passées, présentes et avenirs, ainsi que la famille Impériale et la famille Princière de la maudites de la même manière, avec deux cas particuliers pour l'Empereur son ex-amant et la nouvelle Impératrice. En somme plusieurs puissantes malédiction vicieuses solidement imbriquée les unes dans les autres. Hélas, personne n'était là pour prendre note des paroles d'Isabeau, et briser une telle malédiction à l'aveuglette relève de la folie suicidaire. Depuis, ceux qui se souviennent de cet évènement sont en droit de penser que les Guerres du Nilfgaard, ou Guerres du Nords selon le point de vue, et tout ce qui en découle sont les conséquences directes de la Malédiction d'Isabeau.
Un tel actes de magie n'étant pas sans risque, les conséquences s'en firent ressentir. La fertilité surnaturelle des Jonkheer héritée du pacte de Yolande fut perdue à jamais pour Isabeau et dans d'atroces douleurs aussi soudaines que subites. et Surtout, cela eut pour effet d'attirer à elle celui qui attendait un signe de l'âme qui lui avait échappé il y a longtemps. Gaunter savait maintenant qui il devait pourchasser pour récupérer son due, et Isabeau en était bien consciente.
Depuis, elle vivait dans une constante paranoïa, mettant tout en œuvre pour se prémunir de la Bête, usant et abusant des protections magiques et défenses arcaniques. Aujourd'hui sa personne ainsi que l'ensemble de ces résidences sont inscrites au sein de complexes labyrinthes de boucliers et de remparts magiques, surchargés en énergie magiques et encastrés les un dans les autres dans des schémas de sortilèges, charmes et enchantements des plus sophistiqués.

  Suite à cela, Isabeau est retourné à Novigrad, pour consacrer tout son temps à sa ville, sa famille et à la Confrérie des Magiciens. À partir de 1267, Isabeau fit aussi partie des fondateurs du Syndicat de Novigrad, non pas par joie de prendre part au crime organisé, mais surtout pour les surveiller en internet, les tenir en laisse tel un garde fou, et faire en sort que les intérêts du Syndicat de Novigrad, autant ceux de groupes que les intérêts individuels, coïncident avec les siens, ou tout du moins ne rentrent pas en conflits avec ses projets. C'est à cette période qu'elle fit la rencontre du Comte Sigismund Dijkstra, tout deux devinrent de proches collègues, leurs visions du monde étant étonnement proches.
Lors du Soulèvement de Thanedd, Isabeau découvrit avec Philippa la trahison du dégénéré Vilgefortz de Roggeveen dont elle s'est toujours ouvertement défiée, et les machinations de la vipère Francesca Findabair qu'elle a toujours ouvertement méprisée, tout les deux travaillant au profit du Nilfgaard. Ne réussissant pas à exposer leur félonie à leur anciennes mentor, Philippa et Isabeau firent leur possible pour rallier un maximum de mages à leur cause, mais il était déjà trop tard, et une boucherie se mit en œuvre contre son grés.
Furieuse de l'aveuglement entêté de Tissaia, ayant directement le sang des victimes sur ses mains selon Isabeau, la magicienne accabla profondément la Rectrice d'Aretuza, qui se suicida quelques temps plus tard. Cependant d'aucun accusent directement Isabeau de meurtre, ou tout du moins de l'avoir poussé au suicide, rumeurs qu'Isabeau n'infime ni n'affirme.

  Suite à la Chute de la Confrérie des Magiciens, Isabeau et Philippa fondèrent la Loge des Magiciennes, pour le plus grand bien commun de la Magie et du Monde. Si Philippa considère que la Loge peut suffire à elle-seule, Isabeau préfèrerait ramener les anciennes institutions, les réformer et les faire coexister avec la Loge, mais cette fois à l'échelle du Monde, pas uniquement des Royaumes du Nord. Faisant de la confrérie un parlement bicamérale ayant tout le pouvoir législatif, le Loge un gouvernent ayant tout le pouvoir exécutif, et les deux se partageant à part égale le pouvoir juridictionnelle. Si Philippa est le pilier de la Loge, alors Isabeau en est le ciment.
Durant les Guerres du Nilfgaard, Isabeau due affronter le tout premier schisme chez les Jonkheer, dynastie pourtant la plus unie jusqu'à lors. En effet, la moitié de la famille souhaitait installer de nouvelles branches en Nilfgaard, dont au sein de la Principauté de Toussaint entre autres, dans le but d'avoir un pied dans chaque camp et ainsi tirer leur épingle du jeu, comme il l'on toujours fait. Isabeau s'y refusa pour deux raisons, la première étant son aversion pour tout ce qui est nilfgaardien et toussaintoise, mais surtout elle était l'une des ares à encore se souvenir de sa malédiction, et elle craignait un incontrôlable retour de flamme en installant des branches de sa famille en terres maudites et en contractants des mariages avec des lignages maudits. En sachant que techniquement, le Nilfgaard propageait sa malédiction à chaque conquête territoriale, ce qui était très loin de plaire à Isabeau.
Cependant il était déjà trop tard, et les branches Jonkheer partisanes du projet avaient déjà pris les devant, contactant les divers familles souveraines des premiers territoires impériaux ciblés par les Jonkheer, et Isabeau ne put que se résigner, la mort dans l'âme.
C'est à cette période que Isabeau fut directement contactée par les Voorhis avec qui elle se lia d'une étrange amitié, notamment le fils du Prince Voorhis.
Entre temps, Isabeau appris à réellement connaitre les membres elfes et nilfgardiennes de la Loge, et même à les tolérer, voir les apprécier comme des sœurs dans ses bon jours. Ainsi,  tout les évènements autour de Loc Muinne marquèrent Isabeau au frère rouge, à cause de la mort de Assire var Anahid et Sabrina Glevissig, ce que subirent la jeune Triss Merigold et la respectable Sheala de Tancarville. Tout cela ajouté à la perte de l'équilibre des pouvoirs dans le Nord, l'échec de son proche collègue Carduin, la folie de Radovid, la Chasse aux Sorcières et ainsi de suite.
Durant cette chasse, Isabeau fit le plus profil bas possible, ordonnant la même choses à tout les autres mages de la famille, aidant la cause des mages dans l'ombre. Elle loua à prix d'ami une belle maison à Triss Merigold, puis lorsque cette dernière fut traquée, elle soudoya de pauvres locataires d'un de ses bien pour qu'il cache son amie. Elle fit acheter tout un petit hôtel particulier à l'un de ses lointain neveu afin d'y loger une oniromancienne de talent via les affres d'une célicole, elle enseigna l'alchimie en secret à Albert Vegelbud et mis sa mère en relation avec Triss, elle imposa au Roi des Mendiants de cacher convenablement les mages et leur trouver du travail, elle mis les mages en relations avec Triss et organisât avec elle leur fuite de la ville et leur installation en bonne et due forme à l'étranger, ayant été de A à Z l'intermédiaire avec monarchie de Kovir et Poviss et celle qui a financé le tout, offrant un poste de Conseillère et une maison à sa jeune amie.
Durant cette période, pour se faire bien voir, Isabeau, se forgeât une réputation en or. Soutenant les malchanceux, aidant les gens du commun, adonnant l'essentiel de son temps publique aux soins des malades, aux pauvres et aux déshérités, fréquentant les hôpitaux et les hospices, soulageant les "pauvres honteux" en accordant des dots aux filles de nobles pauvres, se consacrant publiquement aux œuvres caritatives de tout Novigrad et au-delàs,  fondant des orphelinats et de nouvelles chapelles dans les zones trop pauvres pour se le permettre, se dévouant aux bonnes œuvres, aidant les plus démunis et se faisant un nom comme hôtesse de charme. Ainsi, Isabeau devint une héroïne du peuple, la noble la plus populaire et la plus intéressante de tout Novigrad et son arrière-pays, recevant l'amour et les louanges du peuple, jamais sa réputation ne fut aussi intouchable qu'en ce temps là. Et pour cause, dans l'ombre elle montait ses adversaires, opposants et ennemis les uns contre les autres  tout en restant au-dessus de la mêlée et transformant les conflits entres les tiers en en occasions pour tout les Jonkheer de s'illustrer en actes généreux publiques. Si jamais Isabeau était venue à disparaitre durant cette période, cela aurait semé le chaos dans tout Novigrad et au-delà, vu qu'elle participait directement à la stabilisation de toute la région de manière essentielle, au point d'être la clef de voûte de l'arche que forme l'ordre social novigradien, les autres chefs dirigeants des branches Jonkheer faisant de même dans leurs pays respectif en suivant les directives direct d'Isabeau.
Il est intéressant de noter que tout cela est encore le cas de nos jours, mais le conservatisme d'Isabeau fait que cette politique familiale a du mal à s'adapter aux nouveaux enjeux contemporains.
Isabeau fut aussi parmi les conspirateurs de la mort de Radovid le Fol, y ailant pris une part aussi active que plaisante à ses yeux.
L'on peut  aussi la citer dans sa prise de position contre la Chasse Sauvage, notamment à Kaer Morhen et Skellige.

  Depuis, Isabeau vie sa vie comme elle le peut, se protégeant de Gaunter de Meuré, faisant prospérer sa dynastie et la magie et pratiquant avec intérêt le jeu politique. Dernièrement, elle a directement financé plusieurs expéditions coloniales vers le nouveau contient, certaines au profit de Novigrad, d'autres au profit des pays des autres branches de sa famille, d'autres dans l'intérêt de la magie.
Commentaire
▬ Crédit :
▬ Commentaires :
▬ Désirez-vous un parrain ?
▬ Comment avez-vous connu le forum ?
Généré avec le formulaire
Revenir en hautAller en bas
Isabeau de Jonkheer
Isabeau de Jonkheer
Isabeau de Jonkheer
Voyageur
Isabeau de Jonkheer
Sam 13 Juin - 22:27
Enchantée, Madame la magicienne ! Bigre, je suis déjà très très TRES intéressé par cette histoire de mécénat ! *se redresse et essaie de ne pas avoir l'air trop pouilleux* whistle

J'ai hâte de lire votre histoire ! Bonne continuation joyeux
Revenir en hautAller en bas
Ian Cigale
Ian Cigale
Ian Cigale
Insignifiant
Ian Cigale
Mer 2 Sep - 3:16
Petit message pour signifier qu'en ce jour d'ouverture du forum, le règlement prend effet immédiat.
Tu dispose donc d'un mois pour terminer ta fiche avant que je ne doive sortir le carton jaune !
N'hésite pas si tu as quelques questions ou remarques que ce soit ! souriant
Revenir en hautAller en bas
Borch Trois-Choucas
Borch Trois-Choucas
Conteur itinérant
Borch Trois-Choucas
https://www.thewitcher-rp.com
Maître du Jeu
Borch Trois-Choucas
Mer 2 Sep - 13:08
Oui, un énoooooooooooooorme désolé pour le retard que j'ai pris. En sachant que le brouillon est presque fini, la fiche devrait être terminée d'ici peu.
Je pense surtout avoir besoin d'aide pour l'avatar, ma némésis (ça et l'organisation ainsi que la vitesse).
Revenir en hautAller en bas
Isabeau de Jonkheer
Isabeau de Jonkheer
Isabeau de Jonkheer
Voyageur
Isabeau de Jonkheer
Mer 2 Sep - 13:42
Pour l'avatar je veux bien t'aider. Après Pinterest et Artstation seront tes amis les plus précieux =3
Revenir en hautAller en bas
Côme
Côme
Côme
Insignifiant
Côme
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouvrir/Fermer la ChatBox